infographies RH

Biodiversité : les salariés jugent leurs entreprises « pas assez engagées »

le 15 mars 2022

Les salariés connaissent de mieux en mieux les enjeux de la biodiversité, et dans ce sens, ils estiment qu’il devrait s’agir d’un sujet incontournable pour les entreprises. Toutefois, comme nous le montre l’infographie qui résume une étude récente d’Ekodev, si de plus en plus d’organisations affichent leur engagement en la matière, les salariés font état de démarches qui se résument « encore trop souvent à des actions ponctuelles, pas assez nombreuses, avec un impact limité ». In fine, les attentes des collaborateurs vis-à-vis de leurs employeurs en matière de biodiversité sont fortes. Ils souhaitent que la direction impulse des actions plus concrètes, mais leur donnent aussi la possibilité de s’investir eux-mêmes au sein de leur société. Un sujet qui devrait intéresser les RH, puisque l’action en faveur de la biodiversité est un potentiel « vecteur d’engagement. »

De plus en plus de salariés sont sensibilisés à l’importance de lutter contre le réchauffement climatique et d’œuvrer pour la préservation de la biodiversité, selon le dernier baromètre d’Ekodev, publié début mars 2022.

Cette enquête, réalisée en janvier-février dernier, montre toutefois que si 90 % des collaborateurs savent définir « correctement » la biodiversité, ils restent un grand nombre à sous-estimer le poids de certaines activités : ainsi, seulement 1/3 des répondants salariés de l’industrie, et à peine 6 % de ceux des assurances et de la finance, ont identifié leur secteur comme ayant un impact sur la biodiversité.

Comme nous le montre l’infographie qui résume l’étude d’Ekodev, protéger la biodiversité est malgré tout « essentielle pour relever les défis environnementaux à venir » pour la majorité (95 %) des salariés. Dans ce contexte, ils sont aussi 75 % à penser que l’engagement de leur entreprise en termes de biodiversité est « un incontournable ». 

Un engagement des entreprises considéré comme « encore trop insuffisant »

Selon le baromètre, 69 % des salariés déclarent que leur entreprise est engagée en faveur de la biodiversité, et 82 %  de ceux qui estiment que leur organisation a un impact négatif sur la biodiversité pensent qu’elle essaye de le réduire. Les raisons de l’engagement des entreprises sont « majoritairement dues à l’application de leur politique environnementale, pour développer la fierté d’appartenance à l’entreprise, et pour développer leur marque employeur », observe Ekodev. 

Toutefois, cet engagement des entreprises est considéré par 61 % des collaborateurs comme « encore trop insuffisant ». Ils pointent du doigt un « manque de sensibilisation et de formation », un engagement qui « n’est pas une priorité stratégique »,  et une « incohérence entre volonté affichée et réalité ». Ainsi, malgré un engagement affiché et des actions initiées, « les efforts ne sont pas à la hauteur des enjeux, selon les collaborateurs », qui déplorent « des démarches qui se résument encore trop souvent à des actions ponctuelles, isolées les unes des autres, pas assez nombreuses, avec un impact limité ». Certains regrettent notamment l’absence de « budget alloué » à la biodiversité, ou de « poste dédié » dans leur organisation.

Actions concrètes, formation : des attentes fortes vis-à-vis des employeurs

In fine, les attentes des collaborateurs vis-à-vis de leurs employeurs en matière de biodiversité sont fortes. Ils souhaitent ainsi que leurs entreprises mettent ce sujet « à un niveau stratégique », que leurs directions déploient une « stratégie globale et cohérente » avec les enjeux réels de ce sujet, et « mettent en place des actions qui ont du sens par rapport à chaque métier ».

L’infographie d’Ekodev le montre : 75 % des salariés veulent s’impliquer et « s’investir davantage sur le sujet ». Ils se disent « volontaires pour participer à l’effort » de leur entreprise pour préserver la biodiversité. Leurs motivations : contribuer à des enjeux qui dépassent le cadre de leur organisation, mais aussi « donner plus de sens » à leur travail, et développer des compétences. « Les salariés souhaitent qu’on mettent en place des moyens humains et financiers, monter en compétence sur le sujet, et qu’on leur donne les clés pour agir », indique l’étude.

Pour Ekodev, « cela implique pour les entreprises de réaliser des diagnostics biodiversités de leurs sites afin d’entrer dans une démarche stratégique », et de de former / sensibiliser les collaborateurs pour favoriser leur « montée en compétences », ainsi que pour les « fédérer autour de projets porteurs de sens ». L’étude souligne finalement que l’action de leur entreprise en faveur de la biodiversité est un potentiel « vecteur d’engagement pour les salariés. »

Source : Ekodev.



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Visuel de l'épisode 3 du podcast Bougeons Les Lignes : l'expérience collaborateur
podcasts

[PODCAST] Bougeons Les Lignes, épisode 3 : l’expérience collaborateur

Dans l’épisode 3 du podcast Bougeons Les Lignes !, nous analysons l’enjeu de l’expérience collaborateur pour les RH et les entreprises.

talent-management-gestion-talents
actualités RH

Les 5 clés d’une gestion des talents réussie

Attirer et conserver les bons talents aux bons postes, au service de l’innovation et de la performance de l’entreprise : tel est l’objectif d’une bonne gestion des talents. Plusieurs...

attentes-salaries
infographies RH

Télétravail et horaires flexibles : les nouvelles attentes des salariés en 2022

Soucieux de bénéficier d’un meilleur équilibre vie professionnelle – vie personnelle, les salariés français attendent aujourd’hui davantage de flexibilité. Sans la possibilité...

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH