Cahier de tendances 2023

Innovation managériale : « Le bon manager se remet en cause en permanence » (Barbara Evrard, Actinuum)

le 09 février 2023
Visuel Parole d'expert, Barbara Evrard, Actinnum : Innovation managériale - le bon manager se remet en cause en permanence
Photo de Barbara Evrard d'Actinuum : Innovation managériale, le bon manager se remet en cause en permanence
Barbara Evrard

Directrice régionale Sud chez Actinuum

L’entreprise se transforme, par la force de l’Histoire, et les managers sont les chevilles ouvrières de ce changement. Barbara Evrard, directrice régionale Sud chez Actinuum, entend former les managers innovants de demain.

Quelle est la place de l’innovation managériale dans l’entreprise d’aujourd’hui ?

Pour nous, l’innovation managériale fonde la transformation et l’évolution des pratiques de management, pour permettre l’épanouissement individuel et l’amélioration des performances collectives de l’entreprise. 

Les bouleversements que nous traversons, la digitalisation, les mutations de la société, le changement climatique – toutes ces forces imposent aux organisations de s’adapter et de se transformer. Les managers sont l’énergie durable de la transformation des entreprises et des organisations, l’innovation managériale étant le carburant de cette énergie. 

La principale d’entre elle est sans doute le retour, ou l’arrivée, de l’humain au cœur du management. Le manager doit être en capacité de découvrir ses propres talents, ceux de ses collaborateurs afin de créer les conditions de l’intelligence collective, de donner du sens à l’action de chaque collaborateur, de faire comprendre en quoi les missions et les actions de chacun s’inscrivent dans la stratégie globale de l’organisation. Un management innovant doit développer les compétences nécessaires à réussir cette transmission de sens. Les entreprises affichent certaines valeurs, et le rôle du management est de les traduire en actes, de faire en sorte qu’elles soient vécues, incarnées et observables dans les comportements. Et ce, non par le contrôle, mais pas l’inspiration. Ces idées sont de plus en plus acceptées et mises en œuvre. 

Qu’est-ce qui a changé dans le management au cours des dernières années ?

Il y a un changement dans ce qui est attendu des managers en matière de compétences. Autrefois, ils étaient choisis pour l’excellence de leur expertise métier. Cela ne suffit plus : les entreprises ont besoin de managers qui aient de vraies compétences managériales et comportementales. Il est acquis aujourd’hui que les soft skills sont le socle de l’excellence managériale. 

Le manager donnait la direction, aujourd’hui il est le garant de la vision, des valeurs et missions de l’entreprise, il crée les conditions de la confiance, de l’appartenance et de l’expression collective pour que les équipes construisent les chemins vers la traduction opérationnelle de la vision. Il leur octroie en outre la capacité à la faire évoluer au profit d’une plus grande valeur durable.

On rencontre encore beaucoup de résistance au changement, mais la capacité à accompagner celui-ci s’est accrue. Les transformations s’engagent plus facilement. 

La crise sanitaire a-t-elle eu des effets (positifs et/ou négatifs) sur l’innovation managériale ?

Naturellement. Les difficultés traversées depuis 2020 par les entreprises et les salariés ont fortement accéléré le besoin d’innovation managériale. Avec l’hybridation forcée du travail, le management a été contraint de se réinventer dans l’urgence, de prioriser des thèmes différents, comme la consolidation des liens collectifs et du sentiment d’appartenance dans un contexte d’entreprise éclatée. Les managers ont dû faire preuve d’agilité et développer leurs compétences en temps réel pour faire face à la situation et à ses suites. Le management par objectif, la confiance, la responsabilisation des collaborateurs ont progressé considérablement, par la force des choses. C’est le côté positif de la crise sanitaire : elle a libéré de nouveaux modes de fonctionnement du travail. Il n’y aura pas de retour à l’avant crise sanitaire : le management est durablement transformé. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est cta-cahier-de-tendances-rh-2023.png.



En quoi l’offre d’Actinuum favorise-t-elle l’innovation en management ?

Actinuum a été créé en 2009 par Gwénaël Rigolé dans l’objectif d’accompagner la transformation des organisations par le développement des compétences managériales et comportementales. Nous formons donc les managers à être innovants.

Il y a 3 grandes dimensions à notre mission et à notre offre : People, Project, Planet. 

« People », parce que nos formations s’adressent à l’individu manager, pour l’aider à accompagner les individus collaborateurs par un management inspirant qui repose sur l’enthousiasme et non sur la contrainte. 

« Project », pour créer les conditions de transformation des idées en solutions.

Et « Planet » parce que nous ne pouvons ignorer le changement climatique. Les managers doivent inscrire leur action dans cette perspective, et devenir des leaders responsables au service d’organisations, de services et de produits durables. 

Comment forme-t-on des managers innovants ?

L’idée d’Actinuum est de mettre l’innovation pédagogique au service de l’innovation managériale. Nous avons construit nos formations sur le modèle de l’entraînement des sportifs de haut niveau, en analysant les pratiques de ces derniers et en nous inspirant des neurosciences.

Notre pédagogie se déploie en 4 phases. Il y a d’abord une phase de préparation et d’auto-positionnement, pour déterminer d’où part l’apprenant et où il veut aller. La phase 2 correspond à l’entraînement proprement dit : les stagiaires reçoivent du contenu et des outils, et la formation se déroule ensuite de façon essentiellement expérientielle, par mise en situation au plus près du terrain. La 3e étape est celle de l’ancrage, par un partage d’expérience 2 mois après la formation et un retour sur les éléments acquis. La 4e est la phase de mesure du succès, de validation des acquis dans la durée. 

Cette pédagogie, nous en sommes persuadés, constitue un marqueur fort de notre spécificité, et nous permet de véritablement contribuer à l’innovation managériale dans les entreprises. Elle sollicite l’ouverture d’esprit et la soif de changement des stagiaires. Le bon manager se remet en cause, il est celui pour qui l’interrogation de ses pratiques est un enjeu quotidien. 

Quelles sont les demandes les plus souvent formulées ?

Nous déclinons cette méthode sous différents formats et pour différents contenus. Une thématique très demandée est le management hybride. Certains managers sont très désemparés par ce nouveau contexte, notamment ceux qui avaient l’habitude de beaucoup contrôler leurs collaborateurs. Le management à distance suppose une approche plus comportementale, et implique de travailler sur la confiance et la délégation. Plusieurs études ont montré depuis que le télétravail ne dégrade pas la performance. Là encore, l’innovation managériale favorise à la fois l’épanouissement personnel et la performance collective. 

Quels sont les prochains défis du management, à l’horizon 2030 ?

Le principal défi sera d’accompagner les entreprises dans leur démarche de responsabilité sociétale et environnementale. Les rapports successifs du Giec sont formels : il faut réagir très vite si nous souhaitons maîtriser un minimum l’évolution de la situation. L’effort d’adaptation des organisations va être colossal. Nous n’en avons pas encore pris la mesure. Le management doit être tout entier tourné vers ces objectifs, et devra mobiliser tout son esprit d’innovation. J’ai pour ma part la conviction que les nouvelles générations, telles que je les observe chez Actinuum et autour de moi, vont faire bouger le monde de l’entreprise et ses pratiques. Nous avons la chance inouïe d’avoir cette génération montante qui va dépoussiérer un management archaïque devenu incompatible avec les enjeux de nos sociétés. Par rapport à leurs aînés, les jeunes qui aspirent à devenir managers sont moins en recherche de pouvoir et de contrôle. Ils ressentent davantage la nécessité d’incarner des valeurs, et les nouvelles attentes des salariés sont naturelles pour eux. Ils sont davantage dans la communication. Ils ont décomplexé le besoin de sens que l’on a senti monter ces deux dernières années au sein des entreprises.

Retrouvez cet article et bien plus encore dans notre Cahier de tendances RH, ou dans un dossier spécial sur notre média ! À travers des portraits de DRH, des interviews d’experts ou encore des chiffres-clés, nous décryptons les 10 tendances RH qui rythmeront l’année 2023. Un grand merci à nos partenaires Lucca, Cornerstone, GoodHabitz, Afnor, Golden Bees, United Heroes, Universum, Actinuum, Swile, LinkedIn Talent Solutions, sans qui ce cahier n’aurait pu voir le jour.

Retrouvez aussi notre dossier complet, alimenté régulièrement. Il regroupera à terme tous les articles du Cahier de tendances.



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Growth Hiring et IA : alliés du recrutement en 2024
tribunes

Growth Hiring et Intelligence Artificielle : alliés du recrutement en 2024

La compétition pour les talents les plus qualifiés n’a jamais été aussi intense! Les entreprises se tournent vers de nouvelles approches pour relever le défi du recrutement. 

L’étude exclusive qui prouve enfin le ROI de la QVCT
webinars

[WEBINAR] L’étude exclusive qui prouve enfin le ROI de la QVCT

Thomas Cornet, co-fondateur de Wittyfit sera l’invité de Manon Consul pour ce webinar sur la QVT ? Rendez-vous le 13 juin, à 11h.

Les salariés face à leur carrière
infographies RH

Les salariés face à leur carrière

L’infographie réalisée par PerformanSe révèle des sentiments partagés, entre satisfaction et incertitude, avec un focus notable sur l’importance de la rémunération et de la qualité de...

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH