infographies RH

RPS : 6 catégories de facteurs clés à évaluer et surveiller

le 04 février 2020
Les facteurs de RPS au travail

Est-il possible d’évaluer de manière fiable les facteurs potentiels de risques psychosociaux (RPS) de votre entreprise ? L’INRS s’emploie à outiller les organisations afin de les aider dans leur mission de prévention. L’association dévoile les catégories de facteurs de RPS à évaluer et à surveiller dans une infographie à découvrir ci-dessous.

 

RPS : des facteurs risques variant d’une entreprise à l’autre

« Il n’y a pas de solutions toutes faites pour lutter contre les risques psychosociaux (RPS) », explique Valérie Pezet-Langevin dans un communiqué de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS).

La psychologue du travail et experte dans la prévention des risques psychosociaux ajoute : « D’une entreprise à l’autre, d’une situation de travail à l’autre, les facteurs de RPS peuvent être différents. » Dans ce contexte, comment prévenir efficacement les RPS ? Comment détecter les situations à risque ? Et au bout du compte, comment agir ?

Pour l’experte, « […] s’interroger sur les sources potentielles de RPS est une étape incontournable quelle que soit la taille de l’entreprise ». Dans l’infographie à découvrir ci-dessous, l’INRS rappelle l’origine multifactorielle des RPS ; et présente six relations professionnelles et conditions de travail pouvant mettre en péril l’intégrité physique et la santé mentale des collaborateurs.

Ainsi, apparaissent comme des facteurs clés et donc des indicateurs à mesurer et à surveiller :

  • l’intensité et la durée du travail ;
  • les exigences émotionnelles ;
  • le manque d’autonomie ;
  • les relations conflictuelles voire violentes ;
  • la souffrance éthique ;
  • l’insécurité de la situation de travail.

 

Les symptômes liés à des RPS côté collaborateurs

La fonction RH se doit de porter une attention particulière aux RPS, tant elles impactent les collaborateurs. Ces derniers peuvent être stressés, irritables, atteints de troubles du sommeil, manquer de concentration, souffrir de maladies cardiovasculaires, développer un syndrome anxio-dépressif… En plus d’engendrer des pathologies, les RPS sont également la cause d’accidents du travail.

Le 5e baromètre de la gestion des accidents du travail et des maladies professionnelles 2018 souligne qu’un tiers des entreprises interrogées a été confronté à un arrêt maladie lié à des RPS. Depuis 2016, la part des arrêts liés à des RPS, ayant occasionnés des accidents du travail ainsi que des maladies professionnelles, augmente, passant de 16 % (10 % accident du travail / 6 % maladie professionnelle) à 28 % (12 % / 16 %) en 2018.

A noter que ce sont majoritairement de grandes entreprises qui sont concernées par ces arrêts. En effet, elles concentrent 48 % des cas contre 22 % pour les PME.

 

… et côté entreprise

La fonction RH doit également s’intéresser aux RPS parce que si elles impactent les collaborateurs, elles ont de facto des conséquences sur l’organisation de l’entreprise. Absentéisme, turn-over, baisse de la productivité, dialogue social en berne, recrudescence des conflits et des violences… L’entreprise montre aussi des symptômes liés à des RPS.

Afin d’évaluer les facteurs de risques psychosociaux, l’INRS met également à la disposition des entreprises de 50 salariés et plus, un guide comprenant une grille d’évaluation qui recense les six facteurs clés précités auxquels s’ajoute un septième thème : les horaires de travail difficiles.

 

Sur cette question, la fonction RH doit faire preuve de conviction… La direction aussi. Dans le cas contraire, c’est la justice qui pourrait bien contraindre l’entreprise à aborder la question des RPS sans œillères. La direction de Radio France, par exemple, en a récemment fait l’expérience. Après avoir contesté devant le tribunal de Strasbourg une demande d’expertise sur les RPS formulée par le Comité social et économique (CSE) Est, l’entreprise a été déboutée. Après cinq mois d’action, la justice a déclaré que cette demande du CSE était bel et bien légitime.

 

Les 6 catégories de facteurs de RPS

 

Source : INRS

QVT

Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Visuel de l'infographie Absentéisme : des arrêts de travail en baisse, mais plus longs
infographies RH

Absentéisme : des arrêts de travail en baisse, mais plus longs

Si l’absentéisme et les arrêts de travail sont en baisse, leur durée est aussi plus longue. Les femmes figurent parmi les plus touchées.

Visuel de la tribune Managers coachs ou facilitateurs : comment les DRH peuvent repérer et accompagner ces leaders inspirants
tribunes

Managers coachs ou facilitateurs : comment les DRH peuvent repérer et accompagner ces leaders inspirants

Les managers sont de plus en plus incités à tendre vers une posture de coachs. Une posture qui requiert des soft skills bien particuliers.

Visuel de la revue du web #400 : QVT, engagement collaborateur et déconcentration
revues du web RH

Revue du web #400 : QVT, engagement collaborateur et déconcentration

Pour les salariés, la QVT se dégrade. Ils sont aussi moins engagés, et se plaignent d’être constamment déconcentrés. Un défi pour les DRH.

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH