Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Orthographe mots bulles

Orthographe en entreprise : quand le système faute

# , ,

Si certaines fautes d’orthographe peuvent faire sourire, les entreprises rient jaune quand elles prennent la mesure de l’impact négatif d’un piètre niveau d’orthographe sur leur image et sur leurs ventes. C’est que, révolution digitale aidant, l’écrit est partout dans l’entreprise et dans ses relations avec ses publics. DRH, prêtez attention, la question est en train de devenir un chantier prioritaire dans un nombre croissant d’organisations.

 

La faute à qui ?

Qui l’eût cru ? C’est finalement l’écrit, beaucoup plus que l’image, que la révolution digitale a placé au cœur de notre quotidien. Des messages SMS aux emails, des réseaux sociaux aux forums, des blogs aux chats, les Français s’expriment par écrit sur les supports les plus divers, dans le cadre professionnel comme dans la sphère privée. Ils s’exposent, aussi, dévoilant au grand jour certaines faiblesses, dont celle-ci : ils ne maîtrisent ni l’orthographe, ni la grammaire. Selon une étude ayant beaucoup circulé en 2016, les salariés ne maîtriseraient qu’une règle d’orthographe sur deux.

Comment sommes-nous parvenus à une telle situation ? Au-delà des procès faits à l’école primaire, souvent accusée de consacrer trop de temps à des activités périphériques et insuffisamment aux enseignements fondamentaux, de nombreuses raisons peuvent expliquer ce délitement : éducation parentale privilégiant la télévision au détriment des livres pour les quadragénaires, méthode de lecture globale pour les trentenaires, langage SMS pour les générations Y et Z… Quoi qu’il en soit, le fait qu’aujourd’hui tout le monde écrive sur des supports numériques n’aggrave pas spécialement cette baisse de niveau, mais la rend visible. Ce qui pose de sérieux problèmes au monde du travail en général et à l’entreprise en particulier.

 

Orthographe et business : les chiffres qui fâchent

Nombre d’entreprises déclarent avoir aujourd’hui conscience de l’importance du niveau d’orthographe de leurs collaborateurs, et en tenir compte quand elles procèdent à des recrutements.

La démarche est louable, mais insuffisante. En effet, quid des collaborateurs en poste, dont le niveau d’orthographe impacte négativement le business même de l’entreprise ? Pour mesurer réellement tout le préjudice que leur portent les fautes d’orthographe et de français dans la relation client, les organisations gagneraient à se pencher sur certains chiffres. Une étude britannique de 2011 a démontré qu’une seule faute peut diminuer de moitié les ventes d’un site de e-commerce. Selon une autre étude réalisée par TextMaster en 2013, 90% des e-mails envoyés par des entreprises à leurs clients recèlent au moins une faute d’orthographe. Le coût des ventes manquées est difficile à estimer, mais on peut présumer qu’il se chiffre en millions d’euros sur le plan national.

 

Le temps des solutions

C’est au DRH que revient de traiter la question au sein des entreprises. Il doit, pour ce faire, engager un travail intensif de sensibilisation de la direction et du management.

La méthode permettant de parer au plus urgent consiste à identifier les fonctions dans lesquelles l’orthographe peut impacter l’image de l’entreprise, puis à estimer le nombre de collaborateurs concernés. Il est nécessaire pour être efficace d’agir à deux niveaux :

  • lors des recrutements, en faisant d’une orthographe correcte un critère important de sélection des candidats,
  • en interne, en organisant des mises (ou remises) à niveau pour les salariés.

New Call-to-action

Les certifications à la rescousse

Les certifications peuvent apporter une aide précieuse aux DRH dans leur tâche. Aujourd’hui bien connu, le certificat Voltaire a été passé par plus de 50 000 étudiants et salariés désireux de soigner leur expression écrite depuis sa création en 2010. De son côté, la certification Le Robert s’est forgée en peu de temps une jolie réputation.

Opérateur de celle-ci, la société Orthodidacte se consacre depuis neuf ans à l’édition de logiciels pour améliorer l’orthographe et les écrits professionnels. Guillaume Terrien, l’un de ses cofondateurs, connaît d’autant mieux son sujet qu’il a été le plus jeune champion de France d’orthographe : « la certification compte de plus en plus puisque les formations doivent à présent être certifiantes, d’où notre décision de mettre en place une certification en partenariat avec les éditions Le Robert ». Celle-ci permet de certifier un spectre de compétences plus large que l’orthographe, en allant jusqu’au style et au vocabulaire. Les candidats composent sur ordinateur ou tablette au sein de centres d’examens, et les exercices des épreuves sont diversifiés. « Le numérique n’est pas un filet pour l’orthographe, un correcteur se contentant de corriger quelques mots et quelques points de syntaxe », remarque Gullaume Terrien, « l’apport du numérique est, chez nous, surtout ludique ».

De fait, pourquoi ne pas vivre l’orthographe davantage comme un jeu que comme une contrainte ? Cette approche est assumée par la société, qui s’est spécialisée dans l’organisation d’événements attractifs dans les collèges et les entreprises, avec par exemple des dictées animées et composées sur-mesure par son charismatique champion. DRH, que vous vous appuyiez sur ce type de solutions ou sur d’autres outils, gardez à l’esprit que l’orthographe est une problématique sérieuse, et peut devenir une belle preuve de votre valeur ajoutée si vous obtenez du résultat.

 

L’orthographe n’est pas seulement indispensable à la bonne marche commerciale de l’entreprise, elle l’est aussi pour l’évolution de carrière de ses collaborateurs. Une orthographe et une grammaire sûres produisent toujours une impression favorable car elles témoignent d’une bonne structuration de la pensée, d’une aptitude à construire des raisonnements clairs et cohérents. Des qualités qu’il est précieux de laisser deviner à travers les lignes, que ce soit celles d’une lettre de motivation ou d’un simple email commercial.

 

Crédit photo : Fotolia / Jérôme Rommé

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter

The following two tabs change content below.

Jean de LOŸS

Responsable éditorial - Concepteur-rédacteur chez Parlons RH
Jean sait dimensionner une prise de parole RH ou corporate grâce à des contenus à forte valeur ajoutée éditoriale ou créative. Il met à profit son expertise, acquise dans les meilleures agences de communication RH et dans la publicité, dans l’élaboration de tribunes, newsletters et messages impactants. Diplômé en langues, ce littéraire a effectué un second cycle en communication.

2 Commentaires

  1. Jean du Faoudel le 21 avril 2017

    Votre article est bien documenté et donc intéressant. Il me semble pourtant qu’il aurait été bon de mentionner que pour remédier aux carences orthographiques, il n’existe pas que les deux « certifications » mentionnées par vos soins.
    D’ailleurs, je ne suis pas vraiment sûr que les QCM de la première répondent vraiment aux besoins des salariés en difficulté.
    D’autres formations existent, moins mécaniques, adaptées aux problèmes spécifiques (syntaxe, grammaire, orthographe, ponctuation…) de chacun des stagiaires. Une remise à niveau peut également être faite en s’abonnant ou en fréquentant quelques blogs.
    Il suffit d’aller sur Google pour en trouver de très bons : http://mamiehiou.over-blog.com/ ; http://parler-francais.eklablog.com/ ; http://unmondesansfautes.blogspot.fr (etc.)
    Bien cordialement

  2. Jean de LOŸS le 21 avril 2017

    En effet, il existe de nombreux moyens de ne pas perdre pied en orthographe. Chacun trouvera midi à sa porte en ce domaine, en fonction de ses objectifs et de ses enjeux personnels. L’activité de la blogosphère témoigne, elle, de la vraie passion de nombreux internautes pour la langue française : on ne peut que s’en réjouir ! Merci de votre commentaire et de nous suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *