Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

5/5 (1 votes)

La gamification peut-elle rendre accro aux formations ?

# , ,

Apprendre, c’est bien, le faire en s’amusant, c’est mieux. C’est en partant de ce principe que de nombreuses entreprises proposent de nouvelles façons de se former directement inspirées des univers des jeux vidéo. Plus ludiques, plus interactives, plus graphiques ces formations tendent à effacer les frontières entre gaming et learning, pour le plus grand bonheur des salariés qui voient  leurs formations devenir plus agréables en même temps que plus enrichissantes. De plus, ces nouvelles méthodes en plus de faire passer facilement les formations les plus ardues, peuvent dans certains cas renforcer la cohésion des équipes via des applications fonctionnant en réseaux. Jeux de rôle, de stratégie, d’esprit, simulateur, différents styles et univers sont maintenant proposés pour nous rendre tous aussi accros à une formation qu’à un jeu vidéo, et ce, avec différentes variations.

 

Le jeu de rôle pour une formation dans la peau d’un héros

Dans l’univers du gaming, le jeu de rôle permet de se mettre dans la peau d’un personnage qui affronte certaines situations plus ou moins confortables dans des univers divers et variés. La plupart du temps, l’enjeu dans ce type d’aventure est de pouvoir s’adapter et de progresser afin de survivre en tapant sur tout ce bouge ou, plus modestement, en résolvant des énigmes. Au vu du constat de départ et des objectifs à l’arrivée, ce type de jeu a donc un fort potentiel pour la création de formations attractives.

En créant des aventures adaptées aux besoins de développement de différentes aptitudes, certaines sociétés créent des modules de serious games prédéfinis, utilisables immédiatement et selon les besoins de formations. Dans un contexte (au choix) futuriste, exotique, historique, les collaborateurs ont la possibilité de développer des compétences allant de l’amélioration de l’empathie en passant par l’optimisation de la productivité, les clés pour préparer une proposition, des solutions pour augmenter ses ventes, etc. Dans la peau de marchands vénitiens, d’employés du futur de robinsons ou d’aventuriers en mode Koh-Lanta, la montée en compétences via ce type de game-based learning s’avère d’une redoutable efficacité avec une augmentation de 98% de la motivation professionnelle chez les employés, + 19% d’amélioration du niveau d’engagement et +8% de productivité.

 

Offrir de nouvelles possibilités aux plus stratèges

Autre univers autre style, le jeu de stratégie ravira ceux et celles qui ont pour vocation de bâtir un empire. Pour y arriver, le chemin est généralement très long et plutôt ardu. Au départ de ce grand projet, un modeste village et ses habitants qu’il va falloir faire travailler dur contre vents et marées pour pouvoir se développer et vous permettre d’accéder à un niveau de suzeraineté acceptable pour votre égo. Le joueur dès le départ, doit savoir gérer des ressources, s’adapter aux situations les plus critiques (météo, joueurs adverses, conflits…) pour étendre son influence et in fine devenir leader d’un monde plus ou moins civilisé. Un objectif très constructif et très formateur surtout quand on aime être le boss, mais aussi très utile pour mettre en valeur ses qualités de stratège, de gestionnaire, et même de diplomate.

Aujourd’hui certaines entreprises ont repris ces recettes à succès pour proposer des formations très constructives. Missions, entreprises, graphismes, ce type de serious games stratégique est souvent entièrement personnalisable et reprend les grands principes de nombreux jeux en réseaux qui pullulent sur nos smartphones. D’ailleurs, certains sont même disponibles sur mobile. Construction, gestion de ressources, interaction, voire, compétition entre les joueurs, tous les ingrédients sont réunis pour rendre accros tous les participants. De l’interaction à l’émulation, il n’y a qu’un pas que ce type de serious game fera franchir aux bénéficiaires de ces formations.

New Call-to-action

Au bonheur des simulateurs

Si vous n’aimez pas les jeux de rôles ou de stratégies, mais que le concept même de l’utilisation de l’univers du gaming pour mettre en valeur votre formation ou vous perfectionner vous intéresse, sachez que de nombreuses entreprises rivalisent de créativité pour vous permettre aussi de mettre en place des serious games qui imitent le quotidien de nombreux métiers, voire des situations extrêmes.

Via des simulateurs pointus, il est aujourd’hui possible de recréer des situations nécessitant de s’entraîner à acquérir des réactions appropriées. Ce mode d’apprentissage n’est désormais plus le monopole des pilotes d’avions. Entretiens d’embauches, opérations médicales… le champ des possibles s’élargit de plus en plus pour proposer une réalité virtuelle conçue pour acquérir de nouvelles compétences. Car si la réplique exacte du réel est impossible, le jeu vidéo est désormais capable de l’imiter et facilite l’apprentissage « en situation », il s’intègre dans une perspective constructiviste de l’apprentissage et favorise l’identification et la prise de décision.

 

Le juste équilibre pour ne pas être accro

Grâce à la technologie et à l’imagination, on pourrait se dire que se former devient un vrai plaisir. De là à penser que cette façon d’apprendre finira par nous rendre accro au savoir il n’y a qu’un pas qu’on ne franchira pas. Avec ces serious games nous restons dans un univers de formation qui pour être efficace ne doit pas demander beaucoup de temps pour être assimilé. Tout le contraire des jeux vidéo qui rendent accros via une difficulté toujours renouvelée et pour lesquelles on passe des nuits blanches avant qu’ils ne soient terminés. Si on devait en faire autant avec certaines formations, il serait alors évident que l’addiction deviendrait contre-productive pour l’entreprise. Heureusement, la conception de ces jeux n’utilise que le bon côté du gaming pour faire passer un message, expliquer des choses de façons agréables et simples et en aucun cas faire durer le plaisir en compliquant les modalités de fin du jeu.

De sages précautions pour éviter le game over…

 

Crédit photo : Shutterstock/Ace

 

   Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter

The following two tabs change content below.

Cyril DESMARGEZ

Rédacteur à ses débuts en agence de communication, Cyril démarre ensuite une carrière en free-lance riche en différentes missions. Livres blancs, contenus, script, sites … il acquiert durant cette période une grande expérience en rédaction, mais aussi en gestion de la relation client. L’envie de participer à un beau projet commun, de travailler en équipe lui fait par la suite rejoindre Parlons RH. Cyril est diplômé Art et lettres et ancien élève des beaux-arts. Et même s’il a délaissé les pinceaux pour la plume, il garde toujours à l’esprit que pour bien travailler sur un sujet, il faut une bonne structure et une bonne idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *