tribunes

Pourquoi la vidéo est LE meilleur allié de votre stratégie marque employeur ?

le 23 décembre 2019
Pourquoi la vidéo est LE meilleur allié de votre stratégie marque employeur ?

Pour recruter des talents dans les métiers en tension et attirer l’attention sur sa marque employeur, tous les moyens sont bons. On a ainsi vu se développer les escape games de recrutement, des immersions en réalité virtuelle, des entretiens réalisés par des robots… et même, plus “low-tech”, du démarchage dans les rames de métro ! Mais pourquoi ne pas plutôt se concentrer sur ce qui fonctionne vraiment ?

 

La vidéo, le langage des millennials

Si vous ciblez les jeunes talents, les “millennials” ou les membres de la “génération Z”, rien n’est plus efficace que d’adopter leurs codes, pour les toucher là où ils sont, avec des messages qui leur parlent. Pour cela, quoi de mieux que la vidéo sur les réseaux sociaux, en format vertical, carré ou horizontal, en fonction des cas ?

 

Le format vertical connaît par exemple un usage exponentiel : à travers le monde, 500 millions d’utilisateurs d’Instagram utilisent les stories… chaque jour. À ce chiffre, il faut encore ajouter les usages sur Snapchat (22,3 millions d’utilisateurs mensuels, rien qu’en France, d’après Médiamétrie). C’est une évidence : si vous souhaitez promouvoir votre graduate program ou votre campagne de recrutement de stagiaires, une vidéo verticale sur ces plateformes aura bien plus d’impact qu’un pdf !

 

Humanisez votre communication

La vidéo sur les réseaux sociaux n’a pas uniquement un intérêt en termes d’audience. Elle permet aussi à des entreprises de se montrer sous un jour plus humain, à travers des contenus renforçant la proximité entre la marque employeur et sa cible. Les formats interview, très rythmés, à la manière de ce que produisent des médias comme Brut ou Konbini, permettent de mettre en avant les gens (collaborateurs, managers, dirigeants) et leurs témoignages de façon bien plus authentique et impactante que les formats traditionnels.

 

Ces formats sont en effet plus efficaces que les vidéos classiques, statiques et souvent trop longues. Que ce soit pour raconter un événement, expliquer ses valeurs, décrire la culture ou détailler une vision, la vidéo est la plupart du temps le meilleur canal. Mais il n’est pas question pour autant de faire de la vidéo pour faire de la vidéo. Derrière les formats “à la Brut”, l’objectif premier est de raconter une histoire, en intégrant de l’émotion et de la proximité, dans le but de présenter l’entreprise de façon dynamique et authentique.

 

LinkedIn aussi !

Si les stories Snapchat et Instagram vous semblent encore un peu loin de votre marque, sachez que LinkedIn mène actuellement une offensive claire dans ce domaine : ses utilisateurs (comme ses algorithmes) adorent les formats vidéos, ce qui leur garantit une visibilité et un engagement supérieurs aux autres types de publication, aussi bien sur le site que sur ses applications.

 

Produire des vidéos n’a jamais été aussi simple

Autre bonne nouvelle : opérer ce virage vers la vidéo est beaucoup plus simple aujourd’hui que par le passé. La captation des vidéos est devenue une simple formalité, grâce à la caméra de l’iPhone (ou même de tout autre smartphone). Pour préserver l’aspect authentique, il est même préférable de passer par ces modes d’enregistrement, plutôt que d’opter pour un tournage classique, bien plus coûteux.

 

En outre, avec le développement des gabarits vidéo et des solutions clé-en-main, il devient possible de produire et monter très rapidement, et à moindre coût, de nombreuses vidéos de qualité. Des dizaines d’entreprises (comme Decathlon, Adecco, Unibail, Dailymotion, SeLoger…) utilisent déjà ces plateformes, en particulier dans le cadre du développement de leurs marques employeur. Vous y trouverez par exemple des modèles pour faire simplement des interviews de collaborateurs, des offres d’emploi en vidéo, un portrait de dirigeant ou illustrer un parcours de mobilité.

 

EY, en particulier, utilise les différents formats vidéo dans dans le cadre de sa stratégie RH, afin répondre à plusieurs objectifs :

  • Pour valoriser les événements de recrutement, grâce à des teasings en amont, afin de faire venir des candidats, et des vidéos de bilan quelques semaines plus tard, pour illustrer le fait que les équipes de l’entreprise sont présentes dans tous les événements qui comptent.
  • Pour mettre en avant les offres à pourvoir : avec plus de 1 600 embauches par an, EY doit diffuser de nombreuses offres, sur un maximum de canaux. Le fait de les présenter aussi en vidéo, sur LinkedIn, Facebook ou Twitter permet d’avoir davantage d’impact, tout en touchant une cible complémentaire des traditionnels jobboards.
  • Pour diffuser des témoignages : en donnant la parole à ses collaborateurs, EY humanise son message et peut mieux incarner ses valeurs et sa culture auprès d’une cible qui ne s’orienterait pas naturellement vers le conseil.
  • Pour accroître sa notoriété : avec des vidéos sur leurs partenariats, leurs programmes de formation, leur graduate program ou leurs afterworks, EY dynamise son image et véhicule ses messages clé.

 

 

Étonnamment, EY fait encore figure d’exception dans le monde des RH en France : à la différence d’autres secteurs, peu d’entreprises ont pleinement pris ce virage de la vidéo sociale à des fins de recrutement ou de développement de leur marque employeur. Pour l’instant. C’est pourtant une opportunité inédite de se démarquer de ses concurrents, en transmettant des valeurs de modernité, d’innovation et de “fraîcheur”: autant de dimensions recherchées par les jeunes générations chez un futur employeur…

 

Retrouvez les autres contributions d’expert(e)s sur notre blog :

[DOSSIER] DRH : pleins phares sur la marque employeur

ou directement sur le site du Mag RH.

 


Thibaut Machet est le CEO et co-fondateur de PlayPlay, start-up française qui casse la barrière de la création vidéo.


Sur les mêmes sujets

tribunes

Et maintenant, comment faire de la DRH une fonction essentielle ?

Comment la DRH doit-elle se réinventer pour devenir une fonction essentielle ? Explications de Thomas Chardin, dirigeant fondateur de Parlons RH.

tribunes

Plaidoyer en défense d’un bouc émissaire idéal, le DRH

Pour les anti-capitalistes, il est l’âme damnée du patron. Pour les adorateurs des « premiers de cordée », il est le mauvais conseiller du roi-entrepreneur. Le DRH est cette figure...

[WEBINAR] Comment informer et engager ses collaborateurs sur le terrain et en télétravail
webinars

[WEBINAR] Comment informer et engager ses collaborateurs sur le terrain et en télétravail ?

En cette période exceptionnelle, les directions générales rêvent « d’alignement » de leurs collaborateurs sur les orientations stratégiques de l’entreprise. Pourtant le fossé entre le...

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH