Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Interview de Nicolas Morel, YOU-TRUST, Monkey Tie
5/5 (2 votes)

Soft skills, mobilité et innovation RH : YOU-TRUST reprend Monkey tie

# , , ,

C’est officiel, et c’est en exclusivité sur le blog Parlons RH : YOU-TRUST rachète Monkey tie. On n’a pas fini d’en parler dans le Landernau des start-ups RH ! En jeu, la naissance d’un acteur complet du recrutement et de la mobilité interne, avec des solutions complémentaires, originales et performantes. Jeremy Lamri, fondateur de Monkey  tie – et du Lab RH, bien sûr ! – passe la main pour aller vers un nouveau projet professionnel, laissant Nicolas Morel (YOU-TRUST) écrire cette nouvelle page de l’histoire des outils recrutement et mobilité interne. Le président du nouvel ensemble répond à nos questions sur la fusion, le marché, le projet.

 

YOU-TRUST rachète Monkey tie. Autour de quelles synergies s’effectue ce rapprochement?

En fusionnant, YOU-TRUST et Monkey tie vont pouvoir proposer au marché une offre complète, innovante et séduisante, alliant outils de recrutement externe et solutions de mobilité interne.

Pour mieux comprendre pourquoi, il faut d’abord présenter les deux acteurs de cette fusion.

YOU-TRUST propose, via une plate-forme, une solution d’évaluation et de recommandation des candidats fondée sur les soft skills. L’offre part de deux convictions fortes. La première, c’est que le premier facteur de réussite d’un recrutement réside dans le savoir-être, sous ses différentes modalités. La seconde, c’est que le meilleur moyen de savoir comment un candidat se comporte en situation professionnelle reste de le demander à ses anciens collègues, managers, collaborateurs. La plate-forme YOU-TRUST propose donc un système d’évaluation du candidat, reposant sur un questionnaire mis au point en partenariat avec des chercheurs, soumis à des personnes qui ont travaillé avec le candidat. Nous certifions l’identité des témoins, et garantissons qu’ils sont légitimes à s’exprimer.

YOU-TRUST s’est donc d’abord développé sur le marché du recrutement externe, avec une clientèle de cabinets et d’entreprises.

Monkey tie  a abordé ce marché plus tôt, en mettant au point une offre très pertinente également sur le recrutement externe, combinant un test de personnalité et un test de motivation. Depuis deux ans, Monkey tie a davantage développé une nouvelle offre complémentaire orientée vers la mobilité interne. Cette offre s’adresse aux entreprises de grande, voire très grande taille. La solution remarquable qu’ils ont mise au point est fondée sur une expertise enrichie dans un contexte bien particulier : à l’été 2016, l’Etat a lancé un appel d’offres pour le lancement du Compte personnel d’activité (CPA), et Monkey tie  a fait partie des trois start-ups qui l’ont remporté. Le travail effectué sur le CPA a permis, par la suite, de finaliser Career Profiler, la solution « mobilité interne » de Monkey tie qui à nos yeux est véritablement aujourd’hui la plus pertinente sur le marché.

YOU-TRUST et Monkey tie étaient ainsi positionnés sur deux offres différentes et complémentaires, non concurrentes. Nous avions d’ailleurs certains clients en commun. Le rachat de Monkey tie  par YOU-TRUST nous permet donc de devenir l’acteur français du secteur capable de proposer une offre complète, de la mobilité interne au recrutement externe.

 

Quelle vision du marché vous a conduit à ce projet ?

Notre projet part en effet d’une analyse du marché des solutions recrutement et mobilité. Il s’avère que les deux segments de ce marché se présentent de façon très différente.

Le marché des outils de recrutement comporte une offre pléthorique, avec une bonne centaine d’acteurs. Ceux-ci comprennent des entreprises historiques implantées depuis longtemps, qui côtoient des start-ups récemment développées autour d’outils innovants variés : des tests, des jobboards, des outils d’interview vidéo, de l’intelligence artificielle… Les clients peinent à y voir très clair.

Le segment de la mobilité interne, en revanche, est beaucoup moins investi par ces nouveaux acteurs. Il faut dire qu’il est composé de grands comptes, privés comme publics : il s’agit aussi bien de grands groupes que d’administrations, collectivités, établissements publics… Souvent, ces grands organismes n’ont pas une véritable connaissance de l’ensemble des parcours et des compétences « hard » de leurs collaborateurs. Quant à la connaissance de leurs compétences comportementales, de leurs facteurs de motivation, de leur personnalité et donc in fine des métiers qu’ils pourraient exercer demain, ils sont souvent encore plus démunis.

Par ailleurs on estime que pour un recrutement externe, il s’en fait quatre en interne (dans le privé). Bien gérer cette mobilité est un sujet crucial pour ces organisations. L’enjeu est à la fois d’optimiser les ressources et de bien conduire sa gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

Nous pensons que ce marché de la mobilité interne est en plein développement. De plus, alors que le marché du recrutement externe est très lié aux fluctuations de l’économie, celui de la mobilité interne est beaucoup moins affecté par les aléas de la conjoncture.

 

Quelle est la place du big data et des outils prédictifs sur ces marchés ?

Les outils numériques de recrutement restent des outils d’appui à la décision, et celle-ci reste le fait de l’humain.

Le recours au Big Data a surtout du sens dans le sourcing, lorsqu’il s’agit de trouver des candidats adaptés en analysant d’énormes bases de données. Nous ne sommes pas sur ce sujet.

En mobilité interne, certains de nos concurrents font appel à des algorithmes appliqués à des bases de données externes, afin de proposer à l’utilisateur des prédictions de parcours possibles pour lui, en le comparant aux profils proches. Nous ne sommes pas sur ce modèle, qui n’a pas selon nous fait ses preuves.

Nous concernant, nous parlons plutôt de « smart datas » : des données fiables, intéressantes, ayant une réelle valeur d’utilisation qui, corrélées avec les bons référentiels (métiers, compétences, formation) et avec des algorithmes compréhensibles et paramétrables produisent pour le candidat, le salarié et son management des propositions d’affectation, de postes et de parcours intéressantes avec les étapes permettant d’y parvenir.

 

Quels sont vos atouts sur le marché du recrutement externe ?

Les entreprises tiennent compte des soft skills, sans aucun doute, et ce de plus en plus. Certes, l’argument numéro 1 dans un recrutement demeure la compétence technique. Mais tout ce qui relève de la motivation, de l’ouverture d’esprit, de l’aptitude au travail en équipe, etc. est essentiel pour les recruteurs. D’autant que la technique peut s’acquérir de façon plus certaine et prévisible que le savoir être et le comportement. En revanche, les entreprises ne savent pas toujours comment s’y prendre pour évaluer ces soft skills. Elles se fient beaucoup à leur prestataire recruteur pour ça. Les managers se réfugient facilement dans l’évaluation de la compétence technique, et ne vont pas oser porter un jugement sur la compétence comportementale d’un candidat.

YOU-TRUST et Monkey tie  répondent parfaitement à ce besoin du recrutement externe : ils éclairent le savoir-être des candidats à la fois par des tests psycho-techniques et par la perception des personnes qui ont travaillé avec lui dans le passé.

J’ajoute que les solutions de YOU-TRUST et Monkey tie sont totalement conformes au RGPD : tout se fait à l’initiative du candidat. C’est lui qui passe les tests, lui qui sollicite ses référents. Il voit tout ce qui est écrit sur lui. Il peut sortir à tout moment de la plate-forme. C’est lui qui pilote ses données, elles ne sont pas mises à disposition d’un jobboard où n’importe qui pourrait y avoir accès.

 Nicolas Morel et Jeremy Lamri

Nicolas Morel et Jeremy Lamri

 

Et sur celui de la mobilité interne ?

Je pense que la solution proposée par Monkey tie est aujourd’hui la plus pertinente en France. Grâce notamment à l’expérience du CPA, l’équipe a pu mettre au point une interface utilisateur très performante, avec un haut niveau de satisfaction exprimée. L’un de ses points forts est de pouvoir travailler avec les bases de données du client – données des salariés, métiers, compétences, référentiels formation… et de pouvoir produire des résultats rapidement. Un collaborateur qui souhaite évoluer ou changer de métier peut se connecter, et le système lui proposera l’ensemble des possibilités qui s’offrent à lui, le chemin qui conduit à chacune d’entre elles, le temps que cela prendra, le parcours de formation nécessaire… Career Profiler est clairement en avance sur ses concurrents.

Par ailleurs, nous entendons tous dans les médias des informations potentiellement anxiogènes : « la moitié des métiers d’aujourd’hui aura disparu dans quelques années » ; « la robotisation va transformer radicalement les compétences requises par les entreprises… ».

Une grande entreprise, une administration ou une collectivité qui se donne les moyens de fournir à ses collaborateurs une visibilité sur leurs évolutions professionnelles possibles, en fonction de leurs aspirations et de leurs compétences techniques et comportementales, améliore sa marque employeur, attire les talents et les retient.

 

Quelles sont les prochaines étapes ?

Les jalons sont clairs pour nous et toute l’équipe est concentrée sur ceux-ci.

Nous devons d’abord rencontrer tous les clients et leur présenter notre nouveau projet ; en effet, certains sont très enthousiastes et d’autres peut être anxieux car tout changement est porteur de risque.

Nous choisirons ensuite très rapidement la marque sous laquelle nous continuerons à exister et à communiquer à l’avenir ; la marque Monkey tie est objectivement plus forte, plus ancienne et plus diffusée dans l’écosystème RH français. Mais je souhaite que ce choix soit partagé par l’ensemble des acteurs de notre société.

Parallèlement, nous relançons également l’action commerciale qui, dans cette période de fusion, a été un peu à la peine.

Enfin, alors que nous avons jusqu’ici développé notre activité sans faire appel à des capitaux extérieurs, je pense qu’il est temps désormais de passer « la surmultipliée » : la complétude de notre offre est en effet unique, l’architecture technique de la plate-forme Career Profiler, particulièrement bien conçue, nous permet de plus d’intégrer facilement l’offre de YOU-TRUST mais aussi de nouvelles fonctionnalités que les clients demanderaient.

Nous lancerons en début d’année prochaine les premiers pas vers une levée de fond avec un objectif de réalisation courant ou fin 2019.

Nous avons du cash et nous sommes rentables ; nous ne sommes donc pas particulièrement pressés, mais à un moment il faut savoir se donner les moyens d’accélérer et je crois que maintenant ce moment est venu.

 

Jeremy Lamri, fondateur de Monkey tie et du Lab-RH, a choisi de se tourner vers de nouvelles aventures professionnelles, en lien avec ses travaux de recherche en sciences cognitives sur le potentiel humain. Nicolas Morel salue un visionnaire à l’origine de la solution de mobilité interne la plus performante.

Le mot de la fin à Jeremy Lamri :  « Une confiance mutuelle s’est instaurée avec Nicolas. Je lui laisse les clés de l’entreprise en toute sérénité, tant sur les perspectives que sur la préservation de la culture instaurée. Surtout, je change d’activité pour faire de la R&D, mais reste dans le même univers, il y aura donc beaucoup d’échanges et de synergies à envisager ».

Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

The following two tabs change content below.

Bertrand SERIEYX

Bertrand écrit depuis 1999 pour les entreprises et les institutions, sur les grands enjeux socio-économiques, les RH et la protection sociale. Auprès d'un organisme interprofessionnel nordiste, en freelance après 2010, puis au sein de Parlons RH, il s'attache à rendre accessibles des problématiques complexes sous tout format, du livre d'histoire au billet de blog. Bertrand est diplômé de l’IEP Paris et titulaire d’un Master II en histoire économique contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *