Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Ne gâchons plus les talents !

Ne gâchons plus les talents !

# , ,

Les jeunes talents sont sévèrement touchés par le chômage. La digitalisation des outils RH, impulsée par les grands groupes et les start-up, doit venir contrer cette fatalité. Un article de Dorian Liégeois, co-fondateur et CEO de Seeqle.com.

 

Chômage et diplôme intimement liés

 

Si on devait pointer une réelle inégalité en France, ce serait bel et bien celle conférée par le nom de notre diplôme. Lorsqu’un jeune diplômé vient d’une école de commerce ou d’une école d’ingénieur réputée, il a bien plus de chances d’accéder à un emploi. C’est le constat exposé par l’article du Figaro. Si nous connaissons un gâchis alimentaire, nous sommes encore trop peu à pointer du doigt celui des talents.

Toujours selon l’article du Figaro, 40 % de nos jeunes diplômés sont écartés du marché de l’emploi. 40 % des jeunes diplômés seraient-ils inaptes pour les postes à pourvoir ? Ce serait une hérésie que de le penser.  L’exemple anglais ou américain vient montrer qu’il existe des différences entre nos deux modes de recrutement. En effet, si en France nous voyons le diplôme comme le Saint Graal, que l’on va pouvoir exposer fièrement sur notre CV comme un trophée de chasse, dans les pays anglo-saxons, le diplôme n’est pas prépondérant et ce sont les soft-skills et les profils atypiques qui sont privilégiés. La DRH d’UPS, Regina Hartley, donne la chance aux profils “ rescapés “ et aux profils “ imparfaits “.

 

 

Et si on s’intéressait avant tout à la personnalité et aux qualités humaines des candidats ?

 

« Le CV, c’est kitsch » déclarait le DRH de Airbus Thierry Baril car « ce que je veux c’est récupérer les meilleurs, des personnes différentes qui cassent nos canons habituels ». Dans un article du Monde paru le 11 avril 2016, François Germinet, président de l’université de Cergy : « la diversité des étudiants de la fac est un atout, qu’il faut développer (…). Les entreprises de tous secteurs, environnement, banque, etc., me font régulièrement savoir qu’elles sont en demande de nos diplômés ». Cette tendance liée aux qualités humaines des candidats, en dehors du simple diplôme, est également un critère important comme  l’explique Murielle Nicou, Responsable du recrutement chez AXA : « l’intérêt pour les qualités humaines s’est fortement développé ces dernières années ». Siegrid Tartanson, recruteuse chez l’équipementier Faurecia Group, vient confirmer les propos de Murielle Nicou : « Quand on sait que la compétence technique est au rendez-vous et qu’une école reconnue figure sur le CV, on ne se fait pas violence : on choisit une personnalité ».

 

 

Isabelle Calvez, Directrice des Ressources Humaines du Groupe Carrefour, et Thierry Roger, Directeur de l’Espace Emploi, tous deux ont éprouvé une grande difficulté pour identifier les talents. Le Groupe Carrefour reçoit plus d’un million de CV chaque année. Constatant que leurs outils n’étaient pas adaptés aux besoins de la génération Y, ils ont interviewé des jeunes de la génération Y car « au total, plus de 60 % de nos recrutements sont des moins de 26 ans, il fallait donc nous adapter à ces millennials », affirme Isabelle Calvez dans l’article parut dans LSA. Suite à ces rencontres fortuites, le groupe a proposé aux jeunes diplômés de postuler sans CV. Le groupe revendique désormais une hausse du trafic de 10 % et + 180 % d’interactions sur le site d’emploi Carrefour, ce qui prouve le bon fonctionnement du dispositif auprès de ces populations. « Demain, ce qui nous intéressera ne sera pas le CV car les jeunes n’ont pas beaucoup d’expérience et les personnes avec des fonctions plus élevées ont déjà un profil LinkedIn ou Viadeo  (..) Nous voulons privilégier les compétences et le savoir-être », finit par conclure Thierry Roger.

 

Pour accompagner l’évolution des modes de pensées de la part des départements RH, les start-up proposent des outils qui se focalisent sur la personnalité et les soft-skills des candidats.

 

L’ambition de ces start-up est de proposer un panel d’outils qui permettent aux sociétés d’identifier les talents afin d’éviter l’erreur d’appréciation sur un simple CV et un diplôme. Lorsque l’une propose des recrutements par vidéo, l’autre propose une analyse approfondie de la personnalité des candidats ou l’accès à un ensemble de documents professionnels liés au candidat. Certaines start-up proposent même de regrouper tous ces nouveaux outils.

 

Une véritable transformation des ressources humaines est en marche. Reste à savoir si les entreprises, au sens large du terme, viendront confirmer cette tendance en collaborant avec les nouvelles start-up RH.

 

Crédit photo : © Pexels

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter

 

Dorian LIÉGEOIS

Co-fondateur et CEO de Seeqle.com
Seeqle.com simplifie le recrutement et divise par 3 la durée des processus en permettant au recruteur de connaître le candidat avant même de le rencontrer.
Vous avez envie de donner votre avis sur l’actualité de votre métier ? Une étude ou un point de vue à nous faire partager ? Contactez la rédaction par mail : contact[at]parlonsrh.com.

Un commentaire

  1. Jules le 18 mai 2016

    Un bon processus de recrutement adapté aux jeune générations est primordial. Après, il faut une bonne plateforme Saas comme Zenefits ou HeavenHR qui sont gratuites et simplifient la vie des DRH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *