Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

[yasr_visitor_votes size="medium"]

DRH : un métier inutile ?

#

J’ai hésité à prendre une tisane ou à télécharger l’application RespiRelax avant d’écrire ce billet… Pourquoi ? Parce qu’une étude m’a fait bondir !  Nommée de manière très charmante “On the Phenomenon of Bullshit Jobs”, cette analyse est une lettre ouverte contre les emplois inutiles. D’après elle, les ressources humaines ne servent à rien… C’est l’anthropologue américain David Graeber qui le dit.

Cher David, 

En temps normal, j’ai beaucoup de respect pour les anthropologues. Ce n’est pas un métier évident… Tu dois t’informer sans cesse sur les cultures et les sociétés humaines en rassemblant de la documentation existante, procéder à des observations de terrain, dépouiller et analyser les informations que tu as récoltées…  Ça ne doit pas être simple tous les jours ! Et en plus, tu dois parfois faire face aux jugements. Et oui, j’ai entendu certaines personnes dire que ton métier était inutile, c’est dire ! D’ailleurs, pondre une étude sur les métiers inutiles, n’est-ce-pas un peu … inutile ? 🙂 Bon j’avoue, le jeu du « celui qui dit qui est » est un peu facile.

Revenons donc aux ressources humaines ! Je pose une question simple : que ferions-nous sans un service RH dans une entreprise ? Ma réponse : on serait totalement dépassé ! Sans eux, pas de prise en compte des évolutions règlementaires, pas de garantie des droits et des devoirs de chacun, pas de garantie d’égalité et d’équité de traitement, pas de mise en œuvre des programmes de formation permettant d’accompagner les évolutions de l’entreprise et celles des collaborateurs et pas d’anticipation ou des changements organisationnels. C’est vrai, je ne suis pas très objective puisque je travaille pour ce secteur. Je n’ai pas la chance d’avoir l’objectivité dont tout anthropologue doit faire preuve.

D’ailleurs peut-être que tu as raison, la plupart des salariés semblent partager ton point de vue, malheureusement. Comme le montre notre billet la fonction RH vue par les salariés : il y a du boulot !

Et si on pousse ta réflexion à l’extrême, ça voudrait dire que dans « ton » monde idéal il n’y aura ni artiste, ni communiquant, ni sportif, ni designer, ni consultant… Tout le monde deviendrait donc mécanicien, pompier, professeur ou conducteur de bus. Le monde serait tellement triste !

Je ne suis pas rancunière David, je vais donc finir sur une note poétique. L’écrivain René Barjavel a dit : « L’inutile et le superflu sont plus indispensables à l’homme que le nécessaire ».

A bon entendeur !

Maud de Parlons RH

The following two tabs change content below.

Maud LAURENT

Rédactrice et Community Manager chez Parlons RH
Journaliste spécialisée dans les Ressources Humaines, Maud a notamment travaillé pour l’agence de presse spécialisée Naopresse ainsi que pour le Journal de l’emploi Rhône-Alpes. Elle a également été journaliste en presse quotidienne régionale, radio et presse magazine. Maud est diplômée d’une licence Information communication option journalisme à l’Université Lumière Lyon II et a suivi une formation en journalisme presse écrite et web de deux ans en alternance à l’ESJ Lille-Montpellier

17 Commentaires

  1. Cyril Accard le 22 septembre 2013

    Bravo à “Maud de Parlons RH”.
    Qu’ajouter, sinon que dans un monde gouverné par la cupidité et le court-termisme, où le représentant des fonds de pension aimerait remplacer chaque salarié par un indépendant travaillant avec un contrat de prestation, l’avenir de la fonction RH appartient peut-être aux contrôleurs de gestion aidés d’avocats?

    • Maud Laurent le 23 septembre 2013

      Merci Cyril pour votre commentaire. Votre vision est pertinente. Mais essayons d’être optimiste, il existe sûrement d’autres solutions pour l’avenir de la fonction RH !

  2. Thomas CHARDIN le 23 septembre 2013

    Entre les hommes de chiffres (les contrôleurs de gestion) et les hommes du droit (les avocats), il y a bien la place pour des hommes de l’être (les acteurs RH de l’entreprise).

    Je crois que l’avenir de la fonction est aussi une question de volontarisme affiché par ses premiers ambassadeurs. Le rayonnement de chaque DRH n’est pas le propre d’un positionnement plus ou moins stratégique de la fonction. C’est plutôt le fruit de l’incarnation par un homme ou une femme de sa mission. Finalement, pour éviter une entreprise désincarnée et déshumanisée, il faut que le DRH fasse individuellement entendre sa voix, avec envie, ambition et pragmatisme.

    • arzak le 10 juin 2014

      ha ha ha!
      Le champion du parler creux! (la langue de bois version manager d’entreprise).
      En reaction à l’article ci dessus :
      un monde ou disparaitraient les publicitaires, les communicants, consultants en tous genres … et les DRH ne serait pas triste mais paradisiaque !
      Correction : si vous avez bien lu l’article original, les vrais artistes ne sont pas considérés comme inutiles.

    • Thomas Chardin le 12 juin 2014

      @arzak : Je ne sais que comprendre de votre commentaire incisif sans être ni très clair ni très constructif. Je continuerais donc mon “parler creux” : “La critique est un impôt que l’envie perçoit sur le mérite.”

  3. Anne Vonbank le 27 septembre 2013

    quelle plume ce Thomas (cf. ta réponse !) je suis fan !

  4. Anne Vonbank le 27 septembre 2013

    … et la lettre de Maud à David, j’adore le style !

  5. Guillaume le 1 octobre 2013

    Bonjour,
    Je pense que sur des questions d’administration de force humaine dans les entreprises, les RH sont effectivement utiles.
    En revanche, combien de fois ai-je buté sur un poste, après avoir passé 4 entretiens avec les managers opérationnels, N+1 et N+2 qui se sont très bien déroulés, parce qu’une DRH de 25 ans en stage, qui ne connait rien aux spécificités techniques de certains métiers, a jugé que je n’étais pas le bon candidat, selon des critères du genre “3 qualités 3 défauts”?
    Faudra qu’on m’explique, alors que toutes les personnes avec qui on va travailler, ont validé votre profil, pourquoi la DRH qui y connait que dalle au poste en question a son mot à dire?
    Sur ce point, a mon sens, non seulement les DRH sont inutiles, mais pire, ils sont nocifs.

    • Maud Laurent le 1 octobre 2013

      Bonjour Guillaume et merci pour votre commentaire! Je comprends votre frustration: on est tous passés par là, passer 3 ou 4 entretiens et ne pas avoir le poste au final! Je pense cependant qu’il ne faut pas prendre les DRH pour des personnes qui ne connaissent rien aux spécificités techniques des métiers de leur entreprise. Ils sont formés pour et je ne pense pas qu’ils soient nocifs. Ils apportent un regard plus extérieur et jugent du savoir-être qui est aussi important que le savoir faire.

  6. Franck le 22 octobre 2013

    Bonjour, ce savoir-être dont vous parlez ne fait-il pas que l’on privilège le recrutement de personnes ayant un même profil comportemental, que l’on moule ensuite pareillement ces profils par diverses formations ou autres actions? au prix d’une diversité pourtant si riche et en décourageant au passage chez chaque individu au travail, l’esprit d’initiative, l’ouverture, l’autonomie, la créativité, les prises de position ou de risques et enfin toutes envies de se réaliser et de performer?

    • Maud Laurent le 22 octobre 2013

      Bonjour Franck et merci pour votre commentaire. Je pense, au contraire, que le savoir-être est un moyen de ne pas prendre que des gens au profil comportemental identique, mais de varier les personnalités de ses collaborateurs en embauchant des personnes plus ouvertes, créatives, autonomes… Évidemment tous les DRH ne sont pas en accord avec ce propos.

    • Franck le 22 octobre 2013

      Bonsoir Maud, alors vous faites bonne route, mais une route bien différente de ce que j’ai pu voir, tout au moins au sein de grands groupes internationaux ou le discours est là, encourageant l’esprit d’initiative, l’ouverture, le partage,…mais les actes ne suivent pas, et alors un lissage vers le bas s’opère, la qualité d’individus jugés hors normes étant compensée par une plus grande quantité d’individus + normés, bien souvent au siège au détriment des unités locales.
      Pour ma part, je pense en effet comme vous qu’il est préférable d’avoir des personnalités différentes et de favoriser initiative, ouverture et créativité. J’ajouterais que forts potentiels et fortes personnalités vont souvent de paire. Certes, travail d’équipe et management en sont + difficiles, mais quand “la sauce prend”, les résultats et le bien être au travail en sont de loin les meilleurs.

  7. Cecile le 13 mars 2014

    Bonjour
    Etant DRH je peux le dire … plus l’entreprise est importante … plus vous n’avez plus d’action réelle et vous ne décidez rien … vous mettez l’emballage légal au désira-ta de Direction de plus en plus inhumaine à la course de profit démesuré … Quand on vous parle de GPEC vous savez derrière les leviers que vous offrez en parallèle …. Vous devez sans arrêt leur faire peur et voir comment vous allez pouvoir protéger les salariés …. un genre de barrière qui tient parfois difficilement … vu que la finalité est l’argent … alors parfois distribué à certains collaborateurs mais pas à tout le monde si c’est “possible” on évite … un flou permanent … le précédent billet sur les statistiques ” sur la fonction rh vu par les salariés” parlent d’eux même. Il faut se réveiller et pour ma part je suis en permanence à essayer de modérer Direction et ça depuis toujours. La solution qui s’offre au DRH c’est le SIRH car les directions se plongent dedans par ‘”ego” et finalement une porte grand ouverte sur la clarté et qu’en c’est trop tard ;-)). Le flou permanent se lève grâce aux réseaux sociaux et aux outils SIRH. Alors je dirai que je continue ce métier malgré tout. La seule satisfaction c’est où j’ai réussi à bloquer…

    • Maud Laurent le 13 mars 2014

      Merci Cécile pour votre commentaire. Si les réseaux sociaux et les outils SIRH peuvent permettre de lever un certain “flou”, tout espoir n’est pas perdu 🙂

  8. Serge Bouvet le 29 avril 2016

    Ne prêchez l’apocalypse. Allons ! Je ne souscris pas du tout à votre analyse Mademoiselle Laurent. En effet, il est des métiers inutiles. Vous augurez le chaos sans les fonctions supports, j’y entrevois un assainissement sain dans toute bonne entreprise qui se respecte. Beaucoup d’entreprise s’en passe sans avoir les pieds dans l’eau (Gore-Tex, Google, Facebook, etc). Question intelligente d’organisation.

  9. Nimportenawak le 16 juin 2016

    Métier inutile et totalement contre-productif pour l’entreprise. Laisser des personnes recruter alors qu’elles n’ont aucune connaissance du métier concerné et qui se permettent de filtrer des profils qui seraient proprement adéquats à certains postes, c’est l’absurdité du management à l’ancienne. Je rejoins Serge Bouvet sur les sociétés qui n’en ont pas besoin et qui s’en sortent magnifiquement bien et pas forcément aux Etats-Unis (la mienne tourne sans à avoir une tripotée de RH).

  10. Maïssa le 28 octobre 2019

    Quelles sont aujourd’hui les missions des DRH?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *