tribunes

Formation professionnelle : un jour sans fin ?

le 25 octobre 2013

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Et si les réformes de la formation professionnelle étaient un éternel « Un jour sans fin »

Vous vous souvenez de ce film avec Bill Murray et Andie MacDowell, où le personnage principal, Phil, revivait éternellement la journée du 2 février, mais apprenait un peu de ses erreurs à chaque fois ? Il semble que nous vivons la même situation avec les différentes réformes de la formation professionnelle.

.

Un historique…

Reprenons les objectifs et les mesures phares des deux dernières lois : celle de 2004 et celle de 2009. En 2004, les objectifs étaient de : faciliter l’accès à la formation professionnelle, adapter les actions de formation aux besoins des salariés et des entreprises et responsabiliser les principaux acteurs de la formation professionnelle (le salarié est acteur de son parcours et l’employeur est dans l’obligation d’adapter les salariés de l’entreprise à leur poste de travail et de maintenir leur niveau d’employabilité). Les dispositifs importants tels que le DIF, les périodes et les contrats de professionnalisation ont été créés par cette loi.

En 2009, l’ambition de la loi était de continuer celle de 2004 : continuer à sécuriser les parcours professionnels et faciliter l’accès à la formation. La transférabilité du DIF a été adoptée, le plan de formation a été simplifié et l’optimisation de la gestion a été effectuée via la fusion des OPCA. Le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnel a été créé  pour favoriser la formation des demandeurs d’emplois et des salariés peu qualifiés.

Les ambitions de la future loi (2013, début 2014) sont d’orienter les financements vers ceux qui en ont le plus besoin, et d’utiliser l’outil pour favoriser la compétitivité des entreprises. La mesure phare est la création du Compte Personnel de Formation. Les questions liées à la simplification du système sont importantes.

.

Mais pour projet ?

Une nouvelle réforme, mais pourquoi faire ? Les outils existent, mais sont très peu utilisés. La formation des demandeurs d’emploi ? Oui, mais ce n’est pas une réponse toujours adaptée (un nombre d’entreprises cherchent des profils qui ne pourront jamais exister, le mouton à 5, voir plus de pattes). D’autant plus qu’un demandeur qui entre en formation sort des chiffres officiels de chômage…

Toutes les réformes des précédentes réformes n’ont pas forcément pris : le DIF est très peu utilisé, les périodes de professionnalisation peu connues par les dirigeants de PME.

Mais la réforme de 2013 prévoit deux projets intéressants :

  • Le compte personnel de formation : si ce compte est vraiment personnel, en lien avec des conseils adaptés prévus dans la loi du 13 mai 2013, ce compte peut être une vraie ressource pour la sécurisation des parcours. Les lois parlent de responsabiliser les salariés sur leur parcours et le fait d’être acteur. Cependant, pour le DIF, l’employeur avait le dernier mot. Il est important que ce dispositif soit réellement à la disposition du salarié. De plus, le parcours pour réaliser une VAE individuelle est long, complexe et chronophage. Comment simplifier les différentes démarches d’accès à la formation ?
  • La compétitivité des entreprises : c’est la première fois que ce sujet est explicité de façon aussi claire. Bien qu’il n’ait jamais été exclu des précédents projets, il est clairement affiché comme un objectif de la prochaine loi. Ainsi, un grand nombre de dirigeants n’investissent pas dans la formation des collaborateurs, ou pas suffisamment. Espérons que ce projet de loi puisse (enfin ??) simplifier les démarches pour favoriser l’investissement formation.

.

                ______________________________________________________________

Raphaël Visnadi

Il a travaillé pendant dix ans sur des fonctions d’accompagnement de dirigeants, en occupant des postes de management et de gestion de projets. Dans ce cadre, il a identifié que de nombreux chefs d’entreprises et de managers avaient des difficultés sur le management des RH, car le ce sujet est perçu comme complexe, long, fastidieux.
Il a décidé, en 2011 de créer l’agence de services en RH, Goji. L’objectif est de rendre accessible les RH aux dirigeants et aux managers. L’agence propose des solutions d’externalisation, de RH  à temps partagé et d’accompagnement au changement.

.

.

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

Revue du web #482 : développement des compétences, salaire et management
revues du web RH

Revue du web #482 : développement des compétences, salaire et management

Cette semaine dans la revue du web du media Parlons RH nous évoquons les sujets du développement des compétences, le salaire et le management.

Égalité homme-femme : un fossé dès le début de carrière
infographies RH

Égalité homme-femme : un fossé dès le début de carrière

D’après cette infographie réalisée par la CFDT à partir d’une étude du Cereq, les femmes sont plus diplômées, mais cumulent les difficultés d’emploi que leurs homologues masculins.

Jonathan Pottiez : “En 2024, la formation devrait donner les moyens aux individus de devenir de véritables apprenants modernes”
Dossier Tendances RH 2024 Jonathan Pottiez

Jonathan Pottiez : “En 2024, la formation devrait donner les moyens aux individus de devenir de véritables apprenants modernes”

Acteur majeur de la formation professionnelle, Jonathan Pottiez est un expert en évaluation de la formation. Il revient sur les tendances RH qui rythmeront l’année 2024.

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH