infographies RH

Besoins en main d’œuvre en 2022 : les recrutements augmentent, la pénurie de compétences aussi

le 12 avril 2022

L’emploi se porte mieux après deux ans de crise : les projets de recrutement sont toujours plus importants, selon la dernière enquête BMO (Besoins en main d’œuvre) de Pôle emploi, que résume une infographie. Mais malgré ce « volume inédit de recrutements », les entreprises ont de plus en plus de mal à dénicher les bons profils et les bonnes compétences.

La reprise économique amorcée en 2021 semble bel et bien se poursuivre. Avec 3 046 000 projets, la dernière enquête BMO (Besoins en main d’oeuvre) de Pôle emploi fait état d’un « volume inédit de recrutements » en 2022. Selon l’infographie qui résume cette étude, ce chiffre est de 12 points supérieur à 2021, et 71 % des projets d’embauche concernent des emplois durables (+ 7 points).

Des entreprises optimistes et qui recrutent

“Les entreprises font preuve d’optimisme”, analyse Pôle Emploi. Près d’un établissement sur 3 envisage de recruter, contre 1 sur 4 en 2021. Selon l’enquête BMO, les recrutements sont en forte hausse « dans la plupart des secteurs », en particulier les services aux particuliers (38 %, + 11 points), les services aux entreprises (24 %, + 11) et le commerce (12 %, + 16).

Dans son infographie, Pôle emploi liste les 10 métiers qui recrutent le plus en 2022. Il s’agit majoritairement de métiers peu qualifiés, ou liés aux services à la personne : viticulteurs et cueilleurs, aides-soignants, serveurs, aides à domicile, agents d’entretien de locaux, professionnels de l’animation socioculturelle, employés de cuisine, ouvriers de l’emballage et manutentionnaires, agriculteurs salariés et employés de libre-service.

L’enquête BMO permet aussi de connaître les projets de recrutement dans le tertiaire et les services aux entreprises. Avec 718 503 projets en 2022, les services marchands représentent 24 % des besoins en main d’œuvre des entreprises françaises. Hors commerce, transports et tourisme, ils regroupent 178 168 projets, et représentent 5,9 % des projets de recrutement. Nombre d’entre eux restent concentrés dans l’Île-de-France (47 %).

Les métiers les plus recherchés sont ceux d’ingénieurs / cadres R&D en informatique (27 715 projets), de développeurs, d’employés / cadres de la banque et des assurances (18 106 projets), d’agents immobiliers (12 385 projets), de cadres commerciaux / marketing (11 990 projets)… et de professionnels des RH et du recrutement (7 640 projets).

Pénurie de candidats et de « profils inadéquats »

Mais si l’emploi se porte bien après deux années de crise, les entreprises font face à une pénurie de compétences toujours plus grande. “Pour 2022, les employeurs anticipent plus de difficultés de recrutement qu’en 2021 (+13 points)”, précise Pôle emploi dans l’infographie qui résume l’étude BMO. Ainsi, 58 % des recrutements sont jugés « difficiles » par les entreprises.

Selon Pôle emploi, la pénurie de candidats reste la principale difficulté de recrutement pour 86 % des recruteurs potentiels, devant « l’inadéquation des profils » (manque d’expérience, de diplôme, de motivation, de compétences, de mobilité, absence de permis), citée par 71 % des employeurs. Viennent ensuite les « conditions de travail » du poste (horaires de travail, conditions générales d’exercice du métier : pénibilité, salaire ; 33 %) et le « déficit d’image » de l’entreprise / secteur / métier (23 %).

Les difficultés de recrutement anticipées par les entreprises concernent 57,9 % des projets d’embauche en 2022 (contre 44,9 % en 2021). Et selon l’étude, « la hausse de la part des projets de recrutements jugés difficiles entre 2021 et 2022 concerne autant les petites structures (de 45 % à 57 % pour les établissements de moins de 10 salariés) que les établissements de plus de 200 salariés. »

Des difficultés de recrutement dans tous les secteurs

Les métiers les plus touchés par ces difficultés de recrutement sont souvent peu qualifiés, ou font partie des secteurs de l’hôtellerie-restauration, de l’industrie, de la santé et de l’aide à la personne. Il s’agit notamment des couvreurs, des carrossiers automobiles, des aides à domicile, des pharmaciens, des plombiers / chauffagistes, des infirmiers, des mécaniciens et des menuisiers.

Dans le tertiaire et les services aux entreprises, les difficultés de recrutement sont là aussi, et se font grandissantes : elles concernent ainsi 58 % des projets d’embauche en 2022, contre 47 % en 2021. Les métiers qui peinent le plus à recruter sont ceux d’ingénieurs et cadres d’administration / maintenance en informatique (78 % de difficultés),  d’ingénieurs / cadres R&D en informatique (68 %), de télévendeurs (72 %), d’agents immobiliers (61 %), de cadres de la banque (54 %), et d’employés de la comptabilité (55 %). A contrario, les cadres des RH et du recrutement se trouvent plus facilement, avec un taux de difficultés de 41 %, tout comme les cadres financiers ou comptables (43 %) et les cadres commerciaux / marketing (39 %).

.

Source : Pôle Emploi



Detres2022-04-21 01:19:25
J'aimerais bien avoir le même type d'études détaillées par secteur d'activité ou type de métier.

Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

revues du web RH

Revue du web #401 : Emploi, télétravail et syndrome de l’imposteur

Les cadres ont été augmentés. Le télétravail est une « norme » pour les jeunes diplômés. Les salariés font face au syndrome de l’imposteur.

Visuel de la tribune Recrutement : art tactique ou choix stratégique ?
tribunes

Recrutement : art tactique ou choix stratégique ?

Le recrutement est un exercice complexe. Les managers, en première ligne, sont en lien avec les besoins immédiats. Mais est-ce suffisant ?

revues du web RH

Revue du web #393 : emploi, télétravail et QVT

En France, ceux qui ont quitté leur travail pendant la crise le regrettent. Télétravail et QVT restent par ailleurs au coeur de l’actu.

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH