Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

interview de jean christophe anna rmsconf 2017

« #rmsconf est tout sauf un salon, c’est une expérience »

# , , , ,

Le 10 octobre, #rmstouch, spécialiste du recrutement mobile et social, attend quelque 800 professionnels RH au Tapis Rouge, à Paris, à l’occasion de la 7e édition de son événement annuel #rmsconf. Son directeur général, Jean-Christophe Anna, a accordé un entretien à Parlons RH dans lequel il revient en détail sur ce nouveau rendez-vous qui fera la part belle à l’expérience candidat/ collaborateur.

 

Les talents au coeur des débats de la #rmsconf 2017

La 7e édition de la #rmsconf s’intitule « Talents : acquisition, intégration, évolution ». Son spectre s’élargit. Pourquoi ce choix ?

À l’origine, #rms signifie Recrutement, Mobile et Social et depuis au moins deux éditions, nous ouvrons le propos. On n’est plus uniquement sur un scope recrutement/ marque employeur, mais aussi sur l’intégration, l’évolution du talent et la trajectoire proposée en interne. Comment va-t-on engager le collaborateur ? Comment va-t-on lui proposer les plus belles opportunités ? Quelle est la vie du collaborateur dans l’entreprise ? Le positionnement de l’événement, c’est d’être sur l’expérience talent au sens large, qui, selon moi, a deux composantes :

  • l’expérience candidat
  • et l’expérience collaborateur.

 

Comment cela se traduira-t-il lors de votre événement ?

#rmsconf est toujours construit autour de six espaces : deux sont dédiés à la promotion (« Networking » avec les stands et « Innovation » avec les démonstrations produits) et les quatre autres sont consacrés au contenu, aux speakers choisis pour l’occasion. Dans ces lieux, on propose un maximum de retours d’expériences sous forme de Case study, de barcamps, de débats… Nous avons également le Challenge Recrutement et le Challenge Startups. Parmi ces quatre espaces, auparavant, nous en avions un pour le « Mobile » et un autre pour le « Social ». Mais, ce n’est plus très innovant aujourd’hui d’être sur le mobile ou engagé sur les médias sociaux. En revanche, avoir un espace dédié à l’expérience candidat d’un côté, et à l’expérience collaborateur de l’autre, ça permet de traiter les deux composantes de cette expérience talent :

  • sourcing, acquisition, marketing employeur ciblé recrutement
  • et la vie du collaborateur, de son intégration à son départ.

 

Comment comptez-vous aborder l’expérience collaborateur ?

Nous allons l’aborder au travers de plusieurs débats. Nous évoquerons la logique des espaces de travail et des bureaux du futur. Comment de grands groupes comme Thales, Deloitte ou La Société Générale ont totalement repensé leurs nouveaux sites pour en faire des lieux de vie complètement différents en adoptant le flex office ou le desk sharing. J’ai également voulu consacrer un débat au RH Agent de talents. Le RH Agent de talents, c’est le RH qui doit composer la meilleure équipe en termes de statuts (salariés, intérimaires, freelances, stagiaires…), de diversité (F/H, culturelle…), etc. Tout en faisant en sorte que des personnes au bureau cohabitent avec des télétravailleurs, des collaborateurs en multi sites… C’est ça l’entreprise de l’avenir. Enfin, nous discuterons de la formation des talents de demain.

 

Dessine-moi un talent

Finalement, c’est quoi un talent à la sauce #rmsconf ?

 

 

Tout l’enjeu justement est de se questionner. En amont, nous avons lancé une opération sur Twitter : « Comment définir le talent en 140 caractères ? ». Pour moi, « le talent n’est ni un mouton à cinq pattes, ni un clone. C’est une vache pourpre libre et audacieuse qui transforme l’océan rouge en océan bleu ». Je m’explique : des entreprises concurrentes se battent pour des talents qui n’en sont pas forcément. Elles veulent toutes le même mouton, le même clone (océan rouge). Pour caricaturer, il s’agit des diplômés ayant un parcours parfait, une trajectoire lisse. Mais lorsqu’ils arrivent dans votre société, ils n’apportent en fin de compte aucun avantage concurrentiel. La « purple cow » représente le remarquable tandis que les entreprises misent sur le raisonnable.

Pour atteindre l’océan bleu aujourd’hui, soit vous vendez un produit ou un service disruptif, soit vous proposez des prestations « classiques », mais les réalisez d’une manière originale, vraiment différente. Dernièrement, j’ai lu « Les vertus de l’échec » de Charles Pépin, on y (re)découvre les portraits de Darwin comme d’André Agassi ou J.K Rowling. Ils sont devenus ce qu’ils sont parce qu’ils ont connu l’échec ! Prendre des risques, c’est aussi le risque d’échouer. Lorsqu’on recrute des personnes un peu différentes, forcément, elles vont vous amener à penser de manière différente, à proposer des solutions différentes et à sortir de ce champ concurrentiel.

 

Il existe déjà plusieurs salons RH. Êtes-vous réellement différenciant ? Et en quoi ?

#rmsconf est tout sauf un salon, c’est une expérience. C’est avant tout un contenu aussi riche que varié. Les speakers ne viennent vraiment pas faire de la réclame. #rmsconf est inimaginable au Cnit ou au Palais des Congrès, le Tapis Rouge participe à créer une identité qui nous est propre. Chaque année, nous essayons de trouver des idées pour proposer une « expérience participant » formidable. On se pose des tas de questions pour que vous passiez une journée hors du temps… Cela passe par : améliorer la signalétique, multiplier les attentions le jour J, mais aussi en amont avec un Save the date remis à jour en fonction de nos avancées, l’envoi d’un parcours personnalisé en fonction d’un questionnaire envoyé au préalable à chaque inscrit. Avec six espaces qui fonctionnent simultanément, 40 formats, 80 speakers, ce n’est pas toujours évident de s’y retrouver. On essaye de proposer quelque chose d’unique.

Nous avons aussi une dimension prospectiviste. Depuis l’édition 2014, nous invitons des anthropologues, sociologues, juristes, historiens, philosophes pour donner un regard nouveau sur les tendances du moment, les technologies, les innovations et leur impact sur l’acquisition et le développement des talents.

 

Concrètement, ça donne quoi ?

Par exemple, l’an dernier, dans le cadre du Challenge Recrutement, une entreprise présente avait une vraie mission à proposer. Les participants ont alors passé des coups de fil pour d’abord identifier des candidats correspondants au poste et ensuite leur proposer un entretien. La personne qui a gagné, a réussi le jour J à trouver un candidat et à le faire venir au Tapis rouge pour passer un entretien ! C’est un peu fou, non ?

 

Le challenge Startups de #rmsconf, un rendez-vous avec l’innovation RH française

Et cette année, quels seront les moments forts ?

Nous aurons à nouveau de la réalité virtuelle avec Jean Mariotte de Smart VR studio qui proposera une expérience unique qu’il a réalisée pour Thales, à savoir effectuer son premier vol spatial en sortant de l’ISS comme Thomas Pesquet il y a quelques mois. Nous accueillerons aussi pour la seconde année consécutive deux trublions que j’apprécie beaucoup, Benjamin Chaminade et Vincent Rostaing. Ils vont animer un format en deux parties : le matin, vous pourrez poser une question sur vos problématiques (enjeux de recrutement, marque employeur, gestion des talents…). En fin de journée, des solutions seront proposées. Nous aurons également quatre Keynotes dans le Grand Escalier, avec Aude de Thuin, qui a fondé le Women’s Forum et Women’s Forum in Africa pour donner la parole aux femmes, Bernard Stiegler, un philosophe qui traite notamment de la fin de l’emploi et Ramaïn Farhangi, créateur de l’École Dynamique. C’est une école démocratique qui se caractérise par l’absence totale de cours, de programme, de note, de devoir…

C’est un rendez-vous qui est très attendu par notre écosystème parce qu’il ne ressemble absolument à aucun autre. Les Français nous le disent chaque année, mais aussi les Suisses, les Belges, les Canadiens qui viennent régulièrement. Et même des Anglo-saxons, je pense à l’Irlandais Johnny Campbell de Social Talent, par exemple. Ils n’ont jamais vu ça, ni aux États-Unis ni ailleurs.
Tous les acteurs majeurs ou presque sont là avec côté des sponsors, RegionsJob, Monster, Leboncoin, Figaro Classifieds (Viadeo / Cadremploi), Indeed, Oracle et Infor… Il ne manque plus grand monde. Pour que de telles marques s’associent à notre événement, c’est qu’il s’y passe nécessairement quelque chose.

 

Quelles sont vos attentes pour cette 7e édition ?

J’attends que les participants vivent une journée incroyable, qu’ils fassent leur veille pour un an et s’enrichissent en échangeant avec les autres. Et qu’ils profitent à fond de l’extraordinaire inventivité de l’écosystème talent en France. Il y a quelques années, on disait qu’une solution venant des États-Unis mettait six mois, un an avant d’arriver chez nous. Aujourd’hui, les solutions naissent sur notre territoire et s’implantent aux États-Unis, aux Pays-Bas ou en Grande-Bretagne, des pays traditionnellement innovants. En lançant le Challenge Startups, on a établi un annuaire qui comptabilise plus de 600 startups RH en France, c’est juste délirant. Pour cette 5e édition, nous sommes passés de 44 startups inscrites l’an dernier à 109 ! Nous en avons sélectionné 11 au lieu des dix prévues initialement. L’innovation en France est assez extraordinaire. D’ailleurs, les entreprises françaises les plus innovantes sur le recrutement ou la gestion des talents, pourraient inspirer de grandes sociétés à l’internationale. Ce n’est pas étonnant si parmi nos participants et certains speakers, on retrouve les représentants — certes français – de Mondelez, Pepsi Co, Adidas, SAP, Allianz, Accenture et bien d’autres.

 

Pour participer à la prochaine #rmsconf à Paris, inscrivez-vous ici.

 

Crédit photo : #rmsconf

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter

The following two tabs change content below.

Aurelya BILARD

Journaliste, Aurélya multiplie les expériences au sein de startups et pure players, avant de s’orienter vers le brand content en freelance. Après avoir traité de nombreux sujets dans les domaines du recrutement et de la formation pour le compte d’un jobboard, elle rejoint Parlons RH en tant que rédactrice RH. Diplômée d’une Licence d’Histoire à la Sorbonne, elle est aussi titulaire d’un Certificat de qualification aux métiers du journalisme (ESJ Paris).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *