Blog

Toute l’actualité des RH et du Digital

institutespritservice

La dernière publication de l’IES est disponible

# , ,

A l’occasion de la sortie de la publication de l’Institut Esprit Service, Transformation managériale, lien social et création de valeur… La nouvelle ère, une enrichissante rencontre s’est tenue ce mardi 4 juin dans les locaux parisiens du Medef. Plus de 60 pratiques et idées concrètes ont été balayées en 1h30 lors de la première table ronde animée par le très pertinent Eric Fimbel (professeur à Reims Management School, chercheur au LIRSA et conseiller scientifique de l’Institut Esprit Service).

Depuis 2012, 90 interviews approfondies de dirigeants de tout type de société ont été réalisées. Elles ont alimenté cette étude sous la présidence de Marie Mazerat et Alain Thibault. Nous ne pouvons que vous recommander de lire cette publication dont la préface d’Hervé Frapsauce (président de l’Institut Esprit Service – DG de MMA) se termine ainsi :

Cette publication se veut un témoignage réaliste et moderne de ce qui se passe aujourd’hui et de ce qui se dessine sur les trois ans à venir, une photographie de femmes et d’hommes convaincus et passionnés, et d’entreprises prêtes à se battre.

 

Cette matinée de débats réunissaient les présidents, DG ou DRH de 15 entreprises de tailles diverses dont Sylvie Chauvin, DRH Figaro Classifieds, Alain Thibault, président du groupe Bernard Julhiet, Manuela Montagnana, DRH ADP France et Didier Desert, DRH et associé Ernst &Young Advisory (cf notre billet du 15/04/13 annonçant ce rendez-vous).

 

La première table-ronde portait sur la thématique  »Transformation managériale et leadership : de la parole aux actes. Pas de conquête de marchés sans coopération et expérimentation sociale »

  • Les premiers retours d’expérience s’articulaient autour du choix entre la rétribution collective ou individuelle de la performance pour engager les équipes.

Pour Carlos Verkaeren (président du groupe Poult), la rétribution individuelle empêche de collaborer et entraîne des effets pervers. Même les commerciaux ne bénéficient pas de rétribution variable et individuelle, le collectif est donc privilégié.

Le même choix a été fait par Yannick Annezo (directeur général de Samsic Facility). Dans le cas de son entreprise d’externalisation de la propreté, « ça coûte plus cher d’acquérir que de retenir » de nouveaux clients. Tous les salariés sont donc intéressés par une prime en cas de renouvellement des contrats. « Seuls les commerciaux bénéficient d’une dose d’individuelle ».

 

  • Le second sujet aborde la thématique de l’implication des équipes dans la transformation.

Sylvie Chauvin (Figaro Classifieds) explique le travail de reconnaissance et de connaissance nécessaires pour faire collaborer les 3 entités Keljob, Cadremploi et Explorimmo. Sur la base du volontariat, l’opération « Vis mon job » réalisée au sein de toute les équipes est un succès depuis son lancement il y a 4 ans. Pour une meilleure connaissance des métiers de chacun, 10 à 15% des salariés endossent les habits de l’un de ses collaborateurs. Cette expérience développe la coopération des équipes, les valeurs communes à l’entreprise.

 

Tous les participants de cette première table ronde partage le constat que le pouvoir isole. Comment gardent-ils ce fameux lien avec leurs collaborateurs ? La franchise des intervenants est tout à leur honneur. L’erreur existe, quel que soit le poste que l’on occupe. Il faut systématiquement mettre en place des garde-fous pour ne pas payer trop cher ses choix.

L’un des dirigeants a réalisé son propre 360° sans se limiter à son premier cercle de contacts. Certes, le comité de direction a été sollicité mais également les directeurs de filiales et les salariés Support. Une DRH vente les mérites du baromètre social : tous les 2 ans, on mesure. L’année suivante, on réalise le plan d’action correspondant car le temps du changement est incompressible.

Pour ne pas rester dans leur tour d’ivoire, les dirigeants doivent encourager leurs collaborateurs à utiliser leur devoir d’interpellation. Plus facile à dire qu’à faire…

 

La première intervention du public lors des habituelles Questions/Réponses portait sur le nouveau rôle des réseaux sociaux d’entreprise (RSE).
Personne ne les utilise car ils sont contrôlés par l’entreprise, contrairement aux réseaux sociaux publics comme Facebook, Twitter. Un DRH avoue même humblement : LinkedIn connait aujourd’hui mieux mes collaborateurs que moi je ne les connais. 

Cette thématique est largement traitée et illustrée d’exemples dans la publication (page 17 à 24)  : Entreprise numérique et réseaux sociaux créateurs de lien social : entre collectif et singularité.

 

Chaque témoignage de cette matinée est un enseignement. Cet échange de pratiques est précieux. De nombreux autres exemples émaillent l’enquête de l’Institut Esprit Service et permettent d’avoir une vision assez globale de l’état des entreprises françaises face aux bouleversement en cours. Bonne lecture !

 

Un commentaire

  1. Frachette le 6 juillet 2013

    J aime bien la reaction humble de ce DRH sur sa connaissance des collaborateurs et la clairvoyance sur le devoir d interpellation, assertion tellement vraie et evidemment creatrice de valeur!
    Nombre d entreprises ou plutot de dirigeants asservis par leurs actionaires (donc qui ne meritent pas leur statut) vont emmener leurs organisations (et leurs collaborateurs) dans le mur…
    Souvenez vous chers dirigeants que les organisations meurent et que ce sont les managers qui font la difference!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>