actualités RH

Le management bienveillant : des pratiques éthiques à fort ROI ?

le 09 octobre 2017
Le management bienveillant exploré par le Dr P. Rodet et le DRH Y. Desjacques

Face à l’incroyable accélération de la digitalisation, le management bienveillant peut constituer un antidote aux pressions et à l’anxiété. À moins qu’il ne s’agisse d’un concept et de pratiques aux effets bénéfiques bien plus puissants – et connexes – pour le collaborateur et l’entreprise ? Dans leur ouvrage éponyme(1), le Dr Philippe Rodet et le DRH Yves Desjacques explorent les liens entre bienveillance managériale et motivation du collaborateur, entre autres. Un mode de management qui n’aurait rien d’un management « chamallow » !

 

Les problématiques : le management bienveillant et sa portée

Ultra-relayé médiatiquement, ce concept garde une part de mystère. S’agit-il d’une gestion des collaborateurs « a minima » ? De la suppression du lien de subordination ?  D’un humanisme tous azimuts ? Autant de questions que les auteurs désamorcent en présentant le management bienveillant comme « devant procéder et rendre compte de la culture, de la vision et des missions impulsées au plus haut niveau » de l’entreprise – selon la formule de Nicole Notat(2). Yves Desjacques définit lui ce mode de management comme « une bienveillance active tournée vers l’action et la performance », susceptible d’influer sur le niveau de stress des collaborateurs et sur leur bien-être. Élément important : les salariés ont « droit » à cette bienveillance relationnelle dont ils sont également acteurs.
 

 

Les mots clés : ❑ sens ❑ temps ❑ objectifs ❑ biologie ❑ émotions

En dix ans, le nombre de Français s’estimant « soumis à des facteurs de stress » a augmenté de 20 % ! Souvent généré par le manque de considération ou de cohérence dans les valeurs revendiquées par l’entreprise, le stress altère fortement la motivation, l’engagement individuel et la cohésion des équipes. Mais le management bienveillant offre des leviers d’action. Tout d’abord, donner du sens à la fonction du collaborateur en la replaçant dans la stratégie globale de l’entreprise. Concilier l’impératif d’instantanéité digitale et celui d’appropriation du changement par les salariés, via le management par objectifs ; des objectifs spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes, temporels (SMART). Instaurer un droit à l’erreur, qui s’inscrit dans une optique d’amélioration continue des performances et inclut la recherche d’excellence.

Dans le même temps, la motivation, la sociabilité et le désir d’engagement sont stimulés par la production d’hormones comme la dopamine, « l’hormone du plaisir et de la motivation ». En favorisant les émotions positives chez les collaborateurs, le management bienveillant crée donc un cercle vertueux. Et il rejoint les grandes tendances managériales ou organisationnelles du moment : systèmes de plus en plus horizontaux, entreprise collaborative, prise en compte des émotions

 

L’idée pertinente : le croisement des expertises

D’un côté, le Dr Philippe Rodet, médecin urgentiste devenu consultant en management, qui travaille sur la motivation comme facteur de cohésion, de créativité, de bien-être dans l’entreprise, et relie les mécanismes hormonaux à la motivation ou au désir d’engagement des collaborateurs.

De l’autre, le DRH du groupe CASINO, Yves Desjacques, adepte d’un management fondé sur le respect de la personne humaine, qui expérimente le management bienveillant via la participation de l’ensemble du Comex de son groupe, la formation de 4 000 managers et la mise en place d’un réseau de bienveilleurs® identifiant et orientant les salariés en situation de fragilité dans l’entreprise.

 

Le bémol : les conseils nutritionnels pour limiter le stress

Une argumentation convaincante donc, étayée par de multiples études scientifiques, et un retour appréciable sur les origines philosophiques du concept de bienveillance. En revanche, pourquoi détailler les vitamines et aliments minorant les effets du stress ou prodiguer des conseils psy et relaxation, même s’ils sont pertinents ? Une confusion des genres heureusement passagère.

PARLONS RH recommande ce « Management bienveillant »  ! Parce qu’il met en lumière l’une des clés d’un management voué à se réinventer en parallèle de la transformation des organisations, pour assurer leur succès. Le collaborateur n’étant pas aussi malléable que le crâne du nourrisson, la souplesse de ses « fontanelles » (requise pour s’adapter au réajustement récurrent de ses compétences) sera stimulée par un management empreint de confiance et d’exigence. Vive le management par la motivation, le sens et la cohérence !

 

(1) Le management bienveillant du Dr Philippe Rodet et de Yves Desjacques. Préface de Nicole Notat. Éd. Eyrolles, 178p, 14,90€

(2) Nicole Notat, ex-secrétaire générale de la CFDT et actuelle présidente de Vigéo-Eiris, société chargée d’évaluer la RSE des entreprises.

 

Crédit image : © Éditions Eyrolles

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter



Matthieu - Entretien d'Embauche .fr2017-10-31 20:57:17
Intéressant de conjuguer épanouissement et efficacité : le concept de management bienveillant n'est pas nouveau mais le livre a l'air intéressant.
Lydie LACROIX2017-11-02 15:14:47
Bonjour Matthieu, Merci pour votre commentaire ☺ Nous recommandons en effet vivement cet ouvrage !

Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Visuel de la revue du web #400 : QVT, engagement collaborateur et déconcentration
revues du web RH

Revue du web #400 : QVT, engagement collaborateur et déconcentration

Pour les salariés, la QVT se dégrade. Ils sont aussi moins engagés, et se plaignent d’être constamment déconcentrés. Un défi pour les DRH.

webinars

[WEBINAR] DRH : centre de coût ou centre de profit ? À vous de décider !

La gestion des RH est souvent vue comme un centre de coût, mais peut être transformée en un réel centre de profit pour votre organisation.

Visuel de la tribune Contrôle Urssaf : les bonnes pratiques pour éviter le pire
tribunes

Contrôle Urssaf : les bonnes pratiques pour éviter le pire

Un contrôle Urssaf n’est jamais anodin pour une société. Pour éviter le pire, voici quelques conseils utiles.

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH