Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Une infographie sur l'absentéisme en 2017
5/5 (4 votes)

L’absentéisme en 2017, l’état des lieux !

# , ,

Trouver des solutions à l’absentéisme en entreprise est un sujet d’actualité. Le gouvernement a notamment lancé une réflexion sur l’intérêt du télétravail pour limiter les arrêts maladie. Mais quelles sont les caractéristiques de cet absentéisme qui constitue un gisement de productivité pour les entreprises ?

 

L’absentéisme augmente

L’absentéisme augmente. Mais « tout augmente » comme disait Coluche, non ?
Au-delà de cette boutade, ce constat a conduit le gouvernement à lancer une réflexion sur l’intérêt du télétravail pour limiter notamment les arrêts maladie. Or, selon un sondage de novembre 2018, mené par la mutuelle Malakoff Mederic, on apprend que près d’un quart des salariés du privé a renoncé à un arrêt maladie prescrit en 2018.
Alors, l’absentéisme augmente-t-il vraiment ? Affirmatif ! C’est ce que constate le sondage mené par l’Ifop pour le compte de Securex et réalisé fin mars 2018 auprès de 1 063 personnes (échantillons représentatifs des salariés en poste de 18 ans et plus).

  • Près d’un Français sur deux a été arrêté au moins une journée en 2017 (43 % soit +2 points par rapport à 2016) ;
  • 16 % ont déclaré avoir été arrêtés « pour des raisons autres que réellement médicales »

Cependant, l’étude souligne que 83 % des salariés français arrêtés en 2017 pensent qu’ils leur auraient été impossible d’aller travailler durant ces périodes.
Securex n’en conclut pas qu’il leur aurait été impossible de télétravailler.
Au dire de cette augmentation sur tous ces indicateurs, une majorité de salariés français se ressent en moins bonne santé en 2017.

 

Arrêts de travail : des causes plurielles

Les causes des arrêts de travail révèlent des situations très diverses : un événement familial (décès, grossesse…), une hospitalisation ou un enfant malade, etc. peuvent interrompre l’activité professionnelle. D’après l’étude, ces causes explosent entre 2016 et 2017 : +14 % des arrêts pour culminer à 37 % en 2017.
En 2016, cette même enquête pointait que « des actions de prévention et de contrôle seraient dans 19 % des arrêts motivés par convenance personnelle » versus 22 % en 2017.
Le contexte professionnel semble prendre une part très importante dans les causes de ses arrêts. Securex décrypte de nombreuses situations :

  • 21 % concernent la « surcharge de travail et non-paiement d’heures supplémentaires » (2016)
  • 18 % en raison d’absence de motivation, lassitude, manque de reconnaissance (2016)
    Point encore plus marquant : le management constitue une des raisons des arrêts : le conflit avec son supérieur hiérarchique est clairement montré du doigt :
  • 8 % en 2017 soit une progression là encore de +2 points.

Securex conclut en élargissant les raisons dans “les arrêts hors maladie” des salariés français, aux “politiques RH de l’entreprise”.
Y a-t-il un lien avec le RH baching et le désamour de la fonction managériale ? La causalité mérite d’être posée. Les ténors du consulting et les universitaires ont certainement quelques idées sur ces questions, ce sera le sujet de prochaines infographies.

 

Une prise de conscience des salariés français

Les salariés français mesurent pleinement les conséquences de l’arrêt de travail sur le travail de leurs collègues, et aussi sur les performances de leur entreprise. En 2016, l’enquête montrait nettement que l’absentéisme impactait l’organisation du travail, le rendement, les relations humaines et pouvait également induire une majoration du coût des couvertures prévoyance complémentaires.
Mais, il est net que les salariés français sont de plus en plus conscients de l’impact de leurs absences sur leurs collègues de travail.

  • +5 points en 2017 par rapport 2016, soit 69 % des interrogés.

En 2016, Securex expliquait que 64 % des salariés estimaient que leur travail a pu être pénalisé par des absences de collègues.
Enfin les salariés mesurent de plus en plus le poids des arrêts sur la performance de l’entreprise : 68 % des salariés français le déclare.

Ces derniers éléments sont à relier aux chiffres sur le coût des Arrêts maladie en France qui croissent rapidement :

  • +13 % en quatre ans.

La raison se trouve dans l’âge des salariés : le taux d’activité des plus de 60 ans en croissance se traduit par des arrêts plus longs et mieux indemnisés. Selon les chiffres publiés par la Caisse nationale d’assurance-maladie en juin 2018, les montants d’indemnités journalières ont encore crû de 4,6 % sur douze mois, à 10,4 milliards d’euros, selon les derniers chiffres publiés par la Caisse nationale d’assurance-maladie.
Pour rappel quelques chiffres en 2015, elles s’élevaient à 13,7 milliards d’euros réparties en 3 lignes de dépenses :

  •  7, 62 milliards pour les arrêts maladie
  •  3,05 milliards pour les AT – MP
  •  3,03 milliards pour les arrêts maternité

Source : Securex.

Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

 

The following two tabs change content below.

Philippe Kest

De par ses expériences en cabinets de conseil auprès des directions des ressources humaines, les domaines d’expertises de Philippe sont la direction de programmes et de projets dans le champ des transformations des Hommes et des organisations, l’accompagnement du changement, les relations sociales, et le management. Son parcours a forgé ses convictions sur l’impact des nouvelles technologies dans les politiques RH et l’ensemble des parties prenantes, notamment dans le domaine de l’acquisition et le développement du capital humain. Philippe est diplômé de chimie, du master de marketing de l’ESC CNAM et du master 2 RH de l’IGS.

Derniers articles parPhilippe Kest (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *