infographies RH

Formation à distance : une nouvelle dynamique suite à la crise

le 14 septembre 2021
Formation à distance : une nouvelle dynamique suite à la crise

La crise sanitaire a bouleversé de nombreux pans de la vie d’entreprise. Ainsi, entre les confinements et le déploiement massif du télétravail, il y a un domaine qui a dû accélérer sa transformation : la formation. Si le digital learning avait déjà le vent en poupe avant la crise, les nouvelles conditions de travail et de collaboration ont nécessité une adaptation rapide des responsables formation. Alors que le travail hybride (où le présentiel et le travail à distance se côtoient) semble être une modalité privilégiée pour de nombreuses entreprises, Cegos fait le point sur les attentes des salariés français en termes de formation professionnelle, et sur les pratiques des services ou organismes de formation.

La révélation du digital learning post-crise

Que les choses soient claires : il n’est pas question ici d’affirmer que le digital learning (ou formation à distance) n’avait pas déjà commencé à faire sa place en entreprise, au contraire ! Il est cependant indéniable que la crise a accéléré son installation de manière pérenne, à la fois dans les parcours de formation proposés par les entreprises, et dans les pratiques et réflexes des apprenants. Ainsi :

  • côté entreprise : 21 % des départements L&D ont expérimenté de nouvelles solutions de digital learning ;
  • Côté apprenants : la demande de formation distancielle a été multipliée par trois depuis mars 2020.

Face à la pandémie, les responsables formation n’ont pas eu le choix et ont dû réagir rapidement pour pouvoir continuer à former leurs équipes et assurer une continuité pédagogique :

  • 88 % des entreprises ont adapté leur offre de formation ;
  • 79,4 % des organismes de formation ont mis en place du distanciel ;
  • 58,6 % d’entre eux ont proposé à distance des formations du catalogue réalisées en présentiel ;
  • 57,7 % ont créé de nouvelles formations disponibles 100 % à distance.

La formation comme vecteur d’employabilité

Tout naturellement, ces bouleversements ont entraîné une remise en question de la part des collaborateurs, autant vers une recherche de sens au travail que dans une optique d’optimisation de leurs compétences pour l’avenir. En effet, 84 % des salariés considèrent la formation professionnelle continue comme une nécessité pour conserver leur employabilité tout au long de leur carrière.

S’ils sont 76 % à considérer que leur employeur est responsable du renouvellement de leurs compétences, les collaborateurs sont aussi de plus en plus demandeurs, et ont commencé à prendre en mains leur parcours de formation ! Au total, près de la moitié (47 %) des salariés français ont suivi une formation à distance en 2020. Aujourd’hui, ils sont 64 % à se dire prêts à se former en dehors du temps de travail ; et 35 % seraient d’accord pour financer tout ou une partie de leur formation.

Les entreprises répondent présentes et adaptent leurs budgets en conséquence de ces demandes. Ainsi, les professionnels de la formation pensent consacrer :

  • 61 % moins de budget aux formations en présentiel
  • 66 % davantage de budget aux formations à distance

D’ailleurs, 86 % des DRH pensent que la loi Avenir Professionnel de 2018 incite à développer plus particulièrement la formation mixte ou à distance.

Afin de mieux cerner les besoins des collaborateurs, attardons-nous sur ces différents classements, qui révèlent leurs intérêts, envies et lacunes.

Les tendances formation en 4 Top

Top 5 des formations suivies à distance :

  • efficacité professionnelle ;
  • Développement personnel ;
  • Management des équipes et des personnes ;
  • Bureautique ;
  • Management de projets.

Top 3 des compétences comportementales (ou Soft Skills) à développer :

  • la communication à travers le numérique (48 %) ;
  • L’esprit d’initiative et d’entreprise (45 %) ;
  • La collaboration et le travail à distance (39 %).

Top 3 des formats à distance plébiscités par les apprenants :

  • classes virtuelles (63 %) ;
  • Modules e-learning (55 %) ;
  • Capsules vidéo (52 %).

Top 3 des clés d’une classe virtuelle réussie :

  • synchronicité avec le formateur et les autres apprenants ;
  • Une seule classe virtuelle longue plutôt que beaucoup de sessions courtes ;
  • Du contenu vidéo en relais des classes virtuelles.
Source : Cegos


Sylvie dufresnes2021-09-20 10:35:38
cet article est vraiment intéressant. La crise a aussi ses côtés positifs puisqu'elle a amené de nouvelles façons de travailler. Pour ma part, le contact avec le cheval ne peut se vivre pleinement qu'en présentiel, puisqu'il intègre l'importance d'être dans un environnement pleine nature. Merci Morgane pour ce beau travail. Sylvie
Morgane Iraqi2021-09-21 21:17:25
Merci à vous de nous lire, Sylvie !

Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Visuel de l'infographie Absentéisme : des arrêts de travail en baisse, mais plus longs
infographies RH

Absentéisme : des arrêts de travail en baisse, mais plus longs

Si l’absentéisme et les arrêts de travail sont en baisse, leur durée est aussi plus longue. Les femmes figurent parmi les plus touchées.

revues du web RH

Revue du web #401 : Emploi, télétravail et syndrome de l’imposteur

Les cadres ont été augmentés. Le télétravail est une « norme » pour les jeunes diplômés. Les salariés font face au syndrome de l’imposteur.

Visuel du 2e épisode de PASSION DRH, avec Nicolas Recapet du Groupe Talan
podcasts

[Podcast] PASSION DRH, épisode 2 : Nicolas Recapet, Groupe Talan

Dans ce 2e rendez-vous de PASSION DRH, nous partons à la rencontre de Nicolas Recapet, Directeur de l’Organisation et des Ressources Humaines du Groupe Talan. Du petit garçon élevé loin des grandes...

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH