Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Prélèvement à la source nécessaire pour 23 des dirigeants de PME-ETI, mais...

Prélèvement à la source : nécessaire pour 2/3 des dirigeants de PME-ETI, mais…

# , ,

Comment est perçu le prélèvement de l’impôt à la source par les dirigeants de PME-ETI ? Nous en parlions dans notre revue du web #126 mi-septembre. Aujourd’hui, nous vous proposons  une infographie exclusivement consacrée au sujet. Il en ressort que les 2/3 des sondés considèrent que le prélèvement à la source “est nécessaire à la modernisation du système fiscal français”. Mais si, globalement, la réception de cette réforme crée deux camps parmi les dirigeants (51% y sont défavorables et 49% y sont favorables), une grande majorité d’entre eux regrette un manque d’implication de l’État dans sa mise en oeuvre. Publiée sur chefdentreprise.com, l’étude qui sert de base à cette infographie a été réalisée auprès de 301 dirigeants par Opinion Way du 22 août au 2 septembre dernier.

 

Finalement, on peut considérer que le camp du “non” à la réforme l’emporte largement chez les dirigeants, malgré un résultat global assez équilibré sur la question. Les avis exprimés vont de “très défavorable” à “très favorable” en passant par “plutôt favorable” et “plutôt défavorable”. C’est dans les avis tranchés qu’on trouve une plus grande hostilité au prélèvement à la source :

  • 19% y sont très défavorables ;
  •  seulement 9% y sont très favorables

 

Le prélèvement à la source bénéficie aux salariés, pas forcément aux entreprises

Les dirigeants de PME et ETI le pensent très majoritairement :

  • pour 65% d’entre eux, c’est une bonne chose pour les salariés ;
  • a contrario, seuls 29% pensent que c’est une bonne chose pour les entreprises.

Dans le détail, sur le versant “collaborateurs”, on trouve :

  • un entrepreneur sur 5 pour estimer que le prélèvement à la source sera une “très bonne chose” pour les collaborateurs,
  • même si 45% y voient “plutôt une bonne chose”.
  • 19% pensent en revanche que les salariés seront plutôt perdants,
  • voire franchement lésés pour 16%.

L’impact de la réforme sur les entreprises est reçu bien plus négativement par les dirigeants :

  • seuls 4% la voient comme une très bonne chose pour l’entreprise ;
  • un quart la perçoit plutôt positivement.
  • 37% pensent qu’il s’agit plutôt d’une mauvaise chose ;
  • un gros tiers (34%) la désapprouvent totalement.

 

Des conséquences négatives sur les entreprises

78% des dirigeants interrogés anticipent des conséquences négatives, notamment sur la gestion administrative du prélèvement à la source pour 92% d’entre eux. Les autres sujets d’inquiétude du côté des dirigeants tiennent à la complexification technique des logiciels de paie que la réforme va engendrer (pour 88%) et au coût des charges de gestion : 82% des dirigeants interrogés s’en inquiètent.

Finalement, pour remédier à ces problèmes qui s’annoncent dans la gestion opérationnelle de la réforme, les dirigeants interrogés pointent du doigt un manque d’implication de l’État. 83% d’entre eux appréhendent la retenue à la source comme un transfert de responsabilité de l’État vers l’entreprise.

Donc assez logiquement ils sont :

  • 82% à considérer que l’État devrait leur fournir des aides techniques pour la mise en place du dispositif ;
  • et 81% à estimer que l’État devrait leur fournir également des aides financières pour sa mise en place.

 

 

 

Source : chefdentreprise.com

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter

 

The following two tabs change content below.

Ferhat DENDOUNE

Journaliste de formation, orienté web depuis 2008, Ferhat a lancé son premier site d’actualités en 2009. Il a tour à tour été rédacteur télé, puis dans la presse économique avant d’intégrer Parlons RH pour se consacrer à la gestion de projets digitaux et au développement de nouveaux supports de communication. Ferhat est diplômé du CFJ et titulaire d’un Master I Chef de projet webmarketing et conception de sites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *