tribunes

Quels styles de management pour l’entreprise de demain ?

le 16 juillet 2020
Styles de management

La dangerosité de la COVID-19 oblige les entreprises à adapter l’environnement de travail et les méthodes de management au télétravail. Comment travaille-t-on dans cet univers fondamentalement nouveau ? Ce virus bouscule-t-il le style managérial ? Quel sera le profil du manager de 2021 ? Alors que le monde évolue rapidement, c’est l’occasion de se reposer les bonnes questions sur le leadership de demain.

 

La Covid-19 a brusquement porté un coup d’arrêt à l’économie mondiale. Avec l’interdépendance générée par la mondialisation, les pertes massives et inédites de PIB dans tous les pays ont entraîné — et ce n’est hélas pas fini — des conséquences très importantes sur le plan social : chômage de masse aux États-Unis, et en France. Pour aider les entreprises, le gouvernement français a proposé du chômage partiel. Cette pandémie a bouleversé la société et la manière de diriger les entreprises et son management.

 

Le positionnement du dirigeant

Les dirigeants des organisations n’exercent pas leurs missions de façon identique. Chaque style de management présente ses avantages et inconvénients. Il dépend du type d’entreprise ou d’organisation. Dans ce nouveau contexte, où le travail est repensé, les managers vont davantage prendre en considération les attentes des talents qui aspirent à plus de liberté et fluidité au travail. Quel que soit leur type de personnalité, les dirigeants actuels n’ont d’autre choix que de repenser leur organisation.

 

Ce qui différencie les modernes des autres, c’est leur capacité à prendre en considération le profil et l’histoire de chaque individu. Le dirigeant a pour mission de savoir composer avec ces paramètres. Les collaborateurs doivent être convaincus de sa capacité de faire en sorte que l’organisation réussisse.

 

La personnalité du dirigeant constitue donc un facteur déterminant pour capter l’attention de ses troupes. Elle se caractérise principalement par les compétences acquises à travers la formation et l’expérience. Elle se forge aussi par les qualités personnelles comme l’autorité, le charisme, le sens relationnel, l’empathie, et le dynamisme. Enfin, il y a les valeurs qu’il défend tel que l’intérêt pour autrui, la citoyenneté,ou la responsabilité sociétale.

 

Flexibilité du travail : 4 styles de management

Cette personnalité joue un rôle déterminant quand viennent les changements. Fini le traditionnel triptyque « métro-boulot-dodo » ! Les habitudes de travail s’adaptent désormais au contexte. Le lieu de travail varie, tout comme l’emploi du temps qui est plus flexible. Un chiffre illustre bien ce basculement : 71 % des collaborateurs n’ayant jamais télétravaillé à leur domicile auparavant souhaitent désormais exercer à distance au moins 1 jour par semaine.

 

L’organisation et son environnement influencent le style de management. Une petite entreprise familiale, un grand groupe, un organisme public ou une association n’exercent pas le pouvoir et ne gèrent pas les relations entre individus de la même manière. L’analyse de Rensis Likert, psychologue américain, permet de distinguer quatre styles de commandement :

  • Le style autoritaire consiste, pour le dirigeant, à imposer, parfois rapidement, ses décisions à ses collaborateurs sans aucune concertation. Ce dernier en est le seul responsable sans avoir à les justifier auprès de ses équipes. Conséquences : les salariés sont moins investis et davantage tendus, voire en situation de stress vis-à-vis de leur manager. Ils ne manifestent pas une grande motivation.
  • Le style paternaliste par lequel le dirigeant demeure autoritaire. Dans le même temps, celui-ci manifeste de la bienveillance et se veut protecteur vis-à-vis de ses collaborateurs, allant même jusqu’à s’inviter dans leur vie privée. Il motive ses salariés par la distribution de récompenses. C’est un style de direction qui se retrouve le plus souvent dans les petites PME.
  • Le style participatif par lequel le dirigeant associe ses collaborateurs à la prise de décision. Cette démarche encourage le travail en équipe, la coopération, l’initiative et la transparence dans la circulation des informations. La décentralisation de la prise de décision génère une plus grande motivation des salariés qui se sentent davantage impliqués dans la gestion de l’organisation. Ces derniers développent leur sens de l’initiative et des responsabilités. Le revers vient d’une prise de décision, qui peut être ralentie et source de conflits lorsqu’il y a divergence d’intérêts au niveau des collaborateurs.
  • Le style consultatif consiste, pour le dirigeant, à encourager ses équipes à exprimer leur avis sur les décisions envisagées. Mais il conserve la responsabilité de la décision finale. L’intérêt de ce style de direction réside dans le fait que les salariés se sentent concernés et plus motivés en étant informés par le dirigeant. Si ce dernier reste le seul responsable de la décision, celle-ci peut ralentie par le processus de consultation.

 

Aujourd’hui, la confiance entre le manager et ses équipes est un élément indispensable au sein de l’organisation. Le manager de demain doit faire en sorte que chaque membre de son équipe se sente à sa place et œuvre non seulement en faveur de ses intérêts personnels, mais aussi, et surtout au service d’un objectif commun. Le télétravail pourrait être la solution : 89 % des télétravailleurs s’estiment plus efficaces. Cela étant, les collaborateurs doivent adhérer à certaines valeurs pour réussir le travail à accomplir. Le travail en équipe doit être source d’épanouissement et de développement, à la fois professionnel et personnel. À ce titre, la combinaison entre les styles participatif et consultatif paraît tout à fait intéressante.

 


Marie-Laure Laville occupe le poste de directrice générale France au sein de l’agence internationale LEWIS spécialisée dans la communication et les RP digitales https://www.teamlewis.com/fr/. Marie-Laure bénéficie de plus de 25 années d’expérience acquise en communication de marque B2B, B2C, institutionnelle, produit ainsi qu’en communication de crise. Elle intervient dans plusieurs écoles l’ISG, IICP, ESP, PPA, l’Université Paris Diderot…Dans cette réflexion du changement, elle a écrit un livre : Les Relations Presse à l’heure du digital – des influenceurs aux ambassadeurs – Editions Kawa – https://www.editions-kawa.com/home/179-les-relations-presse-a-lheure-du-digital-des-influenceurs-aux-ambassadeurs.html


Sur les mêmes sujets

Le développement des compétences une priorité pour les DRH
infographies RH

Le développement des compétences : une priorité pour les DRH

En 2020, 79% des dirigeants craignaient qu’un manque de compétences menace la future croissance de l’entreprise contre 63% en 2014. En 2021, le développement des compétences est une priorité.

Retour des collaborateurs en présentiel : DRH et managers, êtes-vous prêts ?
infographies RH

Retour des collaborateurs en présentiel : DRH et managers êtes-vous prêts ?

Depuis le 9 juin 2021, les collaborateurs peuvent revenir en entreprise. Les DRH et managers sont-ils prêts pour le grand retour ? Axys Consultants a mené l’enquête.

[PARLONS RH] Blog - Revue du web 354 management, formation et qvt
revues du web RH

Revue du web #354 : Management, Formation et QVT

Même si les grandes vacances ont officiellement commencé, vous n’avez peut-être pas encore plié bagages pour décompresser ? Parfait, vous avez donc le temps de faire le point sur les sujets...

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH