Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

infographie prelevement a la source
4.8/5 (4 votes)

2019, le prélèvement à la source (PAS), c’est parti !

# , ,

2019, ça y est nous y sommes, le prélèvement à la source (PAS) devient réalité ! Malgré les simulations réalisées par des employeurs lors des trois derniers bulletins de paie de 2018, les salaires nets n’avaient jusqu’alors pas changé. Or nombreux s’interrogent sur l’impact psychologique du PAS sur le ressentit des Français qui ne maîtrisent pas tous les nouveaux éléments de langage, et qui plus est dans un contexte social tendu.

 

Le retour d’un système abandonné il y a 70 ans

Mistertemp, une enseigne de travail temporaire dont les interactions avec ses salariés s’accroissent lors de la paye en fin de mois et lors des acomptes en fin de semaine, a lancé une étude par e-mailing auprès de 220 000 utilisateurs de sa base entre le 10 et 17 septembre 2018.

C’est clair, il y a encore quelques éclaircissements nécessaires. Mais globalement les répondants sont plutôt favorables au PAS à 50,5 % – une infime partie ne s’exprime pas 1 %.

Pourtant, l’étude nous indique que ce système  avait été abandonné il y a 70 ans.

Savez-vous ce que sont le taux personnalisé, le taux individualisé et le taux neutre ? La réponse est nette, massive et sans ambiguïté. C’est non à 77,3 %.
Le réveil ou plutôt le choc sera difficile au 1er février 2019, car ceux qui n’auront pas bien choisi leur taux de prélèvement risquent de se voir trop prélevés immédiatement ou trop « peu » et devoir payer de manière décalée un solde d’impôt sur le revenu non prévu.

 

Plus de 50% des répondants on choisit un taux sans en connaître le sens

Petit rappel. Le taux personnalisé correspond à celui de la dernière déclaration d’impôts sur le revenu du foyer.

Le taux individualisé, c’est le taux qui ne tient pas compte des revenus du conjoint. C’est le taux le plus proche de la réalité d’un salarié.

Enfin, le taux neutre correspond au taux d’imposition reflétant la situation d’un salarié célibataire sans enfant et sans revenu complémentaire.

Pour approfondir la question, il est recommandé de se connecter au site www.Impot.gouv.fr.

Même dans une situation de non-prise d’information, l’étude indique que 2 répondants sur 3 ont choisi un taux ! Si on transpose les 77,3 % des répondants qui ignorent le sens des différents taux, à ce dernier chiffre, il semble que près de 50 % d’entre eux ont choisi un taux au « doigt mouillé » ou à l’intuition. Espérons que leurs bons sens les satisfassent !

Chacun devant sa feuille de déclaration de revenus se creuse la tête à remplir les cases nommées harmonieusement des lettres de l’alphabet suivies d’un chiffre tout aussi élégant. On continue à se creuser la tête en lisant la notice jointe ou les infos sur la Toile. D’où la grande question récurrente à chaque innovation administrative : est-ce que les salariés n’auront plus à déclarer eux-mêmes leurs revenus avec l’arrivée du PAS ?

Une minorité pense que oui. Un peu plus de 4 répondants sur 10 vont être déçus pour deux raisons : la première est que pour un salarié, la déclaration est depuis plusieurs années déjà pré-renseignée et le déclarant n’a qu’à vérifier et valider les montants. La seconde est que la déclaration est nécessaire pour faire un bilan de l’ensemble des revenus de chacun, de son foyer.

Cette étude très pragmatique et instructive renforce l’idée qu’il est important de s’informer auprès des services compétents. Les services RH, DAF et patrons peuvent s’appuyer sur les outils web et téléphonique de Bercy assez bien conçus pour répondre à l’ensemble des questionnements.

Lors de réforme, l’information est primordiale . Concernant celle de la formation professionnelle, je vous renvoie à l’article sur les nouvelles règles et pratiques ici.

Source: MisterTemp

 

Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

The following two tabs change content below.

Philippe Kest

De par ses expériences en cabinets de conseil auprès des directions des ressources humaines, les domaines d’expertises de Philippe sont la direction de programmes et de projets dans le champ des transformations des Hommes et des organisations, l’accompagnement du changement, les relations sociales, et le management. Son parcours a forgé ses convictions sur l’impact des nouvelles technologies dans les politiques RH et l’ensemble des parties prenantes, notamment dans le domaine de l’acquisition et le développement du capital humain. Philippe est diplômé de chimie, du master de marketing de l’ESC CNAM et du master 2 RH de l’IGS.

Derniers articles parPhilippe Kest (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *