actualités RH

4 innovations prêtes à révolutionner la fonction RH

le 14 juin 2017
Des start-up révolutionnent la sphère RH

Dans le cadre du prix Innovators Under 35 Summit Europe, le magazine américain MIT Technology Review a sélectionné les dix entrepreneurs français de moins de 35 ans qu’il considère comme les plus innovants. Ces lauréats, qui devraient révolutionner le futur de la santé, de l’environnement, mais aussi du travail, ont été présentés à Paris le 8 juin 2017 à l’Atelier BNP Paribas, partenaire de l’événement. Lors de cette soirée, à laquelle Parlons RH a assisté, quatre projets ont retenu particulièrement notre attention. Et pour cause, ces avancées technologiques pourraient impacter, à des degrés divers, la sphère RH.

 

Big Data RH : Clustree favorise la mobilité interne

La startup Clustree détient-elle la recette magique de la mobilité réussie en entreprise ? A grand renfort d’algorithmes, elle est parvenue à convaincre de très grandes entreprises de l’utilité et de la pertinence de son projet. Celui-ci consiste à prédire quel candidat en interne est le plus apte à décrocher le poste proposé. Et ce, qu’il vienne du secteur R&D ou ressources humaines pour rejoindre par exemple un pôle communication. Le Big Data doit ici prouver que les parcours transversaux sont possibles. Et qu’il n’est pas forcément utile de chercher en externe un talent qu’on a peut-être déjà sous son nez.

Concernant les critères de sélection ou la méthodologie utilisée, Clustree reste particulièrement muet sur le sujet. Ce que l’on sait en revanche, c’est que chaque entreprise faisant appel à cette solution dispose d’un algorithme spécifique et que la gestion de carrière est vue au travers de plusieurs prismes : le recrutement bien entendu, mais aussi le risque de départ ou encore la succession. Poudre aux yeux ? Pour l’heure, nous manquons du recul nécessaire pour juger de la viabilité du produit sur le long terme. Mais Clustree, qui célèbre son troisième anniversaire en juillet 2017, voit de grands comptes comme Sanofi, L’Oréal ou encore le Crédit Agricole lui renouveler leur confiance. Sa très médiatique présidente Bénédicte De Raphélis Soissan continue de convaincre. Dernièrement, elle a clôturé une levée de fonds de 7 millions d’euros. De quoi largement réaliser son projet d’ouvrir des bureaux aux Etats-Unis d’ici 2020.
 
>><!–[if lte IE 8]>

<![endif]–>Téléchargez notre e-book sur la marque employeur hbspt.cta.load(2838721, ‘078f66c2-386d-4b6c-9551-67599c03e19e’, {});
 

L’innovation Ava pour 400 millions de sourds et malentendants

En entreprise, les sourds et malentendants doivent souvent se contenter de lire sur les lèvres lorsqu’un collaborateur prend la parole. Lors d’une réunion où toute une équipe est invitée à s’exprimer, il peut être facile de perdre le fil des échanges. Afin de venir en aide aux 400 millions de personnes concernées par ce handicap, Thibault Duchemin, fondateur et CEO d’Ava, a développé une application permettant de retranscrire en temps réel des conversations. Cerise sur le gâteau, elle parvient à distinguer plusieurs interlocuteurs en simultané. Pour qu’elle fonctionne au mieux, il faut que chaque interlocuteur ait téléchargé et paramétré l’application.

L’outil a séduit un géant de la télécommunication. En effet, Orange croit dans son potentiel et héberge la start-up dans ses locaux de la Silicon Valley, aux Etats-Unis. Il faut dire que le secteur de la retranscription évolue dans sa globalité. En avril dernier, on apprenait que le métier de e-Transcripteur de la parole, qui consiste donc à retranscrire la parole d’un interlocuteur, se voyait inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). A défaut de se substituer à l’homme, l’application d’Ava pourrait être un élément complémentaire pour favoriser l’accueil des sourds et malentendants dans l’entreprise dans le cadre d’une politique RSE.

 

Rythm révolutionne le sommeil avec Dreem

Une étude RAND datant de 2016 tend à prouver que le manque de sommeil impacte l’économie globale avec des pertes estimées à près de 700 milliards de dollars par an. Et ce, rien qu’en prenant en compte les recherches menées aux Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni et Japon. Dans ce contexte, la startup française Rythm semble arriver à point nommé avec son casque connecté Dreem, un concentré de technologies dont le but est d’améliorer la qualité de vos nuits. Des capteurs intégrés analysent l’activité cérébrale, tandis que des sons, étudiés pour allonger les phases de sommeil profond, sont diffusés par l’appareil. A la clé, la promesse d’un repos réparateur et d’utilisateurs en meilleure santé. Conséquence indirecte : des salariés plus productifs et plus performants.

La ficelle paraît un peu grosse pour faire le lien avec la sphère RH ? Et pourtant, le sommeil des salariés fait bien partie des préoccupations des employeurs. Pour preuve, l’entreprise américaine Aetna a fait beaucoup de bruit l’an dernier en s’intéressant au bien dormir de ses employés. Son PDG Mark Bertolini avait lancé un programme innovant en proposant de mieux payer ses collaborateurs à la condition qu’ils dorment mieux. Ceux capables de prouver qu’ils avaient eu vingt nuits d’au moins sept heures percevraient 25 dollars par nuit, une prime au dodo plafonnée à 500 dollars par an. Pour réussir son pari, tout en faisant preuve de pédagogie, ce géant de l’assurance avait également communiqué auprès du personnel sur les bienfaits du sommeil, du yoga et de la méditation. Résultat : l’entreprise a enregistré une hausse mensuelle de la productivité de 69 minutes par salarié.

Mais une question éthique se pose, la frontière vie privée/vie professionnelle étant largement franchie. En effet, comment gérer les données personnelles des salariés ? Il paraît intrusif de leur demander leur relevé mensuel de sommeil ou encore une copie de leur activité cérébrale, non ? Les DRH devront probablement se creuser les méninges pour savoir comment utiliser à bon escient ce nouvel outil. Mais il ne faudrait pas qu’elles y passent des nuits blanches.
 
<!–[if lte IE 8]>

<![endif]–>New Call-to-action hbspt.cta.load(2838721, ‘44383076-e610-40a7-977a-00b37dbfc72d’, {});
 

Japet Medical Devices traque le mal de dos

Le mal de dos coûterait près d’un milliard d’euros par an aux entreprises, estime la branche accidents du travail de la Sécurité sociale (chiffre de 2016). Mais il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg puisque cette somme n’englobe pas les coûts cachés, à savoir les remplacements, les formations ou encore les réorganisations des services engendrés par les absences des salariés. Si les accidents du travail sont globalement en baisse, les lombalgies, elles, affichent une croissance de 13 % ! Aussi, on comprend bien pourquoi Atlas, l’exosquelette de Japet Medical Devices, suscite autant l’intérêt. Le produit permet d’étirer la colonne vertébrale et de muscler le dos. En clair, il contribue à la rééducation du patient et à le remettre sur pied.

Les premiers essais cliniques devraient avoir lieu cette année. Ce projet, unique en son genre, apparaît comme une bouée de sauvetage pour de nombreux secteurs touchés par le mal de dos, parmi lesquels celui des Services à la personne. Il n’est donc pas surprenant d’assister dans ce domaine à la montée de la robotisation. Les startups françaises spécialisées (Cybedroïd, Aldebaran Robotics, Robopolis…) innovent et présentent tour à tour leurs robots domestiques. Leur but : favoriser le maintien à domicile des personnes âgées, tout en soulageant une catégorie de personnel comme les auxiliaires de vie ou encore les infirmiers. Le recours à ces machines permet d’éviter ou de retarder l’apparition de pathologies.

Pour découvrir davantage d’innovations bousculant la bulle RH, suivez le salon Viva Tech 2017 qui a lieu du 15 au 17 juin à Paris. La fonction RH y est mise à l’honneur par ManpowerGroup, partenaire exclusif de l’événement. Et l’équipe de Parlons RH sera présente pour parler avec vous de disruption.
 

Crédit photo : Shutterstock / Rawpixel.com

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter


Journaliste, Aurélya multiplie les expériences au sein de startups et pure players, avant de s’orienter vers le brand content en freelance. Après avoir traité de nombreux sujets dans les domaines du recrutement et de la formation pour le compte d’un jobboard, elle rejoint Parlons RH en tant que rédactrice RH. Diplômée d’une Licence d’Histoire à la Sorbonne, elle est aussi titulaire d’un Certificat de qualification aux métiers du journalisme (ESJ Paris).


Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Solution digitale RH comment la confiance numérique et la sécurisation des données facilitent l’adhésion des salariés
webinars

[WEBINAR] Solution digitale RH : comment la confiance numérique et la sécurisation des données facilitent l’adhésion des salariés ?

Comment gagner la confiance numérique des collaborateurs quand seulement 42% des internautes français indiquent avoir globalement confiance en internet ?

agenda RH 9 novembre 2021 MooveOne - 365 Talents - Altays - Cornerstone - PickYourSkills - Elevo - Textkernel - Le Lab RH - CNAV - GIUNTI

#24heuresRH : une journée de conférences dédiée au talent management

Des experts de la fonctions RH et du marché des solutions vous présenterons 10 webinars sur le management des talents. Rendez-vous le 9 novembre, de 9h à 18h.

Lancement de 5e baromètre national de l'expérience collaborateur
études RH

Baromètre 2022 de l’expérience collaborateur : les professionnels RH peuvent-ils changer le monde ?

Parlons RH vous soumet le questionnaire de son 5e baromètre national de l’expérience collaborateur, sous le signe de la reprise et des transformations du travail.

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH