Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Absentéisme moral : 1 salarié sur 3 est concerné par ce phénomène !
5/5 (3 votes)

Absentéisme moral : 1 salarié sur 3 est concerné par ce phénomène !

# , ,

Selon un sondage Ipsos réalisé pour OurCo, l’absentéisme moral serait fortement répandu dans les entreprises françaises puisque 74 % des collaborateurs disent avoir été absents psychologiquement au travail en 2019, et 28 % à raison d’1 à 2 jours par semaine. Un phénomène que les professionnels RH ne peuvent plus ignorer.

 

La vie au boulot : c’est dur !

La vie en entreprise n’est pas toujours évidente pour tout le monde. Juger ou se faire juger, serait-ce la dure loi que nous devons tous affronter ? Une enquête de Glassdoor a révélé récemment que le présentéisme était une pratique courante dans les entreprises françaises puisque 1 français sur 4 déclare rester au bureau (sans être efficace) juste pour être bien vu, et 30 % d’entre eux pensent qu’il est mal vu de quitter son poste avant 18h.

 

Pour OurCo, un service en ligne d’aide aux salarié.es par le soutien croisé d’une équipe pluri-professionnelle, le climat interne dans les entreprises n’est pas près de s’apaiser : 81 % des salariés disent avoir rencontré au moins un problème de mal-être au travail. Les raisons évoquées sont multiples :

  • Perte de sens et de motivation au travail (48 %)
  • Tensions avec les collègues (43 %)
  • Souffrances, stress élevé, burn-out, harcèlement (40 %)
  • Tensions avec des responsables (39 %)
  • Problème personnel grave (25 %)

 

L’absentéisme moral : une mission à relever pour les DRH

Ces situations de mal-être au travail ne sont pas sans conséquence : 74 % des collaborateurs français disent être physiquement présents au travail, mais avoir l’esprit totalement ailleurs. Cela peut même représenter une à deux journées par semaine pour 28 % d’entre eux.

 

Que font les personnes concernées pour remonter la pente ? 77 % des salariés abordent le sujet dans leur milieu professionnel : avec leur hiérarchie (46 %), leurs collègues (43 %), leur responsable direct (30 %) ou leur dirigeant (16 %). Pour Stéphane Bourbier et Élodie Brisset, les fondateurs d’OurCo : « La personne en difficulté, voire en souffrance, trouve peu de solutions satisfaisantes au sein de son entreprise ». En effet, 78 % des personnes ayant fait la démarche déclarent que celles-ci se sont avérées inopérantes.

 

Pour les 23 % n’ayant pas osé aborder leurs difficultés, plusieurs craintes sont évoquées :

  • Que cela ne change rien à la situation (38 %)
  • L’impact négatif sur la carrière (37 %)
  • Les réactions et le jugement de leur employeur et de leurs collègues (30 %)
  • La peur du conflit (22 %)

 

L’absentéisme moral représente donc un véritable enjeu pour les DRH, en termes de productivité et de coûts humains. Il est important d’évaluer régulièrement le bien-être de ses collaborateurs pour réduire les maux du boulot (racisme, grossophobie, sexisme, homophobie, charge de travail, etc.) avant que les conséquences ne deviennent fâcheuses pour l’entreprise.

 

 

Source : OurCo
Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

The following two tabs change content below.

Thomas LARRÈDE

Responsable du pôle Social Media chez Parlons RH
Spécialisé dans la communication digitale, Thomas accompagne les acteurs RH dans le déploiement de leurs stratégies de communication sur internet. Diplômé de deux Master II en Politique de communication (UVSQ) et Métiers de l’information et de la communication (Institut Catholique de Paris), il a également acquis une expertise en rédaction de contenus et en communication interne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *