infographies RH

Le nouveau visage de la formation des demandeurs d’emploi

le 14 décembre 2021
Visuel de l'infographie sur le nouveau visage de la formation des demandeurs d’emploi

Le site Mon Compte Formation fête ses deux ans. La crise sanitaire a permis à la plateforme de se développer et de se faire connaître du grand public. Le nombre d’entrées en formation par les demandeurs d’emploi a explosé en 2021 grâce à la montée en puissance du CPF « Autonome », qui a compensé la baisse des formations proposées par les régions. Cette infographie réalisée par Pole Emploi nous montre bien les différents changements, apportés par les différents confinements, dans le secteur de la formation.

Le nombre d’entrées en formation boosté par le CPF « Autonome »

Au 1er trimestre 2021, on peut assister à une augmentation de l’entrée en formation des demandeurs d’emploi jamais vue jusqu’à maintenant. On enregistre 355 000 demandes de formations. Ce qui représente une hausse de 83,7% en un an. On peut naturellement se demander : comment parvient-on à une telle accélération ?

La première raison est l’explosion des demandes de formations financées par le CPF « Autonome ». Ces demandes représentent à elles seules 41% des entrées. Ces investissements sont faits sur des formations courtes. En effet, ceci est lié à la fois aux effets des multiples confinements, malgré les solutions de continuité proposées par les organismes de formation, et au fait qu’une part importante des formations dans le catalogue de Pôle Emploi préparent directement à reprendre la vie active.

L’autre cause est la prise en charge totale de la formation par Pôle Emploi (31%). Cet accompagnement est très intéressant pour les demandeurs d’emploi. Ils n’auront pas à débourser d’argent pour les formations demandées, pour la plupart nécessaires pour une reconversion professionnelle, et la participation à ces ateliers sera une preuve concrète de leur investissement dans la recherche d’emploi. De plus, ils ont la possibilité de changer d’environnement de travail ou d’augmenter leur éventail de compétences afin de se démarquer des autres lors du recrutement.

Les Régions et le financement qu’elles effectuent contribuent également de façon significative à ce changement. Les collectivités représentent 25% des entrées en formation. Ce chiffre traduit surtout une volonté d’augmenter le nombre d’apprentis et de favoriser l’insertion des jeunes et des seniors. En effet, l’apprentissage a connu une véritable expansion et représente aujourd’hui une grande partie du chiffre d’affaires du secteur de la formation.

Les caractéristiques des formations

Post-Covid, nos habitudes ont changé radicalement pour laisser la place au digital dans notre quotidien. Cela a permis à la plateforme « Mon Compte Formation » de dépasser toutes les prévisions. Les demandeurs d’emploi ont pu se lancer dans la découverte de leurs droits et faire des demandes de formation afin d’augmenter leurs compétences. On peut légitimement s’interroger : quelles sont les demandes les plus fréquentes, et pourquoi ?

  • En tout premier lieu, la catégorie « transport » représente 16% des demandes. Nous y retrouvons le Caces et le permis de conduire, qui permettent aux demandeurs d’emploi d’augmenter leur panel de compétences (la conduite d’engins de manutention, d’engins de chantier et la possibilité d’être en déplacement). En effet, ces permis sont un passeport pour l’insertion professionnelle.
  • En 2e position, le « développement personnel et professionnel » a été beaucoup sollicité (13%). La préparation à des concours et les différentes remises à niveaux y figurent. Ces demandes émanent de personnes qui y ont vu une occasion de concrétiser leurs projets personnels comme professionnels.
  • En outre, nous retrouvons en 3e position les « formations liées aux langues » (9%). Ces formats sont moins demandés que les autres, car le demandeur d’emploi préfère utiliser son budget CPF pour l’obtention d’une certification ou pour élargir ses compétences techniques.

Le profil des bénéficiaires du CPF « Autonome »

Le profil type d’un bénéficiaire du CPF Autonome en recherche d’emploi est singulier aujourd’hui. Il n’est pas celui auquel on pourrait penser. Il diffère d’un profil classique par rapport à une personne en recherche d’emploi. Ce phénomène est dû principalement aux multiples confinements qui ont favorisé le développement d’un tel profil. Qu’est-ce qui le différencie des autres demandeurs ?

Tout d’abord, la qualification des individus est supérieure à celle des autres bénéficiaires du CPF « Autonome ». Ils représentent 54% d’entre eux. On comprend dès lors qu’ils se dirigeront vers des formations courtes pour bénéficier de compétences certifiées rapidement.

Parallèlement, leur éloignement de l’emploi est minime par rapport à celui des autres bénéficiaires. En effet, 85% d’entre eux sont des demandeurs d’emploi de courte durée. Ils ont profité du temps accordé par la crise sanitaire afin d’approfondir leurs compétences.

De plus, nous remarquons que ce sont la plupart du temps les hommes qui en font la demande. Ils représentent 52% des bénéficiaires du CPF « Autonome ».

Enfin, la tranche d’âge qui profite de ces formations tout en étant en recherche d’emploi est celle des 26(49 ans – elle représente 69% des bénéficiaires. La plupart sont de jeunes demandeurs d’emploi qui recherchent leur premier CDI. La crise sanitaire a rendu difficile leur quête. Ils profitent donc de ce temps « inattendu » pour développer leurs compétences. L’autre partie représente les seniors qui profitent de ce temps libre pour changer de vocation ou développer des compétences qui leur faisaient défaut jusqu’à présent (informatique, langue, management).

Ces différents chiffres démontrent bien le changement initié par la crise sanitaire. Nos habitudes ont changé afin de se tourner vers le confort, la simplicité et la rapidité que le digital a apportés. Les demandeurs d’emploi en ont profité pour faire des demandes d’entrées en formation (CPF) afin de booster leurs recherches. Leur profil, unique, s’avère représentatif des personnes ayant été le plus impactées par les confinements. Ils se sont tournés vers des formations simples et rapides leur offrant un maximum d’avantages dans leur reconversion ou pour leur recherche de premier emploi.

Source : Pôle emploi



Vous voulez réagir ? Laissez-votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous

Sur les mêmes sujets

revues du web RH

Revue du web #401 : Emploi, télétravail et syndrome de l’imposteur

Les cadres ont été augmentés. Le télétravail est une « norme » pour les jeunes diplômés. Les salariés font face au syndrome de l’imposteur.

Visuel de la tribune Recrutement : art tactique ou choix stratégique ?
tribunes

Recrutement : art tactique ou choix stratégique ?

Le recrutement est un exercice complexe. Les managers, en première ligne, sont en lien avec les besoins immédiats. Mais est-ce suffisant ?

revues du web RH

Revue du web #393 : emploi, télétravail et QVT

En France, ceux qui ont quitté leur travail pendant la crise le regrettent. Télétravail et QVT restent par ailleurs au coeur de l’actu.

L’actu RH vous intéresse

Recevez chaque vendredi La News© du Média 100% RH