infographies RH

Bonheur au travail : se former pour être plus épanoui

le 23 janvier 2024
Bonheur au travail : se former pour être plus épanoui

Dans un monde où le bonheur au travail devient une quête centrale pour de nombreux salariés, se former se révèle être la clé d’un épanouissement professionnel durable. Cette infographie réalisée par topformation.fr nous amène à comprendre l’importance du bonheur au travail. Et les démarches à adopter pour le cultiver au quotidien.

Le bonheur au travail est souvent perçu comme une notion abstraite et individuelle. Le bien-être au travail s’ancre dans une réalité tangible, influencée par plusieurs facteurs pour veiller à la santé physique et morale des collaborateurs. Si ces deux concepts sont distincts, ils sont aussi complémentaires. Il n’y a pas de bonheur sans bien-être.

Bien-être et pouvoir d’achat, sources de bonheur au travail pour les salariés français

Les statistiques sont éloquentes : 73% des salariés français se disent globalement satisfaits de leur emploi. 74% sont même fiers de travailler pour leur entreprise et 71% aiment leur environnement de travail. 

Cependant, en creusant davantage, on observe que le bonheur au travail est aussi lié à des éléments comme le bien-être au travail, le pouvoir d’achat ou les conditions de travail. Un salarié heureux n’est pas seulement plus productif (+31%) et créatif (+55%). Il est aussi 9 fois plus loyal et 6 fois moins souvent absent. Les secteurs des ressources humaines (75%), de l’audit-conseil (72%) et du marketing (71%) semblent être en tête de liste quant à l’épanouissement professionnel.

Création de poste et nouvelles méthodes de travail pour réduire les insatisfactions ?

Malgré ces chiffres encourageants, l’insatisfaction a toujours sa place dans le monde du travail. Les relations difficiles avec la hiérarchie, les mauvaises conditions de travail et une rémunération insuffisante en sont les principales sources. À cela s’ajoutent des problèmes de santé mentale, comme le burn-out (24%), le bore-out (26%) et le brown-out (44%). Ces problèmes ont des conséquences lourdes tant pour les individus que pour les organisations.

Heureusement, les entreprises ne restent pas passives face à ces défis. La création de postes dédiés au bien-être, comme celui de Chief Happiness Officer, montre une prise de conscience. D’ailleurs, 79% des cadres pensent que le CHO a un impact sur la productivité des employés.

De même, l’aménagement d’espaces de travail plus agréables, la mise en place d’afterworks et d’activités de détente contribuent à améliorer le quotidien des salariés. On note que 60% des salariés estiment que les afterworks jouent un rôle important dans le bien-être en entreprise. En outre, l’essor du télétravail (1 salarié sur 4 le pratique) et le développement des soft skills témoignent d’une évolution positive des mentalités.

Dans quel domaine se former pour résoudre les problèmes récurrents ?

La quête du bonheur au travail révèle certains défis persistants. Face à ces problématiques, la formation apparaît comme une solution pertinente et efficace. Par exemple, 34% des salariés se sentent mal compris par leur hiérarchie et 42% sont stressés au quotidien. Les entreprises qui investissent dans le développement des compétences de management d’équipe voient une amélioration significative dans la communication chez leurs employés. De même, la prévention des risques psychosociaux est une formation conseillée pour réduire le stress des collaborateurs. 

Aussi, 60% des salariés se disent plus motivés par leur travail quand l’employeur prend en considération leur bien-être. Une formation dans le domaine de la qualité de vie au travail semble être la réponse la plus pertinente. Enfin, 86% des cadres soutiennent que les entreprises devraient proposer des formations axées sur les soft skills, soulignant l’importance des formations sur le développement personnel.

Le bonheur au travail est influencé par une multitude de facteurs, des conditions de travail aux relations interpersonnelles, en passant par la reconnaissance et la formation continue. La prise de conscience et les initiatives d’entreprises sont encourageantes, mais il reste encore un chemin à parcourir. En investissant dans le développement des compétences humaines, les organisations peuvent non seulement améliorer le bien-être de leurs employés, mais aussi leur propre performance globale. Finalement, le bonheur au travail n’est pas seulement une quête individuelle. C’est aussi un objectif collectif vers lequel tous les acteurs de l’entreprise doivent tendre.

Source : topformation.fr



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Revue du web #501 : télétravail, management et QVCT
revues du web RH

Revue du web #501 : télétravail, management et QVCT

Cette semaine, le télétravail est à la une de la revue de web. À l’ère du travail hybride, qui permet aux employés d’alterner entre le travail au bureau et le télétravail, il est...

Managers : osons relever le défi de l'absentéisme
tribunes

Managers : osons relever le défi de l’absentéisme

En tant que manager, nous sommes aux avant-postes dans la prévention de l’absentéisme. Alors comment, à notre échelle, pouvons-nous agir sur l’absentéisme de nos équipes ?

Gestion des temps : indispensable pour une relation entreprise - collaborateur durable ?
podcasts

[PODCAST] Bougeons Les Lignes, épisode 12 – Gestion des temps : indispensable pour une relation entreprise – collaborateur durable ?

Bougeons les lignes de la gestion des temps avec Cédric Chatelier, Directeur Marketing et Communication chez Horoquartz, éditeur et intégrateur de logiciels qui vous aide à construire une relation...

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH