infographies RH

Le sport en entreprise : un vecteur d’attractivité

le 04 juillet 2017
la pratique d'une activité sportive par les salariés est bon pour l'entreprise

Malgré les atouts du sport pratiqué en entreprise, seules 12 % des sociétés encouragent leurs collaborateurs à avoir une activité physique sur leur lieu de travail. Decathlon Pro analyse le phénomène dans une nouvelle infographie et révèle quels sont les freins à la pratique sportive dans le milieu professionnel.

Augmentation de la productivité, baisse de l’absentéisme ou encore hausse de la rentabilité nette, voici les quelques bénéfices que tirent les entreprises de l’activité physique de leurs salariés. Et ce n’est pas tout puisqu’une société permettant à ses collaborateurs de faire du sport renvoie une bonne image auprès du grand public et des professionnels. C’est un vecteur d’attractivité.

« Que l’on parle de marque employeur ou de bien-être du collaborateur, le sport en entreprise prend de plus en plus d’importance pour les nouveaux entrants sur le marché de l’emploi », précise Eric Lengert, directeur général de Decathlon Pro.

Les freins au sport en entreprise

Pourtant, le sport doit semble-t-il encore faire ses preuves pour entrer dans les usages des professionnels français. D’après une étude réalisée par la célèbre enseigne de distribution d’articles de sport, seules 12 % des entreprises proposent à leurs salariés de pratiquer une activité sportive au travail. Et 28 % des travailleurs seulement ont la possibilité d’exercer un sport dans le cadre de l’entreprise.

Cependant, si les conditions étaient réunies, 78 % des salariés assurent qu’ils se laisseraient volontiers tentés par l’expérience. Les femmes (71 %) et les moins de 30 ans (80 %) apparaissent comme les plus motivés. La population active non sportive, qui représente 20 % des effectifs, pourrait elle aussi se laisser convaincre. Et ce, à condition pour 51 % d’entre elle d’avoir un lieu dédié pour s’entraîner, comme une salle de réunion transformée en salle de gym à la pause déjeuner, et un lieu, voire un réel vestiaire, pour se changer (40 %).

A noter que les activités physiques les plus pratiquées en entreprise ne demandent pas beaucoup d’infrastructures, à l’image de la marche qui concerne 29 % des salariés. Le football (26 %), le fitness (23 %) et la musculation (22 %) requièrent en revanche un minimum d’installations. Demain, l’entreprise devra-t-elle prévoir en amont des espaces dédiés à la pratique d’un sport sur le lieu de travail si elle souhaite attirer et fidéliser les talents ?

Source : Decathlon Pro



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

podcasts

[PODCAST] Bougeons Les Lignes, épisode 4 : l’approche compétence

Dans l’épisode 4 du podcast Bougeons Les Lignes !, nous analysons les enjeux de l’approche compétence pour les RH et les entreprises.

Les recruteurs sont quotidiennement influencés par des biais cognitifs. La clé : essayer de les apprivoiser.
actualités RH

Biais cognitifs : les apprivoiser pour mieux recruter

Les recruteurs sont quotidiennement influencés par des biais cognitifs. La clé : essayer de les apprivoiser.

Visuel de la tribune Gestion de carrières : comment relancer la relation entreprise-salarié ?
tribunes

Gestion de carrières : comment relancer la relation entreprise-salarié ?

Les relations entre l’entreprise et le salarié évoluent., ce qui pose des questions sur la gestion de carrières.

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH