Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Aggretsuko la série Netflix sur la condition des femmes dans l’entreprise
4.7/5 (6 votes)

Aggretsuko : la série Netflix sur la condition des femmes dans l’entreprise

# , ,

[ATTENTION SPOILER : cet article révèle des éléments de l’intrigue] Le 20 avril, Netflix a diffusé Aggretsuko. L’étrange nom de la série est un condensé de « agressive » et de « Retsuko », personnage principal de l’histoire qui est une jeune femme représentée sous les traits d’un irrésistible panda roux adepte de Death Metal. Sorte de caméra café version japonaise, la première saison d’Aggretsuko traite de la génération Y, de son management et surtout de l’égalité Femme/Homme.

 

Le pitch : Retsuko, japonaise de 25 ans, célibataire, est employée dans le service comptabilité d’une grande entreprise, à Tokyo. Timide, bienveillante et engagée dans son travail, elle est surmenée. Au bord du burn-out, elle envisage – en dernier recours – de se marier pour devenir femme au foyer.

 

Le character design chibi des personnages de cette série d’animation est signé Sanrio, la compagnie japonaise à l’origine de Hello Kitty. Malgré son esthétique enfantine et ses couleurs pastel, le sujet de cette première saison est bien le monde du travail, ses enjeux et les relations parfois tumultueuses entre collaborateurs.

 

Vie de bureau et Soft skills

La faune qui compose l’entreprise de Retsuko est d’une incroyable variété en termes d’espèce, de caractères et de soft skills. Dans l’ambiance feutrée de la compagnie, les interactions entre les uns et les autres créent de belles scènes de complicité, de malentendus, de joie et de colère.

Parmi les personnages marquants de la série :

  • Fenneko, la voisine de bureaux de l’héroïne. Cette femelle fennec, qui dispose d’une grande confiance en elle, n’est jamais dans l’affect. La tête bien faite et les pieds sur terre, elle passe une bonne partie de son temps à stalker ses collègues sur les réseaux sociaux et à analyser le contenu de leurs publications afin de cerner leurs personnalités ;

 

  • Sous les traits d’une femelle Hippopotame, Kabae est l’archétype du collègue qui s’intéresse trop aux problèmes des autres. Curieuse, insistante quand elle sent qu’on ne lui dit pas tout de ses malheurs personnels, Kabae s’empresse de répéter une confidence bien qu’elle ait juré deux minutes auparavant qu’elle n’en parlerait à personne ;

 

  • Tsunoda, la biche aux yeux immense tirée à quatre épingles est une as de la communication. D’une tenue et d’une courtoisie irréprochables, souvent enjouée et toujours égocentrique, elle sait faire passer ses messages de façon concise et claire. Capable de flatter son manager pour passer entre les gouttes en cas de crise, elle est à l’opposé de Retsuko.

 

  • Retsuko est performante, peu sûre d’elle, trop gentille et incapable de dire « non ». C’est sur elle que retombe la charge de tous ses supérieurs hiérarchiques. La nuit après ses heures de bureau – elle finit vraiment tard – elle trouve refuge dans un salon de karaoké ou elle expulse sa colère.

Le quotidien des équipes est par ailleurs ponctué de cours de yoga ou de repas à l’extérieur au cours desquels l’alcool coule à flots et les relations se détendent… ou pas.

 

Condition des femmes dans l’entreprise et harcèlement

En filigrane, la question de l’égalité entre les femmes et les hommes est l’un des principaux sujets de la première saison.

En 2016, 11 % seulement des postes de direction au Japon étaient occupés par des femmes contre 43 % aux États-Unis et 39 % en France. Les femmes enceintes dans les entreprises japonaises peuvent subir une forme de harcèlement spécifique appelée “matahara” qui vise à les faire démissionner.

C’est dans ce contexte que l’héroïne évolue et ses projets d’avenir s’en trouvent bouleversés. Ne supportant plus la tyrannie de son manager et ses quolibets sur les femmes et les jeunes, elle projette de se mettre à son compte.

Quand la situation s’envenime au service comptabilité et que le PDG apprend le comportement odieux du manager de Retsuko, sa première réaction est de le dédouaner en évoquant le caractère “féministe” des femmes de la nouvelle génération qui “ont tendance à en faire trop”.

Même si la situation du Japon sur l’égalité Femmes/Hommes est particulièrement déplorable en comparaison de ce qui se passe en France par exemple, les réactions et comportements rendus à l’écran ne sont pas réservés aux collaborateurs et managers des entreprises nippones. Une problématique universelle finalement.

Contrairement aux apparences, on est loin de l’univers de Hello Kitty. Conflits larvés et sarcasme sont de la partie. À l’instar des chroniques de bureaulogie de Quentin Perinel, cette première saison peut faire échos au parcours professionnel de chacun. Mais comparé à la série “Working Girl” de Canal + qui proposait de suivre le quotidien de six femmes en entreprise, également sous forme de comédie, le fond d’Aggretsuko est ancré dans une réalité plus oppressante, faite de surcharge de travail, de violence psychologique et de traitements inégalitaires. Aggretsuko réussit le tour de force de nous faire réfléchir sur ces situations tout en nous faisant rire. Ou quand le combat pour l’égalité rejoint celui de la guerre de l’attention et du divertissement. À quand la série française de RH entertainment ?

 

Aggretsuko : saison 1 (10 épisodes)
Sur Netflix depuis le 20 avril 2018

 

Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

The following two tabs change content below.

Ferhat DENDOUNE

Journaliste de formation, orienté web depuis 2008, Ferhat a lancé son premier site d’actualités en 2009. Il a tour à tour été rédacteur télé, puis dans la presse économique avant d’intégrer Parlons RH pour se consacrer à la gestion de projets digitaux et au développement de nouveaux supports de communication. Ferhat est diplômé du CFJ et titulaire d’un Master I Chef de projet webmarketing et conception de sites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *