Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

QVT : bonheur et travail sont-ils deux mots incompatibles ?

QVT : bonheur et travail sont-ils deux mots incompatibles ?

# , , , ,

Aux États-Unis, on estime que 75 % à 90 % des salariés consultent un médecin pour des raisons de stress au travail : un phénomène qui touche toutes les entreprises dans le monde. L’épanouissement au travail serait-il donc impossible ? Le documentaire « Le bonheur au travail » de Martin Meissonnier propose de découvrir des solutions innovantes pour transformer le fonctionnement de nos organisations. À l’occasion de sa sortie en DVD, le 7 février 2017, Parlons RH vous propose en exclusivité de gagner un exemplaire de ce DVD.

 

Travail : un mot qui a une connotation négative depuis des siècles

Connaissez-vous l’étymologie du mot « travail » ? Il provient de deux termes latins : tripalium, qui désigne un instrument de torture romain composé de 3 pieux pour punir les esclaves rebelles, et de trabicula, un chevalet de torture.

Au 19e siècle, avec la seconde Révolution industrielle, les entreprises cherchent à s’organiser pour être plus efficaces et plus productives : on voit naitre des méthodes de travail telles que le Taylorisme, le Fordisme, etc. En 1884, face à la généralisation de ces méthodes de travail, Karl Marx va introduire en sociologie, le concept de l’aliénation au travail.

Aujourd’hui, pas une semaine sans que les médias généralistes ou RH parlent de la qualité de vie au travail, de burn-out ou de bore-out, y compris sur le blog de Parlons RH.

Selon Isaac Getz, professeur à l’École Supérieure de Commerce de Paris (ESCP), seuls 11 % de salariés français partent au travail avec le sourire, 61 % ne viennent que pour le salaire et 31 % sont totalement désengagés.

 

 

Le mot « travail » est donc incontestablement associé à la souffrance, la douleur ou encore à la contrainte. Encore un dernier exemple parlant : lorsqu’une femme est en train d’accoucher, il est coutume de dire qu’elle est en travail ; et lorsque le bébé est arrivé, la jeune maman est… en salle de repos ! CQFD.

 

L’entreprise libérée : la recette du bonheur au travail ?

Sommes-nous donc tous voués à être malheureux au travail ? Le documentaire « Le Bonheur au travail », diffusé sur Arte en 2015, veut nous démontrer le contraire.

Le réalisateur Martin Meissonnier a voyagé dans 9 pays pour partir à la rencontre d’entreprises dites « libérées »  afin de nous faire découvrir des alternatives aux méthodes managériales classiques.

Au menu des solutions de GRH innovantes : télétravail, assouplissements des horaires, boite à idées, fin des contrôles et des chefs, responsabilisation des salariés, suppression de la hiérarchie pyramidale, prise de décision en mode collaboratif, etc.

Un très bon documentaire de 84 minutes qui nous amène à réfléchir et à se forger sa propre opinion sur la notion du bonheur au travail.

N’hésitez pas à nous faire part de vos retours et/ou de vos expériences.

 

DVD du document "Le bonheur au travail" de Martin Meissonnier

Pour remporter l’un des 10 DVD, inscrivez-vous ci-dessous :

vous avez jusqu’au 22 février 2017, minuit.



 

Les gagnants seront tirés au sort et contactés par mail.

Jeu organisé en partenariat avec ZED, la société de production du documentaire.

 

Crédit photo : © Shutterstock / nehopelon

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter

The following two tabs change content below.

Thomas LARRÈDE

Responsable du pôle Community Management chez Parlons RH
Spécialisé dans la communication digitale, Thomas accompagne les acteurs RH dans le déploiement de leurs stratégies de communication sur internet. Diplômé de deux Master II en Politique de communication (UVSQ) et Métiers de l’information et de la communication (Institut Catholique de Paris), il a également acquis une expertise en rédaction de contenus et en communication interne.

2 Commentaires

  1. François GEUZE le 23 février 2017

    Pour information. Ce “documentaire” a financé par le biais d’une campagne de crowdfunding et sur la liste des principaux financeurs affichée on retrouve notamment les promoteurs de l’entreprise libérée (malheureusement disparue de la plateforme tous compris). L’on ne s’étonnera donc pas du traitement avantageux de cette méthode alors documentaire ou publireportage ?

  2. Thomas CHARDIN le 23 février 2017

    Je veux d’abord dire que j’aime ma femme et que je ne pardonnerai jamais à ceux qui ont choisi de nous jeter aux loups. Ca c’est dit. 🙂

    Bon, je ne crois pas que ce type de réponse soit très efficace. Donc je dirai que les éléments que tu évoques sont troublants et qu’il faut les prendre évidemment en considération.

    Pour chaque communication, article et tribune, le lecteur doit toutefois faire preuve de discernement sur l’auteur (qui parle ?), son rôle (d’où parle-t-il ?) et ses motivations (pourquoi parle-t-il ?).
    Sur l’entreprise libérée, nous avons diffusé sur le blog de Parlons RH des tribunes solides et étayées qui démontraient bien la vacuité du concept et même sa dangerosité, mais aussi des tribunes plus équilibrées et consensuelles, qui cherchaient à conserver les aspects positifs des interrogations que suscitent une certaine forme de libération de l’entreprise, et quelques tribunes plus légères pro entreprise libérée. Avec cette matière, diverse et plurielle, chacun pourra se faire son opinion.

    Le reportage nous semblait intéressant à partager car cela change de forme et de support (du texte à l’audio-visuel) et qu’il a connu un certain échos en amenant les professionnels RH à s’interroger sur les travers de nos entreprises. Par ailleurs, nous cherchons aussi au sein de Parlons RH à apporter un peu de fun auprès de notre communauté RH, un peu d’enthousiasme et de positif. C’est l’objectif, très modeste, de ce petit jeu-concours. Nous prenons bonne note de ta remarque.
    Quand nous aurons un comité éditorial régulier, nous pourrons alors mieux arbitrer nos publications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *