Blog

Toute l’actualité des RH et du Management

Un repas équilibré pour le améliorer le bien-être des salariés

Bien-être : quel est le repas idéal pour vos collaborateurs ?

# , , ,

Le déjeuner est un moment souvent très attendu par vos collaborateurs : il est l’occasion de marquer une pause au milieu d’une journée de travail, mais aussi de partager un moment de convivialité, et bien sûr de se restaurer. Quelles sont les habitudes alimentaires des salariés français au cours de ce repas ? Est-ce différent dans le reste du monde ? Et quels sont enjeux qui se jouent pendant la pause du midi ? L’enquête « Ideal Meal » d’Edenred dévoile ses résultats.

 

Les habitudes alimentaires des Français

Cocorico ! En France, la moyenne du temps du déjeuner est plus importante que dans les autres pays : 43% des salariés ont besoin de s’accorder plus de 45 minutes. D’ailleurs, 56% d’entre eux considèrent la pause déjeuner comme un moment de détente plutôt que comme un besoin physiologique. Quant aux notions de plaisir et de partage, elles sont plutôt associées au repas du soir, en famille. A l’inverse, les Anglais prennent bien moins de temps : 3 Anglais sur 4 s’accordent moins de 30 minutes et perçoivent ce moment avant tout comme une nécessité pour répondre à leurs besoins énergétiques.

Où vont les Français pour se restaurer ? 76% des salariés vont au restaurant au moins une fois par semaine, qui reste donc le lieu de restauration privilégié en France. Et pour choisir, les salariés font confiance au bouche-à-oreille (62%), là où certain préfèrent recourir aux outils numérique pour se laisser guider (26%), par exemple en consultant des sites web ou en ayant recours à des applications mobiles et aux réseaux sociaux. Dans tous les cas, c’est la proximité qui compte le plus pour 93% d’entre eux, mais également la rapidité du service (83%) ou le type de cuisine (83%). Le prix est donc en France moins important que dans d’autres pays, du moment que l’on mange bien. C’est la French Touch ! Autre critère essentiel à un bon repas : la fraîcheur et les dates de péremption, car plus d’1 Français sur 2 considère que la santé est la principale préoccupation liée à l’alimentation.

 

 

Le repas, source de bien-être et d’engagement

Pour un Français, un repas idéal passe avant tout par la nourriture. En effet, le contenu de l’assiette prime sur la convivialité ou la commodité, au contraire de nos voisins allemands ou belges. Les termes qui reviennent le plus lorsque la question du repas est abordée sont « équilibré », « fait maison » et « viande ». Cela confirme que les Français aiment la bonne chère ! Au final, l’assiette idéale d’un français contient des pâtes, des légumes, du poisson, de la viande, du pain, du fromage, des fruits et un dessert sucré (yaourt ou pâtisserie par exemple).

Inviter régulièrement vos collaborateurs au restaurant ou au moins leur proposer des solutions de restauration variées semble donc bien un excellent moyen de satisfaire leur appétit et leur goût de la bonne cuisine tout en favorisant leur bien-être. Car pour les salariés, notamment en France, manger est plus qu’un simple besoin physiologique de base : c’est tout un rituel. Et en tant que tel, il dispose de nombreuses fonctions : il favorise l’esprit d’équipe et les relations au bureau, il offre la déconnexion nécessaire avec son travail et par conséquent, se répercute aussi sur la performance de l’après-midi… Bref, il y a un réel intérêt managérial à se pencher sur ces questions de convivialité et de détente associées au déjeuner. Le match de l’engagement se joue aussi hors du cadre strictement professionnel !

 

L’alimentation, l’environnement et la santé

Un point intéressant, que nous enseigne l’enquête « Ideal Meal », c’est l’intérêt que portent les Français au lien entre nourriture et environnement. L’impact de la consommation sur l’environnement est un enjeu majeur pour 15% des Français : c’est plus que partout ailleurs où, en moyenne, seuls 5% en ont conscience. 31% des salariés français prennent d’ailleurs en compte les labels « bio » dans leurs décisions d’achats. Le traitement inapproprié des animaux, le suremballage, l’utilisation de produits chimiques et le gaspillage alimentaire sont autant de préoccupations liées à la nourriture que les salariés préféreraient limiter.

Par ailleurs, 39% des Français considèrent l’employeur comme 3ème acteur de l’éducation alimentaire, après la famille et l’école. Le lieu de travail est un excellent lieu de prévention et de diffusion des informations sur les maladies cardio-vasculaires, les cancers, l’obésité ou le diabète. En tant que DRH ou manager, sachez donc que vous avez un rôle à jouer pour favoriser une alimentation saine auprès de vos équipes, par exemple dans le cadre d’une démarche RSE. En tout cas, qu’elle qu’en soit la forme, une réflexion sur l’alimentation saine au bureau mérite sa place dans toute entreprise, et au sein de la fonction RH en particulier !

Au travers de son étude, Edenred a recueilli 1 124 idées de salariés du monde entier pour promouvoir l’alimentation saine au travail. La diversité des habitudes alimentaires des 14 pays sondés et leur expérience respective sont sources d’inspiration. Voici quelques suggestions que nous vous proposons :

  • Sensibiliser à la saisonnalité des fruits et légumes
  • Encourager les salariés à s’intéresser aux producteurs locaux, à la vente de « paniers » par correspondance, et aux « food trucks » (camions aménagés pour la cuisine) qui proposent souvent des menus « tout en un » plus équilibrés (et surtout meilleurs !) que le « sandwich mayo » du supermarché
  • Organiser des journées dédiées à promouvoir l’alimentation saine, par exemple « Journée du goût » ou « Journée sans sucre et sel »
  • Organiser des événements de team-building où vos collaborateurs participeront à des ateliers de cuisine, comme chez Kialatok par exemple

 

Si vous n’êtes toujours pas convaincus de l’importance que revêt la pause déjeuner pour votre organisation, voici une autre façon de le dire : si vous souhaitez que vos collaborateurs ne rendent pas leur tablier trop vite et vous évitent ainsi de boire la tasse, n’y allez pas avec le dos de la cuillère et mettez les petits plats dans les grands. Vos salariés ont besoin d’une pause déjeuner adaptée à leur rythme et propice à un repas équilibré ! Quelque chose me dit qu’il y a encore du pain sur la planche… Bon appétit à tous.

 

Source : © ShutterstockKatarzyna Zdanowska

 

Pour recevoir les derniers articles de Parlons RH par mail ou s’abonner à la newsletter

The following two tabs change content below.

Kevin COURTOIS

Community Manager chez Parlons RH
Ethnologue et linguiste de formation, Kevin s’intéresse depuis longtemps aux communautés, au sens large. Chargé de projets pédagogiques dans la formation pour adultes pendant quatre ans, il développe aujourd’hui la visibilité digitale de l’agence Parlons RH et de ses clients DRH ou prestataires RH.

2 Commentaires

  1. Gérald Bouillaud le 11 juillet 2016

    Merci pour cet article, très informatif et astucieux. Mais je pense que tous les aliments ne se valent pas ! Si certains ont des vertus indéniables pour la santé, d’autres doivent être consommés avec modération comme les beurres, les aliments riches en acides gras trans, les chips, les sodas…Et je pense qu’il faut juste bien réguler et équilibrer les aliments

  2. Kevin COURTOIS le 11 juillet 2016

    Bonjour et merci à vous de nous rappeler ces fondamentaux de la nutrition. Vous avez tout à fait raison, toute bonne chose doit être consommée avec modération. Bonne journée à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WEBINAR le 26/01 à 11h00 :

Réformes 2017 : employeurs et salariés au centre des évolutions légalesRéformes 2017 : employeurs et salaries au centre des évolutions legales

Je m’inscris