Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

La musique au travail pour améliorer sa productivité

Oubliez les préjugés, travailler en musique est bon pour votre productivité !

# , ,

La musique. Difficile de l’éviter de nos jours. À la radio, à la TV, sur internet ou même dans la rue, elle est partout. Que vous soyez du genre à l’apprécier avec votre café le matin ou plutôt dans les transports en commun, il y a une chose que nous partageons tous : son impact sur notre productivité. Eh oui ! Au-delà de vous faire taper du pied ou remuer la tête, la musique est aussi un outil d’aide au travail. Sortez les casques et montez (avec modération) le son, on va bosser en rythme !

 

Fini les bureaux cloisonnés, les portes fermées et les échanges entre collègues qui se limitent à la machine à café, les réunions ou les pauses de chacun. Désormais, le bureau individuel est devenu minoritaire, et la majorité des collaborateurs travaillent soit en open space, soit en bureaux collectifs. Ce type d’organisation interne permet aux entreprises de développer une forme d’intelligence collective qui profite à tout le monde. Seulement, il arrive que ces mêmes espaces d’échanges deviennent de larges caisses de résonance pour des bruits divers et variés : discussions au loin, bruits de clavier ou de mobilier. Un contexte qui peut s’avérer néfaste pour certains.

Si le travail en espace collectif est à la mode, on constate que la tolérance autour de la musique en entreprise s’est répandue parallèlement. Les casques et autres écouteurs fleurissent sur les bureaux de chacun, leur permettant de retrouver un semblant de cloisonnement lorsqu’il est nécessaire. La musique devient alors un outil d’aide au travail comme un autre. Entre innovations pour la diffusion ou la création, des millions de morceaux sont à la portée de chacun. Inutile donc de tourner autour du pot : aujourd’hui, musique et travail sont les meilleurs amis du monde.

Le développement de l’open space et des bureaux collectifs s’est fait en parallèle de celui des périphériques musicaux au bureau. Ils ont fait leur arrivée parmi les outils de travail de chaque collaborateur. L’ordinateur de bureau, en lui-même, est amplement suffisant pour abriter une large bibliothèque musicale et une connexion internet permet d’accéder à une source inépuisable de compositions musicales ; vinyles, disques et autres cassettes semblent bien loin.

Peu importe le domaine dans lequel on travaille, la musique a des atouts qui étaient encore inimaginables il y a quelques années. À l’heure des bureaux ouverts, quels sont les avantages d’une mélodie lorsque l’on travaille ? Qu’est-ce que la musique nous permet de faire ou d’améliorer au bureau ? Voici quelques-unes des externalités positives issues de l’harmonie entre musique et travail.

 

La musique pour modifier l’espace de travail

L’un des premiers atouts de la musique est sa faculté à modifier votre perception de votre environnement. En effet, dès que vous appuyez sur le bouton lecture, les petits bruits pouvant déranger laissent place à des harmonies et mélodies moins rudes pour votre système auditif. Vous êtes plongés dans un univers sonore que vous pouvez modifier selon votre volonté. Univers qui vous permet de vous recentrer pleinement sur votre travail. Certains pourront aller plus loin que la musique et travailler avec des bruits qui leur sont bénéfiques : pluie, orage, plage, forêt, vent ou même celui d’une cheminée à l’approche de l’hiver. Internet regorge de banques de sons qu’il est possible de consulter très simplement. Une petite recherche sur YouTube suffira pour s’en convaincre.
 
New Call-to-action
 

La musique comme source d’inspiration

Comme le veut le proverbe, la musique adoucit les mœurs. Un proverbe que la chercheuse américaine Teresa Lesiuk a prouvé dans une étude pour l’université de Miami. Elle a ainsi pu montrer que la musique avait le pouvoir de faire chuter le taux de stress ou l’anxiété des auditeurs. Et toi, mon lecteur, je suis sûr que tu as déjà eu des frissons, peut-être versé une larme pour une mélodie. La musique est vectrice d’inspiration et elle nous ouvre l’esprit. Dans son étude, Teresa Lesiuk montre également que la musique permet de ne plus se cantonner à sa propre façon de penser et qu’elle laisse entrevoir de nouvelles solutions.

 

La musique pour se stimuler

L’impact de la musique sur les émotions est tel qu’il peut stimuler votre cerveau et vos sens. Les rythmes et suites mathématiques qui constituent chaque morceau deviennent de véritables moteurs pour la sécrétion de dopamine de votre corps, cette hormone du bonheur qu’on obtient habituellement au travers du circuit de la récompense. C’est comme si vous aviez faim et qu’on vous présentait votre plat préféré : à la première bouchée, c’est l’extase totale. La musique reproduit le même effet avec votre cerveau.

 

La musique développe et accroît nos capacités

La pratique de la musique au bureau, sans faire de vous un super héros – j’essaye depuis des années – vous permet néanmoins de faire appel à des zones de votre cerveau liées à la mémoire. Ainsi, sans que vous n’y prêtiez attention, elle met votre cerveau en alerte et le maintient dans cet état jusqu’à la fin du morceau. Plus qu’un simple coup de boost, c’est l’assurance de conserver un niveau de sollicitation tel que vos tâches paraissent moins fatigantes.

 

La musique pour favoriser les interactions

Jusque-là, je ne parlais que d’une écoute individuelle de la musique, mais la musique peut aussi dépasser le simple individu pour s’imposer au groupe avec tout autant de bénéfice. Imaginez qu’un collaborateur débranche son casque lors d’une séance de travail en groupe faisant ainsi profiter tout le monde d’un fond sonore. Si, au premier abord vous repensez à ce voisin de trajet qui partage plus ou moins volontairement ses goûts musicaux, l’idée va vous sembler mauvaise. Détrompez-vous ! Une étude de Cornell University a démontré qu’avec l’écoute d’une musique enjouée, les interactions entre les membres d’un même groupe de travail étaient plus nombreuses.

 

La musique comme vecteur de team building

Attention, ce coup-ci, la musique a besoin de votre aide pour intervenir. Il est possible d’aller plus loin que le partage de découvertes entre collaborateurs en mettant en place des ateliers permettant aux membres d’une équipe de reproduire des morceaux connus. Les progrès technologiques et quelques astuces suffisent à mettre en place une véritable création musicale en entreprise. Bien évidemment, il faudra prendre garde à ne pas tomber dans le has-been et en profiter pour ressortir un énième lipdub avec quelques années de retard. C’est surtout l’occasion de passer un bon moment ensemble et, pourquoi pas, de découvrir de nouveaux talents, dans une optique de team building.

La musique, une panacée de la productivité sans limite ?

Mais alors, la musique au bureau, c’est l’avenir du travail et il faut fournir à tous les collaborateurs un casque ! Non, pour que la musique soit une alliée pour la productivité de chacun, il faut tenir compte du fait qu’elle peut être une arme à double tranchant. Si elle permet de se concentrer ou de jouer sur les émotions, elle est aussi un moyen d’évasion. Moyen qui, sans le moindre contrôle peut réduire la productivité. Il en va donc, si la musique est tolérée dans l’entreprise, de la responsabilité de chacun de ne pas aller trop loin. Pour ça, il y a quelques règles à prendre en compte pour que tout se fasse de la meilleure façon possible :

  • Privilégier la musique dite “instrumentale” : même si vos cours de langues étrangères n’ont laissé aucune trace dans votre mémoire, le fait d’entendre des paroles stimule les zones liées au langage de votre cerveau. Sans vous en rendre compte, vous cherchez à décrypter ce que vous entendez. Autant de ressources intellectuelles qui ne sont pas allouées à ce que vous êtes en train de faire.
  • Choisir des artistes, albums ou morceaux que l’on connaît déjà : comme dit précédemment, la musique permet la libération de dopamine. Si vous ne connaissez pas les compositions que vous écoutez, votre cerveau passera par le circuit de la récompense à tel point que vous pourrez plus facilement perdre toute concentration.
  • Écouter de la musique enjouée : même si la caractérisation d’une musique est subjective, ce point jouera un rôle important sur l’impact de la musique sur votre travail. Si l’écoute vous donne envie de taper du pied voire de hocher la tête, vous êtes au bon endroit puisque votre cerveau sécrète de la dopamine et vous travaillez avec le sourire.
  • Trouver une musique adéquate en fonction de ce sur quoi vous travaillez : selon ce que vous faites, la musique peut être un véritable accélérateur ou n’être qu’une entrave à votre implication. Le bon choix vous permettra de bénéficier d’un véritable turbo. Pas besoin d’explications précises, vous vous rendrez très vite compte de quoi il s’agit en entrant en flow avec votre travail. S’il vous faut des pistes, je vous recommande d’aller faire un tour sur Toggl : une belle infographie vous fera quelques suggestions.
  • Ne pas oublier le bouton pause : s’il existe beaucoup de tâches que l’on peut accomplir avec de la musique, il en existe certaines pour lesquelles il faut savoir travailler en silence. Je me vois mal échanger avec un prospect avec un fond musical. Ça passe très bien en radio, mais moins au téléphone. Idem s’il s’agit d’un entretien de recrutement ; encore que, dans certains secteurs, cela puisse être volontaire.
  • Ça rend sourd : les constructeurs rivalisent toujours plus d’ingéniosité pour réduire les bruits alentour. Vous êtes dans votre musique, mais avant tout dans votre entreprise et si quelqu’un a besoin de vous, n’attendez pas qu’il lance une fusée de détresse. Faites en sorte de rester disponible. En plus de ça, une écoute prolongée peut endommager votre oreille interne.
  • Prêter attention à vos collègues : dernier point à prendre en compte et sans doute le plus important. Si vous avez un casque ou des écouteurs, ce n’est pas le cas de tout le monde au bureau, alors évitez les solos de batterie sur le coin du bureau ou le volume trop fort qui pourrait déranger.

Cher lecteur, vous voilà désormais prêt à travailler au rythme de vos préférences musicales et de profiter de tous ces points. Bien évidemment, vous l’aviez deviné pendant votre lecture, la rédaction de cet article s’est faite en musique. Il m’est impossible de vous retranscrire exactement les playlists qui m’ont accompagné tout au long de cette rédaction ; néanmoins je sais que la musique n’est que plus belle lorsqu’elle est partagée. Aussi, voici quelques sélections de morceaux pour, vous aussi, vous plonger dans la musique au bureau. Mais n’oubliez pas, c’est en expérimentant que vous verrez ce qui vous correspond le mieux. Et peut-être serez-vous surpris de faire partie de ces DRH qui écoutent du métal.

Vous savez où se trouve le bouton lecture alors, bonne écoute à vous. ►

Crédit photo Shutterstock • dotshock • LDprod

The following two tabs change content below.

Pierre FRECHON

Community Manager chez Parlons RH
Titulaire d'un master en communication digitale et fruit d'un parcours professionnel dans le domaine agricole et le secteur des nouvelles technologies, Pierre s'est spécialisé dans les Social Media. Il développe, avec efficacité et convivialité, la visibilité digitale de l’agence Parlons RH et de ses clients DRH et prestataires RH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *