tribunes

Qui applaudira les DRH ?

le 03 juin 2020
Qui applaudira les DRH ?

On applaudit les infirmières, les médecins, les premiers de corvées de la lutte contre la Covid 19.

On pense moins aux DRH, fustigés par le sociologue David Graeber pour relever de la catégorie des bullshit jobs.

Et pourtant, quand il s’agit d’organiser le télétravail, de gérer les situations de mise en chômage ou d’organiser la sortie du confinement, ils sont à la fois les premiers de corvées et les premiers de cordée.

Ce n’est pas nouveau.

 

Il y a dans l’ADN du métier comme une acceptation de l’ingratitude qui ne se compense que dans la reconnaissance que la profession se donne à elle-même.

Sans doute est-ce la résultante d’une difficulté par le management et le corps social de l’entreprise de saisir de manière pertinente les DRH.

On pense souvent à eux pour les solliciter comme pompiers lorsque tout va mal.

Ils doivent alors exercer en mode magicien ou chevalier blanc, que d’énergie à engager pour rattraper ce qui aurait pu être prévenu avec moins d’efforts !

Ils héritent aussi souvent des dossiers transversaux qui n’aboutissent pas : on voit ainsi des DRH «augmentés» du développement durable, de la transformation digitale quand elle a fini par lasser le DSI, sans oublier le Risk Management puisque le risque R.H n’est pas le moindre.

Il y a même des entreprises qui n’hésitent pas à leur demander d’exaucer en tant que Chief Hapiness Officer, les vœux les plus chers et intimes du personnel !

À un niveau moins grandiose, on les sollicite fréquemment pour gérer les soucis des dirigeants vis-à-vis de leurs collaborateurs, ce n’est pas toujours le plus facile ni le plus agréable.

Comme des Premiers ministres, ils peuvent aussi jouer les fusibles lorsque le climat social se détériore. Ils seront alors les victimes expiatoires d’une situation qu’ils n’ont pas le plus souvent voulue.

 

Ce tsunami organisationnel créé par la pandémie, cette digitalisation à marche forcée avec le télétravail, seraient-ils l’occasion unique de mettre les DRH sous les feux de la rampe ?

 

On pourrait alors les applaudir.

 



PIRET2020-06-08 09:24:21
Sans parler de l'entonnoir de toutes les contradictions internes qu'est la Communication interne, très souvent couplée voire intégrée à la GRH. Merci de ce rappel bien opportun. Meilleures salutations.

Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Entreprises : quelles sont les attentes des Français en 2024 ?
infographies RH

Entreprises : quelles sont les attentes des Français en 2024 ?

L’enquête « Les Français et les entreprises en 2024 » réalisée par Opinionway pour le compte de CCI France, nous renseigne sur leurs attentes : Made in France, formation des jeunes et RSE.

Said Hammouche : “La diversité et l’inclusion sont une question de survie pour l'entreprise”
Dossier Tendances RH 2024 Saïd Hammouche

Saïd Hammouche : “La diversité et l’inclusion sont une question de survie pour l’entreprise”

Saïd Hammouche, fondateur du groupe Mozaïk et membre du Conseil économique social et environnemental, donne sa vision des tendances RH de 2024. Une année placée, selon lui, sous le signe de l’inclusion...

Revue du web #480 : vie de bureau, temps de travail et RSE
revues du web RH

Revue du web #480 : Vie de bureau, temps de travail et RSE

Cette semaine dans la revue du web de Parlons RH nous parlons d’amour au travail (Saint-Valentin oblige), de QVCT (Qualité de vie et Conditions de Travail) et de RSE (Responsabilité Sociale...

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH