Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Formation professionnelle pré COVID19
[yasr_visitor_votes size="medium"]

Formation professionnelle : un regard sur le “monde d’avant”

# , ,

La crise sanitaire actuelle rebat les cartes de beaucoup de secteurs. L’entreprise a dû s’adapter dans l’urgence et du mieux possible, et certaines certitudes ont été mises de côté par nécessité. C’est ainsi que le télétravail a été implémenté malgré les réticences, et qu’un management à distance a été – pour beaucoup – improvisé. Un domaine a également été impacté par cette crise : la formation professionnelle. Empowill a créé cette infographie qui rassemble les résultats de plusieurs études, et dresse un panorama des enjeux de la formation professionnelle en 2020 pré-crise.

 

La formation professionnelle : un enjeu pour la fonction RH

Alors que les parcours de Blended Learning sont de plus en plus appréciés en entreprise, la formation à distance est actuellement la seule option à disposition. À la lumière de ce nouveau contexte, il est intéressant de revenir sur les objectifs et enjeux évoqués par les professionnels RH avant le COVID-19. La formation est un enjeu de plus en plus important pour les entreprises, et il n’est pas question de l’oublier, même en temps de crise !

Les professionnels RH ont pris le sujet de la formation professionnelle à bras de corps. Ils sont conscients que les compétences sont le nouvel or noir en entreprise, et qu’il y a là un véritable défi à relever. La formation permet de rester compétitif dans un monde où tout évolue rapidement, et où l’obsolescence des compétences est plus que jamais d’actualité.

En 2020 :

  • 79 % des dirigeants craignent qu’un manque de compétences menace la future croissance de l’entreprise. En 2014, ils étaient 63 %.
  • 61 % des DRH sont motivés par l’accompagnement et le développement des compétences.
  • 87 % des actifs estiment que la formation professionnelle est une chance pour évoluer.

 

La formation professionnelle : un avantage pour tous

Les bénéfices sont nombreux, et pour tous les acteurs de l’entreprise. En effet, doubler le nombre d’actions de formation permettrait de :

  • Réduire l’absentéisme de 44 %.
  • Augmenter la productivité de 16 %.
  • Favoriser la rétention des talents (94 % des salariés affirment qu’ils resteraient plus longtemps dans leur entreprise).
  • Impacter positivement l’engagement et la motivation des collaborateurs (c’est le cas de 93 % des salariés dont l’entreprise possède des processus de formation continue).

 

Encore des progrès à faire…

Si les professionnels RH sont conscients de l’enjeu, il n’en reste pas moins difficile de changer les mentalités et de prendre des mesures concrètes pour faciliter l’accès à la formation professionnelle et améliorer les outils proposés aux collaborateurs.

  • 49 % des apprenants déclarent de pas avoir le temps de se former sur leur lieu de travail.
  • 61 % des salariés s’estiment mal informés sur leurs options et possibilités.
  • Seulement 34 % des apprenants sont incités à se former par leur direction.
  • 30 % des actifs déclarent avoir déjà émis des souhaits de formation lors des entretiens annuels.

 

Des soft skills et hard skills à développer

Quelles sont les compétences les plus recherchées, et donc sur lesquelles il faut travailler ?

  • Top 5 des soft skills :

1) créativité

2) persuasion

3) esprit d’équipe

4) adaptabilité

5) intelligence collective

 

  • Top 5 des hard skills :

1) blockchain

2) cloud computing

3) raisonnement analytique

4) intelligence artificielle

5) UX Design

 

Pour le futur, les compétences les plus urgentes à développer sont :

  • Le leadership et le management (59 %)
  • La résolution de problème et collective thinking (42 %)
  • La communication (40 %)

 

Les responsables de formation aux premières loges

Si la dynamique de formation doit être impulsée par la direction, les responsables de formation sont évidemment celles et ceux qui pourront donner vie aux ambitions. Ce métier a beaucoup évolué ces dernières années, notamment avec la démocratisation du digital. La répartition du temps de travail a particulièrement changé, avec l’apparition de nouvelles tâches :

  • 30 % : élaborer ou chercher du contenu de formation
  • 30 % : identifier les besoins
  • 25 % : promouvoir la formation auprès des dirigeants et salariés
  • 15 % : mettre en place et gérer les formations

 

Les enjeux pour la suite ? 70 % des responsables de formation considèrent que le digital RH est une opportunité d’améliorer la performance de leur service. 49 % ont comme principal objectif pour 2020 de créer une culture de l’apprentissage.

 

La crise du COVID-19 risque de booster certains enjeux évoqués ici : des biais ou préjugés seront peut-être enfin surmontés (l’intérêt et l’efficacité du Digital Learning notamment). Mais là où les responsables RH ont dû réagir, il serait préférable d’agir. Car une stratégie de formation professionnelle ne se met pas en place dans l’urgence et sous la contrainte : elle doit être réfléchie, maturée, adaptée à sa culture d’entreprise, et fait surtout l’objet d’un travail en profondeur pour devenir une réelle entreprise apprenante.

 

Formation professionnelle avant le COVID-19

Source : Empowill
Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

The following two tabs change content below.

Morgane Iraqi

Community Manager chez Parlons RH
Diplômée d'une licence en Lettres Modernes et d'un Master 2 en Communication, Morgane s'est très vite intéressée à l'écosystème des start-up et à la dynamique d’innovation. Passionnée par la culture internet et les réseaux sociaux, elle met toutes ces influences au service de ses clients au sein de Parlons RH en leur proposant un community management moderne, impactant et chaleureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *