infographies RH

Digital workplace : la DRH est perçue comme un acteur de second plan pour sa mise en place

le 22 octobre 2019
Digital workplace : la DRH est perçue comme un acteur de second plan pour sa mise en place

Avec la numérisation, le lieu de travail (workplace) n’est plus unique. Les organisations recourent à de nombreuses solutions de collaboration qui permettent souplesse et flexibilité afin de proposer aux collaborateurs des conditions optimales pour travailler et échanger où qu’ils soient. On parle alors de digital workplace. Elle intègre les contraintes de fragmentation des lieux et des temps de travail grâce au Cloud et au SaaS qui permettent des communications unifiées et collaboratives via diverses applications. Cette démarche est initialisée et déployée dans 49% des entreprises françaises selon une étude de Mitel et Opinion Way réalisée en partenariat avec Orange Business Services. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est la DSI et non la DRH qui est le moteur principal de cette transformation. Ce qui pose quelques problèmes. Les résultats de cette enquête dans l’infographie du jour.

 

Digital workplace : des attentes différentes au sein de l’entreprise, mais un objectif commun

Expert ou non des RH, on imagine assez bien quels sont les bénéfices de la digital workplace pour l’entreprise :

  • un meilleur partage des informations
  • un décloisonnement des projets
  • une plus grande agilité et une meilleure productivité
  • une meilleure collaboration des équipe dispersées

C’est ce qu’on retrouve globalement dans l’étude. Direction Générale et collaborateurs s’accordent à penser que le gain d’efficacité est le premier bénéfice :

  • pour 81% des directeurs généraux
  • pour 79% des collaborateurs (qui y associent la notion de gain de temps)

C’est donc avant tout les questions de la performance et de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle qui donnent du sens à la mise en place des digital workplace.

 

La DRH en marge du projet

Selon les résultats de l’enquête, les acteurs moteurs de la digital workplace sont :

  • La DSI, pour 97% des répondants
  • La Direction générale pour 95%
  • Les collaborateurs pour 84%
  • La DRH pour seulement 70% d’entre eux

 

Le fait que la DRH – qui a pour client les collaborateurs de l’entreprise – ne soit identifiée que comme un acteur de second plan dans l’élaboration des digital workplace pose problème. D’une part, cette mise à l’écart est un frein à l’affirmation du rôle de business partner de la Direction des ressources humaines. D’autre part, son effacement au profit de la DSI sur ces projets ne permet pas de livrer des solutions et des process satisfaisants pour les collaborateurs. Si on en croit cette autre étude, seuls 50% des collaborateurs sont satisfaits de leur environnement de travail numérique ce qui a un impact direct sur leur expérience collaborateur, sujet-clé pour les DRH. Si les projets de digital workplace ne s’envisagent pas de façon transverse en embarquant la DSI et la DRH, c’est l’engagement des collaborateurs et la performance globale de l’entreprise qui sont pénalisés.     

 

Digital workplace : la DSI devant la DRH comme moteur du changement 

 

Source : Mitel.com



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

"L’un des défis de la fonction RH en 2024 sera de conjuguer nécessités vitales à l’entreprise, épanouissement et préservation de la qualité de vie des salariés”
Dossier Tendances RH 2024 François Merlin

François Merlin : « L’un des défis de la fonction RH en 2024 sera de conjuguer nécessités vitales à l’entreprise, épanouissement et préservation de la qualité de vie des salariés”

Pour nous aider à mieux comprendre les enjeux managériaux qui rythmeront 2024, nous avons fait la rencontre de François Merlin, chef d’orchestre émérite, également conférencier et intervenant...

Égalité homme-femme : un fossé dès le début de carrière
infographies RH

Égalité homme-femme : un fossé dès le début de carrière

D’après cette infographie réalisée par la CFDT à partir d’une étude du Cereq, les femmes sont plus diplômées, mais cumulent les difficultés d’emploi que leurs homologues masculins.

Jonathan Pottiez : “En 2024, la formation devrait donner les moyens aux individus de devenir de véritables apprenants modernes”
Dossier Tendances RH 2024 Jonathan Pottiez

Jonathan Pottiez : “En 2024, la formation devrait donner les moyens aux individus de devenir de véritables apprenants modernes”

Acteur majeur de la formation professionnelle, Jonathan Pottiez est un expert en évaluation de la formation. Il revient sur les tendances RH qui rythmeront l’année 2024.

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH