Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Les DRH, futurs Human partner ?
5/5 (3 votes)

Human Partner, le nouveau rôle de la fonction RH au sein de l’entreprise

# , ,

44 % des collaborateurs affirment qu’ils pourraient se passer de la DRH d’après une infographie signée du cabinet Keyrus. La fonction RH est appelée à opérer sa mutation et à devenir la Direction de l’expérience collaborateur.

 

La digitalisation pour sauver le soldat RH

À l’orée de 2020, l’interrogation (provocatrice) portée par le cabinet Keyrus ne laisse pas indifférent : la DRH va-t-elle disparaître ? Et pour cause, 75 % des collaborateurs voient en elle un rôle principalement tourné vers l’administratif. 44 % considèrent même qu’ils pourraient bien se passer de ses services. En clair, les collaborateurs ne parviennent pas à percevoir la plus-value de la fonction RH. La fracture entre collaborateurs et professionnels RH est-elle consommée ? Le phénomène est-il irréversible ?

Pour sauver le soldat RH, les acteurs des ressources humaines le répètent à l’envi : la digitalisation de la fonction se révèle une opportunité. L’automatisation et la simplification des processus administratifs permettent aux professionnels RH de gagner un temps précieux pour se concentrer sur les missions à forte valeur ajoutée comme la gestion des carrières, la montée en compétences, la politique de rémunération… En somme, la digitalisation remet l’humain au centre de l’entreprise.

Une ambition que la DRH appelle de ses vœux. Pour rappel, trois quarts des professionnels RH ont choisi leur métier pour le facteur humain. Aussi, lorsque 43 % d’entre eux considèrent que ce dernier n’est pas suffisamment pris en compte dans leur entreprise, il semble qu’il y ait maldonne. Pourtant, fin 2018, seuls 21 % des DRH considéraient leur maturité digitale d’un bon niveau. 2020 sera-t-elle l’année du changement ?

 

L’humain au centre de la mission de la DRH

La fonction RH n’a d’autre choix que de se repositionner au sein de l’entreprise. Une piste ? Un DRH sur trois souhaite devenir un Human Partner en offrant à chaque collaborateur un accompagnement personnalisé.

Cette stratégie de remettre l’humain au centre, de considérer le collaborateur comme le client de la DRH, impacte l’attraction des candidats, ainsi que la fidélisation et l’engagement des collaborateurs. Tous les points de contact existant entre les collaborateurs et l’entreprise doivent être listés afin de déterminer quelles sont les actions à mettre en place.

Ces éléments pris en compte permettront à la DRH de se positionner comme Human Partner, mais également comme Business Partner. Et pour cause, l’expérience collaborateur joue un rôle clé dans les performances individuelles et collectives.

Pour que la DRH devienne cette Direction stratégique de l’Expérience Collaborateur, Keyrus énonce quatre chantiers incontournables :

  • Formuler une promesse engageante et cohérente ;
  • Mettre à disposition des outils pour permettre aux collaborateurs de se développer en continu ;
  • Accompagner les collaborateurs vers de nouveaux métiers ;
  • Développer des outils digitaux pour informer les collaborateurs (portail en self-service, chatbot…)

 

L’expérience collaborateur s’est affirmée comme un sujet majeur au sein des organisations. Près de trois quarts des responsables RH connaissent bien voire très bien cette notion, d’après le baromètre national de l’expérience collaborateur 2019. Pourtant, le déploiement d’une politique dédiée stagne. Quels sont les freins à lever ? 

 

La DRH va-t-elle disparaître ?

 

Source : Keyrus
Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

The following two tabs change content below.

Aurelya BILARD

Journaliste, Aurélya multiplie les expériences au sein de startups et pure players, avant de s’orienter vers le brand content en freelance. Après avoir traité de nombreux sujets dans les domaines du recrutement et de la formation pour le compte d’un jobboard, elle rejoint Parlons RH en tant que rédactrice RH. Diplômée d’une Licence d’Histoire à la Sorbonne, elle est aussi titulaire d’un Certificat de qualification aux métiers du journalisme (ESJ Paris).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *