tribunes

5 résolutions pour ré-enchanter l’expérience collaborateur en 2022

le 26 janvier 2022

Quelles sont les nouvelles tendances en matière d’expérience collaborateur, en cette nouvelle année ? Voici 5 résolutions à suivre pour la ré-enchanter dans votre entreprise.

Le salarié est aujourd’hui au centre de toutes les attentions : 43% des entreprises ont mis en place une politique d’expérience collaborateur, contre 25% il y a deux ans, selon notre dernier baromètre de l’expérience collaborateur.

Étroitement liée à l’expérience client par effet de miroir (la relation entre l’entreprise et son salarié reflète celle entre l’entreprise et son client), l’expérience collaborateur représente un puissant levier de performance. Un levier mesurable en externe via les réseaux sociaux, et en interne grâce à de nouveaux KPI, tels que l’eNPS (Employee Net Promoter Score). Il s’agit aussi du point de départ de la raison d’être de l’entreprise.

1. Élaborer une stratégie de ré-onboarding

La difficulté à recruter de nouveaux talents, et l’enjeu crucial de la première impression, ont tendance à mobiliser tous les efforts dans le cadre d’une stratégie d’onboarding. Or, l’intégration des derniers arrivants doit être l’occasion d’impliquer les collaborateurs déjà en place, qui jouent un rôle clé dans l’accueil et l’adaptation des nouveaux, en élaborant un processus de ré-onboarding.

Cela vaut d’autant plus lors d’un retour au bureau. Les équipes, longtemps dispersées en raison de la distanciation sociale, doivent faire l’objet d’un soin particulier dès leur reprise en présentiel. Le but ? Recréer du lien entre les membres, qui doivent par ailleurs se réacclimater avec leur lieu de travail. 

Ce nouveau départ peut être honoré par des initiatives simples et rapides à mettre en place :

  • Organiser une réunion d’équipe pour rappeler les fondamentaux comme la réglementation et les valeurs de l’entreprise ;
  • Mettre à jour les trombinoscopes pour faire part des dernières ouvertures de poste et présenter les nouveaux arrivant ;
  • Instaurer le « vis ma vie en entreprise », qui consiste à partager le quotidien d’un collègue pendant un laps de temps pour mieux connaître ses missions ;
  • Former si besoin aux nouveaux outils de travail pour aborder les changements technologiques avec sérénité.

Pour immortaliser ces retrouvailles en bonne et due forme, un kit de goodies personnalisés est également le bienvenu. Carnets, lunch box, chargeurs, gourdes… Toutes ces petites attentions, personnalisées à l’effigie de votre entreprise, -ou, mieux, du collaborateur – contribueront à insuffler une nouvelle dynamique et à ré-engager vos collaborateurs à l’heure de la reprise.

2. Encourager le travail hybride

Normalisé depuis 2020, le télétravail à temps plein a ouvert la voie du travail hydride. Cette nouvelle organisation, qui consiste à partager son temps entre le bureau et la maison, repose sur un savant équilibre entre présentiel et distanciel. 

Si elle n’est pas adaptée à tous les types de poste, elle peut pour certains être facilement mise en place et nécessite peu de matériel. Un ordinateur portable avec accès au VPN, complété par des cadeaux d’entreprise utiles tels qu’une sacoche de transport ou un casque audio, suffiront à créer un cadre propice à la productivité en toutes circonstances.

En associant les avantages du télétravail (flexibilité, autonomie, concentration et gain de temps) et les bienfaits du contact humain (2 jours par semaine au bureau en moyenne), le travail hybride apparaît comme un atout pour la compétitivité de l’entreprise. Mais il nécessitera de pratiquer un management basé sur la confiance, et respectueux de l’équilibre vie professionnelle – vie personnelle.

3. Mettre en place le happy management

La notion de happy management (“management par l’enthousiasme”) vous est peut-être familière. Et pour cause, les sites de recherche d’emploi regorgent d’annonces de “chief happiness officer” (CHO) ayant pour but d’aider les collaborateurs à s’épanouir au quotidien grâce à des pratiques managériales fondées sur l’humain.

Si l’aménagement d’une salle de pause en guise de sas de décompression est essentiel pour créer un environnement de travail agréable et convivial, de plus en plus de services sont proposés afin de répondre à un réel besoin des collaborateurs :

  • La crèche d’entreprise, une structure d’accueil gérée par l’entreprise elle-même pour s’occuper des enfants des salariés sur leur temps de travail ;
  • La conciergerie, qui propose un ensemble de services (réception de colis, cordonnerie, pressing, etc.), gérés par un concierge ou mutualisés dans un même immeuble de bureaux ;
  • La salle de sport, équipée d’appareils de musculation et machines de cardio-training, ou avec la possibilité d’organiser des cours collectifs de yoga par exemple ;
  • L’installation de douches, pour permettre aux salariés de venir au travail à vélo ou de faire une activité physique en extérieur à l’heure du déjeuner.

Mais les aménagements et services précités ne sont qu’un premier pas vers un véritable management bienveillant et positif. Ainsi, ils devront avant tout s’intégrer dans une stratégie d’expérience collaborateur globale ; aux côtés d’autres démarches fondamentales, comme la sécurité psychologique et l’accompagnement au quotidien.

4. Intégrer les nouveaux outils de communication interne

Perçue comme un terrain fertile pour développer le sentiment d’appartenance, véhiculer les valeurs communes et partager les compétences entre équipes, la communication interne constitue une source de motivation inestimable pour l’ensemble des salariés.

Afin d’améliorer toujours plus les relations professionnelles, de nombreux outils de communication interne se sont démocratisés ces dernières années ; des réseaux sociaux d’entreprise aux services de visioconférence.

L’incontournable boîte à idées a également fait peau neuve, en passant du simple packaging en carton à la version électronique. Plus performante sans perdre son aspect ludique, cette boîte à idées digitale 2.0 ouvre une nouvelle fenêtre de tir pour le recueil d’avis ou de suggestions (anonymes ou non) destinés à améliorer le quotidien au bureau.

Associés à des canaux plus classiques comme la newsletter interne ou l’Intranet, ces outils de communication innovants permettront de faire circuler l’information de manière égale et contrôlée pour mieux impliquer les salariés dans la vie interne de l’entreprise.

5. Réinventer les événements d’entreprise

Moins formels, plus décontractés, les événements d’entreprise invitent aujourd’hui à renforcer la cohésion d’équipe, tout en relâchant la pression. La vie en entreprise est ponctuée d’activités internes (petits déjeuners d’équipe, jeux…) et externes (afterworks), pour entretenir les liens sociaux et encourager la bonne entente générale.

En parallèle, les séminaires d’entreprise évoluent, vers des formes plus modernes et originales, à l’image du team building. Escape game, jeu de piste en ville, cours de cuisine : l’objectif est de joindre l’utile à l’agréable. Non seulement en sortant du cadre de travail habituel, mais aussi en apportant une dimension plus récréative, jusqu’ici reléguée au second plan.

Les événements d’entreprise ont aussi opéré une mutation, digitale cette fois, en proposant des versions virtuelles ou hybrides. Du plateau de télévision virtuel à l’outil de captation mobile, l’objectif est de fédérer les collaborateurs, qui peuvent participer en visio-conférence. Avec une place de plus en plus grande donnée à la gamification, par le biais de quizz et de jeux en ligne.

L’expérience collaborateur doit être envisagée comme la reconquête de l’engagement des acteurs de l’entreprise. Comme l’explique Corinne Samama, coach pour dirigeants, elle consiste à travailler autour de 3 dimensions : émotionnelle (le ressenti du salarié), relationnelle (les interactions professionnelles) et fonctionnelle (le travail au quotidien). 

Alors que la quête (grandissante) de sens des Français pourrait susciter prochainement une importante vague de démissions (1), l’entreprise ne doit plus, d’ores et déjà, se contenter de la satisfaction de ses salariés, mais tendre vers un épanouissement réel et durable.

.

(1) 1 collaborateur satisfait sur 2 se déclare prêt à changer d’emploi depuis la Covid-19, selon une étude réalisée par Zeno Group.

.

Crédit photo : Shutterstock / GaudiLab



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Visuel de la tribune Soft skills de l'intelligence collective : ce que Codir et équipes opérationnelles peuvent apprendre les unes des autres
tribunes

Soft skills de l’intelligence collective : ce que Codir et équipes opérationnelles peuvent apprendre les unes des autres

Les soft skills de l’intelligence collective sont différentes, selon que l’on soit en Codir ou dans une équipe opérationnelle. Explications.

salaires-télétravail-surcharge
revues du web RH

Revue du web #411 : Télétravail, surcharge et salaires

Cette semaine, on parle de télétravail et de « paranoïa de la productivité », tandis que le salaire reste un levier d’attractivité.

demissions-salaries-boomerang
infographies RH

Salariés boomerang : comment récupérer les anciens talents ?

Un nombre croissant de démissionnaires regrettent d’avoir quitté leur ancienne entreprise. Comment récupérer ces « salariés boomerang » ?

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH