infographies RH

La femme est-elle l’avenir de l’entreprise ?

le 12 décembre 2017
Dans les entreprises et notamment les TPE, les femmes réussissent mieux que les hommes

Curieux paradoxe dans le monde merveilleux des inégalités sociales : le genre féminin serait adapté à l’entreprise ! Une révélation peut-être pour ceux et celles qui privilégient encore sciemment la carrière de leurs homologues masculins au détriment de l’autre moitié de l’humanité. Un contresens au regard de la place attribuée aux femmes dans la hiérarchie sociale en général, et dans celles de nos entreprises en particulier. C’est pourtant ce que démontre, une fois de plus, la récente étude publiée par Manageo : la valeur professionnelle et la réussite n’ont pas de sexe… ou pas celui que l’on croit.

 

Si tout un chacun était récompensé au mérite, la face du monde pourrait en être changée. Dans l’entreprise, en tout cas, son management perdrait un peu de sa virilité, si l’on en croit la 4e édition du baromètre de Manageo, basée sur l’étude de 5 746 540 TPE dont le sexe du dirigeant est connu.

 

Une fonction occupée de plus en plus par les femmes

Dirigeant, une activité merveilleuse, remplie de responsabilités, de sacrifices et d’ambitions, dont les qualités requises souvent mises en avant riment avec vision, compétition, autorité, leadership… des traits de caractère revendiqués par certains hommes de pouvoir et dont les femmes, de plus en plus nombreuses, s’approprient la pratique ou s’affranchissent pour créer un entrepreneuriat à leur image. Si leur nombre ne cesse de progresser depuis 5 ans (elles représentaient 27,7 % des dirigeants de TPE françaises en 2011 contre 32,4 % en 2016), leur proportion reste faible. Un constat partagé par Katherine Gundolf, professeure agrégée à la Montpellier Business School, qui commente l’étude de Manageo et souligne les raisons d’un tel écart :

  • les rôles traditionnellement répartis dans les TPE entre l’homme qui dirige et son épouse qui l’accompagne ;
  • les schémas traditionnels de la famille : l’homme qui travaille et la femme au foyer, responsable des enfants ;
  • Une aversion au risque plus élevée qui freinerait l’envie d’entreprendre des femmes.

 

Des entreprises structurellement plus fortes

L’information principale de l’étude tendrait à démontrer que les femmes dirigent plus efficacement leur entreprise que ne le font les hommes, et cela en raison même de leur aversion pour le risque, ainsi que le suggère Katherine Gundolf.

Manageo, spécialiste de la solvabilité des entreprises, a identifié un risque de défaillance très inférieur pour les TPE dirigées par des femmes et donc des entreprises en meilleure santé.

  • 2,4 % des TPE pilotées par une femme sont entrées en défaillance en 2016 contre 3,9 % chez les hommes.
  • 38 % de risque en moins pour une petite entreprise de déposer le bilan lorsqu’elle est dirigée par une femme.
  • 55 % des TPE dont le dirigeant est une femme présentent un risque faible ou très faible d’entrer en défaillance pour seulement 47 % des TPE dirigées par un homme.
  • 20 % des dirigeantes sont en risque élevé de déposer le bilan contre 26 % des dirigeants.

Des chiffres qui prouveraient, s’il est encore besoin de le faire, que les femmes sont légitimes à revendiquer une place égalitaire dans l’organigramme des entreprises.

 

Infographie Manageo : dans le monde des TPE, les femmes réussissent mieux que les hommes

Source : Manageo.fr

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter.



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Visuel de la tribune Soft skills de l'intelligence collective : ce que Codir et équipes opérationnelles peuvent apprendre les unes des autres
tribunes

Soft skills de l’intelligence collective : ce que Codir et équipes opérationnelles peuvent apprendre les unes des autres

Les soft skills de l’intelligence collective sont différentes, selon que l’on soit en Codir ou dans une équipe opérationnelle. Explications.

salaires-télétravail-surcharge
revues du web RH

Revue du web #411 : Télétravail, surcharge et salaires

Cette semaine, on parle de télétravail et de « paranoïa de la productivité », tandis que le salaire reste un levier d’attractivité.

demissions-salaries-boomerang
infographies RH

Salariés boomerang : comment récupérer les anciens talents ?

Un nombre croissant de démissionnaires regrettent d’avoir quitté leur ancienne entreprise. Comment récupérer ces « salariés boomerang » ?

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH