Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

résultat d'un sondage : 94 % des cadres sont stressés
0/5 (0 votes)

Rentrée des cadres : stress and the city

# , , ,

Nous espérons que vous revenez de vacance détendu et en forme, si ce n’est bronzé. La rentrée efface-t-elle rapidement le bénéfice des vacances ? Assurément, à en croire une infographie publiée par cadreo…

 

94 % de cadres stressés !

Effectuée en ligne auprès de 636 cadres français actuellement en poste ou en recherche d’emploi, l’enquête révèle que 94% d’entre eux se déclarent stressés par leur travail. Cause principale de ce stress, la charge de travail. Et si le rythme de celui-ci constitue la deuxième source de stress pour les femmes, les hommes citent ensuite les relations avec leur hiérarchie.

 

Le soir et le week-end aussi

La « porosité » entre vie professionnelle et vie privée (vocable en vogue pour désigner l’empiètement de la première sur la seconde) témoigne de la charge de travail des cadres et explique sans doute largement le stress dont ils sont victimes. De fait, 69 % des personnes interrogées déclarent travailler en dehors des heures de bureau !  Parmi celles-ci, deux tiers assurent plancher le soir à leur domicile, et près de la moitié durant le week-end.

L’hyperconnection des cadres favorise et porte ce phénomène. L’enquête révèle ainsi que 35% d’entre eux pratiquent le télétravail, ou « home office ».

 

Au travail en vacances

En ces temps de rentrée, l’un des chiffres les plus éloquents de l’étude sur l’évolution du travail dans la société reste celui-ci : 27 % des cadres interrogés affirment travailler pendant leurs vacances, la proportion de femmes dans ce cas étant plus importante (y compris pour le travail durant le week-end). Un phénomène auquel la plus grande prise en charge par les femmes des contraintes familiales n’est certainement pas étrangère.

Que vous soyez déjà, ou pas encore, en état de stress aigu, découvrez le détail de cette enquête instructive de cadreo.

 

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter.

 

The following two tabs change content below.

Jean de LOŸS

Responsable éditorial - Concepteur-rédacteur chez Parlons RH
Jean sait dimensionner une prise de parole RH ou corporate grâce à des contenus à forte valeur ajoutée éditoriale ou créative. Il met à profit son expertise, acquise dans les meilleures agences de communication RH, B2B et dans la publicité, dans l’élaboration de tribunes, newsletters et messages impactants. Diplômé en langues, Jean est aussi doté d'un Master en communication.

4 Commentaires

  1. tewoz le 5 septembre 2014

    Ahhh, le stress au travail, tout un programme.
    Pourtant c’est simple de ne pas être stressé, il suffit juste de se mettre en tête qu’en règle général personne ne va mourir si le boulot n’est pas fini dans la journée.
    “je veux ce compte rendu pour ce soir”
    “Ah bah non, pour ce soir tu oublies, je rentre chez moi, tu l’auras demain.”

    Alors oui, cela signifie aussi qu’on peut dire adieu à son éventuelle promotion, mais de toute façon c’est la crise donc la promotion on ne l’aurait pas eu. 😉

    • Jean de Loÿs le 8 septembre 2014

      Ce que vous dites n’est pas faux. Mais quand les tâches s’accumulent, les retards aussi. Et il semble délicat de dire “Ton compte-rendu que tu veux pour ce soir, tu l’auras la semaine prochaine” ! Félicitations, néanmoins, de savoir relativiser pour mieux gérer votre stress.

  2. Marzin le 24 septembre 2014

    Vous évoquez la porosité vie professionnelle/vie personnelle le soir et le we, mais elle va beaucoup plus loin. Ce matin j’avais rendez-vous avec la responsable du recrutement d’une grande ONG française. Je la félicité pour son bronzage et la questionne sur ses vacances. « Oh, ce fut les plus belles vacances depuis longtemps. Je n’ai pas ouvert une seule fois mon mail professionnel ». Et elle en semblait elle-même surprise. A ce rythme, le stress risque de ne pas disparaitre avant longtemps.

  3. BRUN Jérôme le 25 septembre 2014

    Bonjour
    Cette enquête, ou plutôt les résultats de cette enquête , pose la problématique de l’investissement personnel envers son entreprise.
    Passer du temps, en dehors du temps de travail “traditionnel” et être connecté 24/24 à son travail peut représenter un surinvestissement pour lequel les cadres concernés, hommes ou femmes, n’ont pas forcément de rétribution. Voire pire, ils le “paient” par une dégradation de leur vie sociale, voire familiale…Il me parait important de jauger son investissement…et comme le cite “tewoz”, les tâches qui mettent en péril l’entreprise ou, en forçant le trait, la vie de quelqu’un, ne sont pas légion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *