Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Le salon Solutions RH se tient du 20 au 22 mars 2018
4/5 (4 votes)

Stratégies RH digitales : les six grandes priorités des DRH d’ici 2020

# , ,

Ce n’est plus un secret pour personne : la transformation digitale des entreprises est en marche. Et pour accompagner cette mutation inéluctable, la DRH fait partie des acteurs incontournables. Mais quels sont les chantiers majeurs qui préoccupent les décideurs RH dans leur stratégie digitale ? Quelles sont les solutions qui leur permettront d’opérer les changements nécessaires au cœur des entreprises ? Et ce, au profit de la performance et de l’enrichissement de l’expérience collaborateur.

 

DRH : les chantiers en cours

Du 20 au 22 mars se tient à la Porte de Versailles, la 24e édition du salon Solutions Ressources Humaines, un événement dédié aux outils et services pour les DRH, les responsables formation, les directeurs des systèmes d’information (DSI), mais aussi pour les dirigeants. 300 exposants présenteront des solutions autour du conseil et management, de la formation, de la gestion informatique des RH (SIRH) ou encore de la protection sociale et prévoyance.

Plus de 9 000 visiteurs sont attendus lors de ce rendez-vous incontournable pour repérer les dernières tendances et innovations RH. Quarante-deux conférences ainsi que soixante-quinze ateliers sont d’ores et déjà programmés. « Les sept défis majeurs du management de demain », « Et si la transformation digitale rendait vos collaborateurs plus efficaces… et plus heureux ? », « Comment le Digital Learning révolutionne la formation multi-sites et dans les points de vente ? » ou encore « La GDPR (RGPD) arrive dans deux mois ! », soit autant de sujets d’actualité qui préoccupent les décideurs au cœur des organisations.

En amont du salon, le cabinet Markess, spécialisé dans l’analyse des marchés et des stratégies de transformation digitale des organisations, a dévoilé le 6 février sa dernière étude réalisée en partenariat avec Infopromotions. Menée auprès des décideurs RH et SIRH, elle met en exergue les « six tendances clés au cœur des stratégies RH digitales d’ici 2020 ». Quels sont les segments de marché les plus porteurs ?
 
New Call-to-action
 

1/ L’automatisation des processus RH, une priorité

Pour Hélène Mouiche, Analyste senior au sein de la société d’études de marché, les chiffres parlent d’eux-mêmes : pour 70 % des décideurs RH, l’automatisation de leurs processus se révèle être le principal enjeu à relever d’ici 2020. Et le digital s’avère essentiel pour atteindre cet objectif. L’experte souligne qu’il y a « une forte demande de workflow et de BPM », des solutions permettant de modéliser des processus métier. La gestion de documents n’est pas en reste quand l’intelligence artificielle (IA) est sur toutes les lèvres. « On voit de plus en plus la mise en place de chatbots […] qui permettent de décharger les personnels RH d’un certain nombre de tâches rébarbatives et chronophages », constate-t-elle.

Mais si des robots conversationnels sont en capacité de régler les demandes récurrentes des collaborateurs autour des congés, de la paie, etc., ces solutions sont encore trop souvent perçues comme des gadgets. Or, peut-on encore laisser des responsables RH mener des entretiens annuels à l’aide d’une simple feuille de papier ? Cet exemple, Aurélie Mouiche le tient d’une RRH d’une filiale d’un grand groupe, preuve s’il en fallait une que le besoin de dématérialisation concerne toutes les entreprises quelle que soit sa taille, et qu’elle ne se limite pas uniquement aux processus administratifs.

Heureusement, les choses bougent : 10 % des DRH interrogés disent vouloir investir dans ces technologies d’ici 2020 et ainsi poursuivre l’automatisation de leurs processus. A noter que ce marché des solutions de dématérialisation RH connaît une croissance forte : Markess estime à 14 % environ le taux de croissance annuelle moyen entre 2017 et 2019, soit quelque 300 millions d’euros.

 

2/ La protection des données, un sujet d’actualité

Sans surprise, la protection des données fait partie des priorités des DRH. Sans surprise parce qu’en mai 2018, le Règlement général pour la protection des données (RGPD) entre en vigueur, obligeant toutes les entreprises traitant des données à caractère personnel à se mettre en conformité sous peine de se voir infliger de lourdes amendes en cas de faille de sécurité avérée. « Les DRH vont être concernées, rappelle Hélène Mouiche. En effet, elles vont notamment sensibiliser les personnes qui sont amenées à traiter des données personnelles à caractère confidentiel. » Si mettre en place des dispositifs pour stocker et protéger les données se révèle primordial, seules 6 % des DRH affirmaient fin 2017 que leur entreprise était en conformité avec le RGPD. 24 % déclaraient même qu’aucun projet n’avait encore été lancé.

 

3/ Le cloud computing, les DRH en terrain connu

Parce que l’entreprise de manière générale est en quête d’agilité, le cloud computing a séduit depuis quelques années déjà le monde professionnel. D’ici 2020, 80 % des organisations auront même sauté le pas « en recourant à une ou deux solutions, voire à un SIRH complet hébergé dans le cloud », explique l’Analyste senior de Markess. Le recrutement en tête devrait bénéficier de ces investissements, suivi par l’évaluation et la performance, la formation, la gestion des congés et des absences et enfin la paie, notamment du fait de la mise en œuvre du prélèvement à la source (PAS) sur l’impôt sur le revenu à partir du 1er janvier 2019. Le cloud computing représente 25 % du marché des solutions RH selon Markess.

 

4/ La valorisation des données RH : vers une prise de conscience ?

Force est de constater que la valorisation des données en est à ses balbutiements. Pour l’heure, elle représente 4 à 5 % du marché des solutions RH. Jusqu’en 2019, elle pourrait connaître une forte croissance, de l’ordre de 21 % par an selon Markess. Et pour cause, les données ne sont pas encore suffisamment mises en valeur dans la gestion des temps, la planification ou encore la prévention des risques psycho-sociaux, relève la spécialiste. En effet, « les notions de prédictive et de prescriptive sont en cours de développement », analyse-t-elle. Pour 79 % des prestataires, le constat est évident : la prise de conscience par les RH de la valeur des données est un facteur majeur du développement de ce marché des solutions RH.
 
>> Téléchargez le 1er baromètre national sur l'expérience collaborateur
 

5/ Le boom de l’expérience collaborateur

Elle était déjà une tendance phare en 2016, elle est devenue incontournable en 2017 et sera le challenge majeur des décideurs RH d’ici 2020 : il s’agit de l’expérience collaborateur. Ils étaient 32 % des DRH à la considérer comme un défi à relever en 2016, ils sont désormais 42 %. Selon Hélène Mouiche, les DRH ont pris conscience que « le collaborateur doit être accompagné : de sa détection sur les réseaux sociaux par exemple et tout au long de sa vie dans l’entreprise ».

Elle ajoute que l’on voit désormais apparaître dans les organigrammes le poste de responsable de l’expérience collaborateur. « Sephora a créé [le sien] en nommant son ancienne responsable de la relation client ! Il y a un vrai parallèle à opérer entre ce qui est développé autour du client et ce qui peut être proposé aux collaborateurs, d’autant qu’il y a de vraies attentes. »

 

6/ L’engagement des collaborateurs, une condition sine qua non

Motiver les collaborateurs dans leurs missions et leur fonction, c’est bien. Mais parvenir à les engager vis-à-vis de leur entreprise, c’est mieux, d’autant plus si la DRH parvient à en faire de véritables ambassadeurs de la marque. D’après une étude de Markess réalisée en 2017 et entièrement consacrée au sujet, 86 % des décideurs RH s’accordent sur le fait qu’il est très important d’améliorer l’engagement. Et trois quarts des interrogés évaluent comme « moyen » l’engagement des collaborateurs. Alors comment obtenir satisfaction ?

Tout serait une question de mesure. Explications : grâce au digital et au « développement de plateformes collaboratives comme les Moocs, de réseaux sociaux d’entreprise, etc. », les entreprises seraient en capacité « de mieux recueillir le sentiment des collaborateurs, d’obtenir une analyse sémantique et ainsi de repérer les signaux du désengagement », explique Hélène Mouiche. Et surtout de pouvoir élaborer un plan d’actions pour y remédier à l’aide de solutions adaptées.

 

La présentation de Markess sur les « six tendances clés au cœur des stratégies RH digitales d’ici 2020 » a mis en lumière le fait que, poussées par les collaborateurs, les entreprises vont devoir se moderniser et proposer de nouveaux services dans le but d’être plus attractives auprès des candidats et de leurs équipes. Dans la course aux talents, elles se devront d’opérer ces changements afin de mieux répondre aux enjeux concurrentiels. D’après Markess, le contexte est « relativement favorable d’un point de vue économique » à une accélération de la transformation digitale des entreprises. Les prévisions de croissance pour la France sont bonnes et devraient profiter directement aux solutions RH et des services associés. Le cabinet estime ce marché à 2,6 milliards d’euros en 2017 avec une croissance annuelle de plus de 7 % jusqu’en 2019. Pour mesurer cette évolution, le rendez-vous est pris au salon Solutions Ressources Humaines qui aura lieu en mars prochain qui permet de mieux se saisir de ces nouveaux défis qui attendent la fonction RH.

 

palrons rh l'agence de la fonction rh

La Team de Parlons RH sera présente sur le salon (stand D3).

Au plaisir de vous y croiser et d’échanger de vive voix !

 

Recevez les derniers articles de Parlons RH par mailInscrivez-vous à la newsletter Parlons RH

The following two tabs change content below.

Aurelya BILARD

Journaliste, Aurélya multiplie les expériences au sein de startups et pure players, avant de s’orienter vers le brand content en freelance. Après avoir traité de nombreux sujets dans les domaines du recrutement et de la formation pour le compte d’un jobboard, elle rejoint Parlons RH en tant que rédactrice RH. Diplômée d’une Licence d’Histoire à la Sorbonne, elle est aussi titulaire d’un Certificat de qualification aux métiers du journalisme (ESJ Paris).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *