Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Serious games : la RH se prend au jeu

# , , ,

Les serious games, ces jeux virtuels développés depuis plusieurs années dans le domaine de l’armée, ont intégré de nombreux secteurs d’activité. Le salon Serious games expo, qui s’est tenu fin novembre, ainsi que le Livre blanc du serious game, que vient de publier RegionsJob, confirment que la pratique n’est plus réservée aux grands groupes.  Ils montrent aussi que les serious games, qui étaient utilisés à l’origine lors de formations, gagnent maintenant d’autres processus RH : le recrutement mais aussi l’intégration, également appelé le onboarding.

 

Développer les compétences tout en renforçant la marque employeur

 
Fonctionnant comme des jeux de simulation classiques utilisés dans les processus de formation mais dont le support serait virtuel, les serious games réussissent à atteindre un double objectif : développer de façon ludique les compétences des collaborateurs tout en renforçant la marque employeur de l’entreprise. Pour cela, ils proposent un environnement virtuel mettant en scène une situation que pourra connaître le salarié en formation, posent un problème à résoudre, et indiquent le but à atteindre.

Intervenant à l’origine à l’occasion de nouvelles formations, ou encore d’entretiens annuels, les serious games rencontrent aussi de plus en plus de succès dans le recrutement, notamment des juniors. Cette nouvelle méthode de recrutement permet de capter jusqu’au bout leur attention en collant à leurs modes de communication (tablettes, smartphones…). Cela permet aussi de les sensibiliser à des problématiques bien réelles qui prennent forme sous leurs yeux, comme par exemple les dangers liés aux accidents du travail.

Et comme n’importe quel jeu vidéo, au moment du « game over », les résultats de chaque joueur apparaissent, permettant de mettre en avant de façon amusante et ludique, les forces et faiblesses de chacun, et donc d’évoquer plus facilement les points d’amélioration.
 
CTA e-book e-réputation employeur vert
 

L’intégration aussi se met au virtuel

 
La vague s’étend sur de plus en plus de processus RH. Les serious games commencent à investir un nouveau terrain de jeu : l’intégration, également appelée onboarding. Intervenant entre le recrutement et la formation, ce processus s’appuyait jusqu’à présent, au mieux sur un “parcours d’intégration”, réalisé avec plus ou moins d’implication et d’application par les RH, au pire sur une simple fiche d’intégration.

Aujourd’hui, des solutions d’avenir spécialement dédiées au onboarding se développent, comme les  “Total integration days”, mis en place chez Total. Mélangeant événement présentiel et jeu virtuel, ils permettent de faire intégrer de façon efficace et non rébarbative la culture et les codes de l’entreprise au nouveau collaborateur, tout en faisant intervenir managers et nouveaux collègues.

 

Et vous, avez-vous déjà participé à des serions games au sein de votre parcours professionnel, dans le cadre de formations voire d’embauches ?

 

Crédit photo : illustration du Salon Serious Games

 

 

Olivier Dubrana

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter

 

A lire également :

Quelques béquilles pour une meilleure organisation

Rions un peu avec la grande famille des RH !

Souffrance au travail : Mathilde*, 26 ans, témoigne

 

The following two tabs change content below.

Olivier DUBRANA

Rédacteur et Community Manager chez Parlons RH
Spécialisé dans la gestion des talents, la marque employeur et les SIRH, Olivier a précédemment occupé les postes de rédacteur culture, économie et actualité des entreprises pour la presse et le web (Moneyweek, le Télégramme, le Républicain Lorrain, les Dernières Nouvellles d’Alsace…). Ancien chroniqueur à Radio France, il produit aujourd’hui son propre programme radiophonique.

Derniers articles parOlivier DUBRANA (voir tous)

2 Commentaires

  1. Nicolas le 17 mars 2014

    C’est à la fois fascinant et effrayant! Utiliser des jeux virtuels pour former de bons employés/soldats est un coûteau à double tranchant, l’avenir nous dira si c’est une bonne chose ou non!

  2. Olivier Dubrana le 17 mars 2014

    Effectivement Nicolas, les serious games peuvent permettre de façon ludique et amusante de lancer les nouveaux salariés “dans le grand bain”, et pourront favoriser le recrutement à grande échelle de certaines grandes entreprises. D’un autre côté, leur coût élevé est encore un frein pour les sociétés de plus petite taille, et leur utilisation ne porte vraiment ses fruits que si elle est complétée par du présentiel. Bref, rassurez-vous : les pratiques actuelles des DRH et des formateurs ont encore un bel avenir devant elles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *