tribunes

Communication non verbale en recrutement : inversons les rôles !

le 27 août 2014
Une femme est empêchée de parler

Comment bouger mes mains quand je parle à un employeur potentiel ? Que dois-je faire de mes jambes pendant l’entretien ? La communication non verbale dans le recrutement est à la mode, il suffit de voir les dizaines d’articles consacrés sur le web à ce sujet. Et si, pour une fois, nous inversions les rôles ? Plutôt que de vous stresser pendant que le recruteur décrypte vos gestes et attitudes, vous pourriez tout à fait agir comme lui ! C’est ce que nous vous invitons à faire dans cet article : vous verrez que passer de la situation d’observé à celle d’observateur peut s’avérer aussi amusant qu’instructif.  

 

Peu de cautions scientifiques, et pourtant…

 

Les recherches sur la communication non verbale ne progressent que doucement. Leurs résultats ne faisant pas aujourd’hui l’unanimité, il est difficile d’évaluer la réalité de telle ou telle théorie dans ce domaine.

 

En l’absence de certitudes prouvées et incontestées, l’expérience de Joe Navarro a le mérite d’apporter de riches enseignements. Auteur de nombreux livres sur le langage corporel, Joe Navarro a passé 25 ans au service de contre-espionnage du FBI. Dans ce cadre, il a procédé à l’observation de centaines de personnes lors d’interrogatoires. Il a ainsi développé une véritable expertise dans l’analyse de la gestuelle et des attitudes.

 

C’est en nous appuyant sur les travaux de Joe Navarro et d’autres spécialistes ayant une approche voisine, que nous vous livrons ici quelques trucs et astuces de décryptage.

 

Ce que vous dit le recruteur à son insu

 

L’entretien de recrutement commence, vous voici face à votre employeur potentiel : c’est parti !

 

Sa poignée de main

Molle, elle peut traduire une lassitude passagère, mais aussi une personnalité manquant de dynamisme et de volonté. Vigoureuse, elle reflète l’énergie de votre interlocuteur et son volontarisme : attention à ce que ces derniers ne soient pas trop exacerbés ! Ne tendez pas votre main en premier : il vous accueille dans ses locaux et c’est à lui de montrer la qualité de cet accueil par ce premier contact tactile. Laissez-lui donc… la main !

 

Sa position assise

  • Vers l’avant : il témoigne d’un intérêt, d’une ouverture, d’une volonté de partager avec vous. Bref, pour l’instant, vous l’intéressez.
  • Vers l’arrière : cela peut être le signe d’une distance, d’une volonté d’évitement, d’une crainte. Soit cet employeur n’est pas à son aise, soit il n’est pas ravi de vous recevoir.
  • En extension : il se tient le dos très droit, le menton haut… Pas de doute, il cherche à asseoir sa domination. S’il étend les bras horizontalement sur le dos du fauteuil, il est en tous cas très sûr de lui.
  • En contraction, les bras croisés : il a tendance à se replier sur lui-même, le travail collaboratif n’est pas forcément son point fort. Les épaules qui se referment et le dos qui s’arrondit peuvent exprimer la soumission. S’il se protège le torse au moyen d’un dossier ou de tout autre objet, votre recruteur veut fuir.

Son regard

 

Tordons le cou à une idée répandue mais jamais prouvée : ce n’est pas parce que quelqu’un cesse de vous regarder dans les yeux en parlant qu’il ment ou vous dissimule quelque chose. Cet a priori est si fréquent que nombre de personnes, dans un contexte judiciaire, s’emploient au moment de mentir à regarder le juge ou le policier bien dans les yeux pour le convaincre qu’ils disent la vérité. Prenez soin, de votre côté, de regarder votre employeur potentiel dans les yeux au cours de l’échange, car il fait certainement sien ce cliché.   

 

Son sourire

 

Vous l’avez lu partout, l’employeur attend du candidat qu’il sourie. Mais qui a dit qu’il ne devait pas lui aussi sourire, notamment en vous accueillant ? Sourire traduit l’ouverture à l’autre, la volonté d’être positif. S’il se sent dispensé de le faire même en vous saluant, c’est presque un manque de politesse. Les relations interpersonnelles avec cet employeur risquent fort d’être délicates.

  

Ses mains et ses doigts

  • Ses mains s’écartent de son corps lorsqu’il parle : pour Joseph Messinger, spécialiste de la communication non verbale, ces mains « centrifuges » montrent une volonté de donner une image positive.
  • Ses mains reviennent vers son corps : des mains « centripètes » qui reviennent constamment vers le corps du locuteur suggèrent, au contraire, un caractère égocentrique ou égoïste. La reconnaissance du travail fourni par d’autres n’est peut-être pas la première qualité de votre vis-à-vis, ni son aptitude à accorder des augmentations.
  • Il joint les doigts en pyramide : bon point pour votre employeur potentiel, il croit en ce qu’il dit ! Selon Joe Navarro, ce geste donne même plus de crédit aux propos des témoins à la barre des tribunaux.
  • Il croise les doigts ou serre ses mains en se frottant les paumes : votre interlocuteur manque de confiance en ses propres paroles. Ce recruteur vous cache peut-être quelque chose concernant le poste ou l’entreprise : n’hésitez pas à creuser un peu, par des questions bien choisies, les propos qu’il a tenus en effectuant ce geste !

 

Plus généralement, n’oubliez pas que c’est le changement d’attitude ou de geste du locuteur, plus que le geste en lui-même, qui est révélateur. Vous disposez maintenant de quelques clés pour mieux cerner votre employeur potentiel. Bien entendu, il ne s’agit pas là de l’essentiel dans un entretien de recrutement,  mais si vous réalisez durant l’échange que vous n’êtes finalement pas intéressé par le poste, vous pourrez toujours jouer à l’agent du FBI !

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter


Jean sait dimensionner une prise de parole RH ou corporate grâce à des contenus à forte valeur ajoutée éditoriale ou créative. Il met à profit son expertise, acquise dans les meilleures agences de communication RH, B2B et dans la publicité, dans l’élaboration de tribunes, newsletters et messages impactants. Diplômé en langues, Jean est aussi doté d’un Master en communication.


Sur les mêmes sujets

tribunes

Et maintenant, comment faire de la DRH une fonction essentielle ?

Comment la DRH doit-elle se réinventer pour devenir une fonction essentielle ? Explications de Thomas Chardin, dirigeant fondateur de Parlons RH.

tribunes

Plaidoyer en défense d’un bouc émissaire idéal, le DRH

Pour les anti-capitalistes, il est l’âme damnée du patron. Pour les adorateurs des « premiers de cordée », il est le mauvais conseiller du roi-entrepreneur. Le DRH est cette figure...

[WEBINAR] Comment informer et engager ses collaborateurs sur le terrain et en télétravail
webinars

[WEBINAR] Comment informer et engager ses collaborateurs sur le terrain et en télétravail ?

En cette période exceptionnelle, les directions générales rêvent « d’alignement » de leurs collaborateurs sur les orientations stratégiques de l’entreprise. Pourtant le fossé entre le...

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH