Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

[yasr_visitor_votes size="medium"]

Management : le zèbre est-il l’avenir de l’Homme ?

# , ,

Zèbres, HP, HPI, multipotentiels, profils atypiques, philocognitifs… Ces collaborateurs “singuliers” sont source de forte valeur ajoutée pour les entreprises. Pour cela, les managers doivent connaître leurs différences, comprendre leurs besoins spécifiques et faire en sorte qu’ils se réalisent pleinement. Cette approche bénéficie à l’ensemble des collaborateurs, et notamment aux nouvelles générations arrivant sur le marché du travail.

 

Qui sont les zèbres?

Les zèbres fonctionnent avec une intelligence différente et sont d’une sensibilité extrême, comme le développe Jeanne Siaud-Facchi dans son ouvrage “Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué”. Ils ont en commun un certain nombre de traits de caractère :

  • une pensée en arborescence
  • un mental qui ne s’arrête jamais de tourner
  • une curiosité sans limites et des idées qui fusent non-stop
  • une grande capacité de raisonnement et de résolution de problèmes, de manière très rapide et intuitive
  • des difficultés pour expliquer leur démarche de manière séquentielle
  • un goût prononcé pour les challenges, le changement et la complexité.

Les zèbres expriment un grand respect de leurs valeurs et un sens aiguisé de la justice. A cela s’ajoute une sensibilité particulière aux stimuli sensoriels – hyperesthésie -, comme le bruit ou la lumière. Leur confiance en soi et leur estime de soi ne se trouvent pas toujours au top. Le tout est saupoudré d’un humour particulier, très “second degré”, qui n’est pas forcément compris et apprécié par les autres collaborateurs !

 

Quels sont leurs besoins spécifiques ?

Pour développer tout leur potentiel, et rester en poste, les zèbres ont un besoin essentiel : la motivation. S’ils s’ennuient, ils ne resteront pas longtemps au poste attribué. Ils iront chercher ailleurs ce qui, pour eux, est aussi précieux que l’air qu’ils respirent : l’intérêt. Selon une enquête réalisée dans les différents groupes de zèbres, HP, HPI présents sur Facebook, cette motivation repose sur :

  • un cadre défini, un maximum d’indépendance et des personnes compétentes pour répondre à leurs questions
  • du sens – c’est dans leur ADN! – et une vision globale du projet dans lequel ils sont impliqués
  • des missions qui leur permettent d’assouvir leur soif d’apprendre et leur curiosité insatiable.

Par besoin, les zèbres se nourrissent de la confiance de la part de leurs collaborateurs, de la reconnaissance pour la qualité de leur travail quand elle est méritée, et de la bienveillance. Pourquoi ? Parce qu’ils sont des candidats privilégiés pour le syndrome de l’imposteur et du “faux self”. Ils expriment aussi une forte exigence vis-à-vis de leur hiérarchie. Un zèbre ne respectera pleinement son N+x que s’il le juge compétent. L’étiquette seule, ça n’est pas son truc!

 

Un management “brain-friendly”

Laure Belin, interrogée par Vincent Ruck pour son ouvrage “Les neurosciences pour inventer le management 3.0.”, éclaire les comportements que les directions doivent adopter face aux zèbres. Leur management se fonde sur le respect de l’Humain et de sa singularité, développé avec l’aide des neurosciences. Il s’agit de tenir compte des forces et du mode de fonctionnement optimal du cerveau. Car oui, les zèbres sont différents sur le plan cognitif. Cette différence repose sur une anatomie et une physiologie cérébrales différentes comme le démontrent les études réalisées en imagerie cérébrale.

On peut parler aussi de management équitable et inclusif, c’est à dire qui s’adapte aux différences de chacun et permet d’en faire des forces pour l’entreprise. Ainsi, il valorise la singularité au lieu de chercher à la nier ou à l’effacer. Cela suppose de sortir des représentations et des stéréotypes, de ne pas tomber dans la discrimination, négative comme positive. D’où l’importance de sensibiliser et de former, non seulement les managers, mais aussi l’ensemble des collaborateurs, à reconnaître ces personnes atypiques et à comprendre leurs différences, pour mieux travailler ensemble et décupler les performances de l’entreprise.

Dans notre monde en pleine mutation, les DRH sont de plus en plus nombreux à adhérer à cette conception du facteur humain comme potentiel moteur du développement de leur entreprise. Les zèbres représentent de réels alliés en raison, justement, de leur fonctionnement, en parfaite adéquation avec les nouveaux besoins des entreprises. Comprendre leurs différences, pour leur permettre d’exprimer tous leurs potentiels au service de la performance des entreprises, est aussi un puissant moyen de préparer l’arrivée des nouvelles générations dans le monde du travail. Les demandes et les besoins de ces derniers sont en de nombreux points semblables à celles des zèbres.

 

Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

Monique Sallaz

Docteur en Neurosciences
Monique Sallaz, docteur en Neurosciences (Ph.D.) est coach professionnel individuel et d'équipe international (RNCP1), praticienne Mindfulness et zèbre elle-même. Elle accompagne les personnes multipotentielles (zèbres, surdoués, HP, HPI, philocognitifs) à retrouver du sens, à mieux vivre leur douance, à assumer leur singularité et à valoriser leurs talents. Elle conseille les dirigeants, les managers, les équipes et les organisations à mieux connaître et accueillir la douance et plus généralement la diversité cognitive, au delà des préjugés et des stéréotypes, pour un management brain-friendly, équitable et inclusif. Enfin, elle a la charge du coaching personnalisé des challengers du jeu Goodbye Comfort Zone, créé par Hanine MHANND.

2 Commentaires

  1. LEMESLE le 11 septembre 2020

    Merci beaucoup pour ce moment à rayures et la mise en valeur des singularités individuelles. J’aimerais en savoir plus sur la différence d'”anatomie cérébrale ” des zèbres . Ca paraît improbable !

  2. Myrtille le 14 septembre 2020

    Oh comme j’aimerais que mes rayures soient prises en considération…
    Je lis cet article et je pleure: je suis zèbre au royaume des moutons aveugles et sourds et mon R+1 en est le roi!
    Quelle souffrance que d’aller travailler tous les matins dans un environnement si différent et parfois même hostile. Je travaille dans la fonction publique et cela relève du masochisme!
    Si seulement nous pouvions être utilisés à la hauteur de notre potentiel plutôt que d’être sans cesse bridés…
    Merci d’écrire des articles de la sorte qui feront peut-être évoluer les choses au fur et à mesure…
    Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *